BRADERIE DE LIVRES

BIBLIOTHEQUE à Céder Ayant changé de registre de lecture, il m’est venu l’idée de pouvoir faire bénéficier de mes livres au plus grand nombre et à moindre prix, mais je précise en très très bon état. Il me serait pénible de devoir les jeter pour un gain de place ; j’aime trop les livres, leur matière, leur odeur … ! Si vous êtes intéressés vous-mêmes, vous pouvez toujours m’envoyer un mail… Chaque livre cédé à moindre prix nécessitera par avance l’envoi de son règlement par chèque bancaire. Bonne chance à vous !

28 mai 2017 ~ 0 Commentaire

ETRE à l’AFFUT des SYMBOLES et des IMAGES

 

Des symboles et des images peuvent émerger, porteurs d’indices et de messages provenant du tréfonds de votre être et liés à des difficultés qui s’imposent à vous. Avec patience, laissez simplement les images combler les trous de mémoire et les lacunes de la perception ; il en ressortira ainsi des associations intéressantes qui clarifieront le lien entre votre lignée génétique et d’autres incarnations. Ne forcez pas l’analyse des symboles et n’insistez pas pour obtenir des réponses immédiates. Vous pouvez d’abord rééquilibrer les hémisphères gauche et droit du cerveau en allant dans la nature et en accordant à votre corps un peu de temps pour intégrer vos découvertes.

13

Fiez-vous à votre expérience. Les événements ne sont jamais stagnants ; chaque situation, lorsqu’on l’examine et l’analyse, prend davantage de signification et d’envergure en rapport avec le temps simultané. Demandez toujours la raison d’être ultime d’une situation, ainsi que les solutions permettant de la guérir. Accepter le fait que vous êtes responsable de vos créations et respectez la sagesse de votre corps, car ce sont là des principes essentiels permettant d’assimiler les leçons qu’induit l’énergie accélérée. N’oubliez pas que l’accélération de l’énergie raccourcit le laps de temps entre la pensée et sa manifestation ; elle produit ce sur quoi l’on se concentre au premier plan de l’expérience. Invariablement, la vie amplifiera ce qui soit être perçu et compris. En principe, l’expérience  directe enseignera à l’humanité que les pensées créent la réalité.

Ceux qui refusent de changer et de faire évoluer leur conscience se retrouveront dans des situations pénibles. Si vous vous fermez aux occasions de croissance personnelle et de changement, vous serez fort probablement dépassé par les événements et terrassé par le plan physique, émotionnel, mental et spirituel.

A l’époque actuelle, vos rapports au travail, à la famille et à la vie prendront une signification nouvelle et votre manière de réagir à vos créations témoignera de votre caractère véritable. Si vous désirez sincèrement devenir plus conscient de vos pensées et de vos attitudes, votre capacité d’attention se développera et, une fois que vous l’aurez découverte, vous serez en mesure de focaliser plus facilement vos intentions quant à la tournure que vous souhaitez donner à votre vie et aux événements. Savoir exactement ce pour quoi vous êtes disponible est d’une importance capitale par ce que cela crée une forte fréquence délibérée dans votre champ énergétique.

Extrait  du livre qui est en VENTE ICI sur mon blog :  SAGESSE DES PLEIADES

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

18 mai 2017 ~ 0 Commentaire

DES HISTOIRES PAS COMME LES AUTRES

 

Malika consulte un dermatologue pour une verrue du cuir chevelu qu’elle a constatée depuis dix jours environ. Cette verrue la gêne peu, elle est cachée par ses cheveux, mais elle préférerait s’en débarrasser, car elle craint d’en avoir d’autres.

Le dermatologue constate à l’oeil nu une petite  tuméfaction grisâtre sur le cuir chevelu. Mais au palper, cette tuméfaction paraît moins dure qu’une verrue habituelle. Intrigué, le dermatologue pratique un examen plus précis sous éclairage qui met en évidence des battements réguliers autour de la verrue.

Il s’agissait d’une tique surprise en plain festin, la tête enfouie dans le cuir chevelu, et le postérieur en l’air. Le dermatologue, surmontant son dégoût de la pensée d’avoir caressé « la chose », tout en rassurant la patiente sur la nature bénigne de la lésion, entreprit l’extraction immédiate de la bête. Malheureusement, cette extraction ne put être complète, la tête étant restée enfouie dans le cuir chevelu.

Il fallu faire une électrocoagulation superficielle suivie d’un curetage, le tout sous anesthésie locale ; Malika dut prendre trois semaines d’antibiotiques pour éviter des complications infectieuses dues à la piqûre du cuir chevelu. Malika avait attrapé cette tique lors d’une balade en forêt un dimanche après-midi.

Morale de l’histoire : Il ne s’agit pas d’une histoire sans queue ni tête. Il faut savoir tiquer devant une verrue bizarre du cuir chevelu  apparue après une balade dans un bois.

pharmacopée

HORREUR

Catherine Romegas, chirurgien-dentiste, n’est pas près d’oublier Marthe Pinon, 78 ans, venue la consulter pour des problèmes de dentier. Elle se plaint depuis plusieurs mois de difficultés à articuler, manger, mâcher, et son dentier lui fait mal.

Catherine Roumegas l’examine rapidement : « Quand avez-vous nettoyé votre dentier pour la dernière fois «  ?

-          Oh… c’était à la mort de mon mari, il y a 5 ans !

Catherine reste interloquée : cinq ans sans nettoyer son dentier. Elle n’a jamais vu ça.

Elle n’est malheureusement pas au bout de ses surprises. Elle doit absolument retirer ce dentier. Elle réussit au bout d’une heure, après avoir utilisé un décolleur à pression et beaucoup d’énergie car le dentier était inextirpable. Elle pousse un cri d’horreur après l’avoir retiré ; elle découvre une multitude de petits vers grouillants infiltrés entre le dentier et le palais.

Extrait  du livre qui est en VENTE ICI sur mon blog :  CES INCROYABLES HISTOIRES DE LA MEDECINE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

18 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Se connecter au Mental Cosmique

 

La lumière est faite de radiations électromagnétiques qui voyagent sous forme d’ondes, et vos cellules, qui sont de nature cristalline, y réagissent spontanément. Les ondes électromagnétiques, composées d’énergie lumineuse pulsative, voyagent dans l’univers portant d’immenses quantités d’informations. Le cerveau humain et le système nerveux agissent dans les réalités physique et immatérielle, servant de récepteurs à ce vaste spectre de pulsations électriques qui imprègnent l’espace et  inondent la planète. Vos cellules sont toujours en fonction, prêtes à interpréter, à trier et à transmettre les innombrables fréquences.

P1030977

Des signaux, ou messages, dans les nerfs, le cerveau et le corps sont diffusés par de faibles pulsation électriques qui diffusent de l’énergie dans les réalités physique et immatérielle, maintenant ainsi un contact constant avec la puissance supérieure qu’est le mental cosmique. Les rayons du soleil soutiennent cette connexion et fluctuent suivant le taux, la qualité et la vitesse des radiations de lumière solaire pulsative, influant ainsi sur diverses époques de l’histoire grâce à des transmissions d’énergie très différentes. 

La médecine et la psychologie modernes s’appuient sur un modèle de l’esprit conçu comme conscient, subconscient et inconscient ; elles ignorent totalement votre connexion innée au mental cosmique et à ses formidables perspectives de réalité.

 Vous êtes un être multidimensionnel et, au fil du temps, une fausse représentation de cet aspect de vous-même a eu un impact déplorable sur la conscience humaine. Une mutinerie fait rage au sein de la forme-pensée collective qui rend cohérente votre réalité ; c’est là une réaction saine à ces contraintes sévissant depuis si longtemps. La libération d’énormes quantités d’énergie psychique refoulée provoque une soudaine expansion de la conscience, qui se propage par télépathie dans le monde ainsi que dans d’autres sphères de réalité. 

Les pouvoirs du mental cosmique, ou mental évolué, sont un domaine fascinant que tous sont libres d’explorer.

Votre cerveau, divisé en deux hémisphères, est considéré comme le satellite central où s’établit la communication dans la réalité physique, même si, en vérité, plusieurs couches de votre identité physique et immatérielle participent au processus. Toutefois, votre cerveau exécute des fonctions d’importance ; l’hémisphère droit s’occupe du côté gauche du corps, régit la pensée abstraite, intuitive, créative et imaginative, tandis que l’hémisphère gauche effectue les fonctions rationnelles, analytiques ou logiques et régit le côté droit du corps ; pour activer le potentiel total du cerveau, l’harmonie entre les deux hémisphères est indispensable. Les activités qui stimulent et développent les fonctions de chaque hémisphère cérébral permettent d’acquérir un équilibre mental plus parfait et une plus grande intelligence. 

Comment faire :

Rouler lentement les yeux de gauche à droite, sans bouger la tête, activera les deux hémisphères ; marcher avec les genoux légèrement relevés et en touchant tour à tour les rotules avec la paume de la main opposée est aussi susceptible de produire un équilibre entre les hémisphères. Toutefois, écouter les sons de la nature en alternant votre écoute de l’oreille gauche à la droite apportera les meilleurs résultats.

Extrait  du livre qui est en VENTE ICI sur mon blog :  SAGESSE DES PLEIADES

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

13 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Des histoires médicales qui finissent bien

 

Christelle s’est réveillée en proie à des douleurs intenses de l’oreille droite. Il était 4 heures du matin. Elle avait l’impression d ‘entendre un bruit énorme, des bourdonnements, comme si on marchait dans sa tète. En plus, à cette heure de la nuit, la gêne semblait prendre une importance plus grande ; n’y tenant plus, elle décida d’aller aux urgences de l’Hôpital le plus proche. Il est 6 heures du matin et l’interne de garde, très intrigué, va extirper un cafard vivant du conduit auditif externe droit. Quand le jeune interne lui montra l’insecte, Christelle fut la proie d’une véritable crise de nerfs.

L’appartement de Christelle se trouve au douzième étage d’une cité qui présente l’originalité d’être envahie par les cafards, et c’est comme ça qu’un cafard atterrit dans le lit de Christelle puis dans son oreille.

En dépit des réclamations des habitants, il n’y avait pas encore eu de désinsectisation. Après l’histoire de Christelle, le service de désinsectisation de la municipalité est finalement intervenu.

Histoire médicale

UNE OREILLE MIRACULEUSE

Ted Burner, 6 ans, vit dans une petite ville de Virginie, aux Etats-Unis. Ses parents, fermiers, possèdent une ferme et le petit Ted a pris l’habitude depuis sa naissance de jouer avec les animaux de la ferme : deux bergers allemands, deux chats, des poules, des cochons .. tout ce petit monde cohabite dans ses territoires respectifs. Cet après-midi, les deux chiens profitent d’une porte ouverte pour s’attaquer aux cochons. Ted, qui s’amusait avec les chats, arrive rapidement pour aider les cochons à faire fuir les chiens ; Il tire une oreille de Pyla, le plus jeune des bergers, l’agrippe par-derrière pour le faire fuir. Soudain, c’est le drame ; les chiens sautent sur Ted, le mordant, le griffant. Ted doit son salut à l’arrivée d’un voisin qui passait voir ses parents.

Malheureusement, Ted, très traumatisé, présente de nombreuses blessures du crâne, du visage, des mains, des bras, et il a eu une oreille arrachée. Il est transporté en urgence à l’hôpital le plus proche, où les premiers soins lui sont immédiatement donnés. Mais le problème le plus urgent concerne l’oreille arrachée.

Il faut agir vite. Personne n’a retrouvé cette oreille sur les lieux de l’accident. On décide alors de sacrifier les chiens, car l’oreille a dû être avalée par un des deux.

Le vétérinaire retrouve l’oreille dans l’estomac du plus vieux chien.

L’oreille fut ainsi réimplantée immédiatement après. L’enfant va bien, ne semble présenter aucun trouble de l’audition et a un nouveau chine.

Extrait  du livre qui est en VENTE ICI sur mon blog :  CES INCROYABLES HISTOIRES DE LA MEDECINE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

07 mai 2017 ~ 0 Commentaire

LES SAGES ENFANTS

 

Le stratagème de l’enfant consiste à insister jusqu’à ce qu’il se soit fait comprendre ou, du moins, qu’on l’ait inclus. Alors, il s’arrête là. La sagesse naturelle des enfants est une véritable source d’émerveillement. Ils ont résolu quelques profondes questions existentielles et sont prêts à partager le fruit de leurs cogitations avec toute personne disposée à leur prêter l’oreille. Même ceux qui n’ont pas encore trouvé de solutions tout à fait justes font preuve de facultés de raisonnement pleines de sagesse.

FENF

Nous affirmons qu’un jour, ces petits « casseurs de système » ébranleraient l’ordre établi. C’est exactement ce qui a commencé à se produire. Les enfants devenus plus malins que les examens, déplorèrent collectivement la médiocrité des questionnaires. De plus, le système scolaire aggrave encore le problème en exigeant une courbe de résultats comme critère pour obtenir des fonds gouvernementaux et l’accréditation des écoles.

Un article du Time disait ceci : « Les enseignants ont dû « stupidifier » leurs cours pour inculquer les fadaises insignifiantes que couvrent les examens ». L’article rapportait également qu’en Illinois 200 élèves avaient délibérément échoué leurs examens.

Cette situation place les pédagogues devant un dilemme impossible ; le système exige qu’ils améliorent la moyenne générale des tests, mais les élèves refusent de passer les examens. Que s’est-il produit ? Encore une fois, selon le Time : « Au cours des seuls derniers mois, des allégations de tricheries soutenues par un professeur ont perturbé nombre d’écoles en Californie, en Floride, au Maryland, à New York et en Ohio » Un encadré du Time intitulé Des questions stupides adressés à des gamins intelligents ? fait le constat suivant : « La rébellion des éducateurs contre ce qu’ils estiment être une forme d’évaluation inadéquate s’est même désormais étendue à cette sphère où rivalisent les meilleurs élèves ».

Les professeurs sont-ils donc devenus malhonnêtes ? Certainement pas ! Au risque de nous répéter, nous affirmons ici qu’à nos yeux le personnel enseignant regroupe des personnes qui s’intéressent sincèrement à l’enfant, mais demeurent sous-payées, sous-estimées et contraintes de mener une croisade pour améliorer le niveau d’instruction de la jeunesse. Plusieurs d’entre elles sont confrontées au même dilemme, à divers degrés de gravité : faut-il se conformer à un système archaïsant ou admettre que les jeunes ont vraiment besoin de renouveau ?

La controverse est à double tranchant, et en tant que parents il nous faut prendre un moment pour rendre hommage aux pédagogues qui, de par le monde, doivent y apporter une solution

Entre-temps, que pensent les jeunes de cette lutte intellectuelle et politique ?

Voici l’histoire de Lee, un garçon de huit ans qui ignore tout de la politique ou du système scolaire, mais qui ressent, tout simplement ;….

[ …] Je pose la question à Lee : Pourquoi es-tu si mécontent de ton école Lee ? Il m’expliqua que c’était parce qu’on le poussait à fonctionner manuellement alors que lui était automatisé. Je l’ai incité à développer sa pensée davantage. Il poursuivit en précisant qu’être dirigé manuellement signifiait « être sous contrôle » et que c’était là ce que cherchaient à faire de lui les professeurs. J’ai souligné que les machines n’étaient automatisées que si elles avaient préalablement été programmées et qu’elles avaient donc besoin de quelqu’un qui, au départ les contrôlait ; mais, comme si c’était flagrant, Lee reprit : Non, c’est différent. Moi, je suis déjà préprogrammé. Je sais ce que j’ai à faire et je n’ai pas besoin d’être sous le contrôle des professeurs »… Que dire de plus ? […]

Notre rôle de parents et d’enseignants consiste donc simplement à les aider à tout redécouvrir. Mieux vaut traiter les Sages Enfants comme des adultes, être à l’écoute de leurs besoins. Vous emporteriez-vous contre un ami qui n’aurait pas envie de manger en même temps que vous ? Non, alors n’agissez pas ainsi avec vos rejetons. Si vous ne les traitez pas avec respect, ils vous le rendront souvent de manière plutôt adulte. Captifs de corps minuscules, tentant de se « souvenir » de ce qu’ils savaient….

Ces petits s’expriment avec une grande sagesse. Ils doivent affronter l’insécurité, le fait de grandir, l’impuissance, l’inaptitude acquise et les injustices sociales. Ils sont confrontés au fait d’être différents, garçons ou filles, d’avoir des amis ou pas, d’exceller ou non dans les sports. Tout ce qu’ils ont à exprimer, nous sommes capables de le saisir parfaitement, à condition d‘écouter. Les sentiments qu’ils éprouvent, nous les avons aussi ressentis à un moment ou à un autre de notre existence. Voilà ce dont ils semblent avoir besoin et ce à quoi ils réagissent présentement ; que nous partagions ce qu’ils éprouvent afin de savoir qu’ils ne sont pas seuls. C’est ainsi qu’ils apprendront. Qu’ils feront l’effort de s’intéresser à ce que nous avons à leur offrir en tant qu’adultes, puisque nous nous serons d’abord penchés sur ce qu’eux ont à offrir.

Extrait  du livre qui est en VENTE ICI sur mon blog :  CELEBRATION DES ENFANTS INDIGO

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

06 mai 2017 ~ 0 Commentaire

La communication et l’imposition de la pensée

 

 La réalité des divers phénomènes d’influence directe d’n esprit sur un autre esprit a été surabondamment vérifiée. Plusieurs enquête, simultanément conduites en Europe et aux Etats Unis par des personnalité ou des groupements scientifiques, ont permis de dégager d’une importante masse d’observations la certitude que la pensée se communique parfois spontanément, d’une personne à une autre, à travers la distance. Nombre de chercheurs ont tenté, d’autre part, avec succès, la transmission concentrée d’images à un collaborateur éloigné. L’exécution d’ordres, mentalement intimés à un sujet d’expériences a été également obtenue. On a, enfin, réussi à provoquer l’hypnose, à l’improviste, hors de la présence de l’hypnotisé.

 chez-francesca

A priori, tout cela ne semble pas impliquer la possibilité, en général, d’influer sur quelqu’un par des suggestions intérieurement formulées ; encore que nombreux ceux qui se sont révélés émissifs ou percipients d’irradiations mentales ne constituent qu’une minorité. 

Faut-il donc considérer la communication et l’imposition de la pensée comme exceptionnelles, et la majorité d’entre nous comme inapte à opérer ou à subir l’action télépsychique ? C’est l’opinion de certaines compétences. D’autres, non moins avérées, professent, au contraire, que toute pensée s’extériorise et tend à affecter, conformément à ce qu’elle exprime, l’individu à qui l’on pense. L’expérience pratique m’a rangé, sans réserves, à ce dernier avis. 

La répercussion instantanée et intégrale d’une image, d’un état affectif, sur l’écran intellectuel ou la sensibilité d’un tiers proche ou lointain reste exceptionnelle. De tous les faits recueillis, il résulte que semblable manifestation paraît nécessiter de la part de l’émetteur, une qualité et une vigueur d’émotion singulières. Certes, une suggestion ne saurait envahir d’emblée la conscience de qui n’offre pas à semblable irruption la plus extrême réceptivité. Ce que j’affirme, ce que j’ai vérifié et que d’autres ont vérifiés, c’est que si l’on réitère longuement, ardemment, la suggestion, tout se passe comme si l’on projetait sur le sujet une effluve imprégnante qui éveille graduellement et fait bientôt prédominer en lui les dispositions suggérées. 

Si étranger soit-il à une notion, même imprécise, de cette loi, tout individu volontaire et tenace impose inconsciemment ses exigences. Et comme la goutte d’eau dont la chute répétée entame peu à peu une dure margelle, l’action mentale du plus faible peut, à la longue, marquer son empreinte sur de robustes résolutions. 

Nous sommes tous impressionnés à notre insu par d’innombrables projections psychiques, de même que nous affections, sans le savoir, non seulement les gens faisant l’objet de nos pensées, mais aussi ceux – parfois inconnus – qu’elles évoquent.  Cet incessant phénomène demeure obscure, imperçu, car nous ne saurions discerner qu’une faible partie des éléments dont la confluence donne naissance à nos impressions, à nos sentiments, à nos convictions. S’il en est qui nous viennent du dehors, ils échappent donc nécessairement à la conscience. Ainsi, l’irradiation télépsychique, conséquence inévitable de l’activité affective et cérébrale, doit être considérée comme une propriété normale de l’esprit humain. 

Si elle n’engendre que rarement des communications instantanées qui l’ont rendu évidente, elle n’en joue pas moins un rôle perpétuel et considérable dans la vie quotidienne. Mais les orages n’ont-ils pas tonné des siècles avant qu’on s’aperçût de la présence et de l’activité universelle de l’agent dont ils étaient la seule manifestation frappante ? 

Pour en user avec profit, il convient d’en gouverner l’émission et d’en proportionner l’énergie, la durée, la fréquence, aux résistances qu’opposent à son influx les caractéristiques morales du destinataire. 

D’ailleurs, si précisément et si longuement exprimée qu’elle soit, une incitation mentale ne possède par elle-même qu’une faible vigueur propulsive, d’où l’insuffisance d’une froide et systématique expérimentation de laboratoire à rendre intégralement compte du pouvoir de la pensée. Ce sont, en effet, les émotions intenses, les sentiments exaltés, les avidités ardentes qui irradient le plus efficacement notre invisible influence.

EXTRAIT DU LIVRE en vente ici sur ce blog : L’INFLUENCE A DISTANCE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

01 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Pensez … ne vaut pas Sentir

 

Gardez-vous des vains bavardages, Vains, même s’ils ne le sont pas tout à fait…. Ils ont sur vous une action nocive. Je ne parle pas des valeurs morales qui sont en question, mais plutôt de celles des sentiments que cette activité impose à ceux qui s’y complaisent. Avez-vous remarqué comme il est facile de déceler rapidement un bavard ? Il ne tarde pas à porter le masque du rôle qu’il a choisi. Rien n’est plus fâcheux pour la vie intérieure.

Ce n’est pas l’action spécifique qui importe. C’est le prototype qui se forme dans votre esprit par cette déplorable habitude. C’est ainsi que par de petits commencements, dans les choses les plus insignifiantes, nous formons des prototypes à travers lesquels nous considérons notre monde, nos rapports avec autrui et qui vont nous perdre, ou nous élever selon leur valeur. Laissez-moi, à ce sujet, vous parler de Parachèvement et d’Ordre.

Penser

Quoi que ce soit que vous fassiez, terminez-le. Soyez très attentif à ne rien commencer que vous n’acheviez complètement. Que de vies sont gâchées pour des choses qui n’ont point été terminées – projets incomplets, désordre. Rien  n’est plus fâcheux pour notre caractère que des travaux incomplets ; notre vie s’embrouille dans les méandres des commencements sans fin. L’aspect de la maison d’un homme dévoile ses sentiments par la façon dont elle est entretenue. Chez elle, une femme montre l’état de son esprit par la façon dont elle est vêtue. Les haillons, la malpropreté, le manque de soin ne sont que les correspondances extérieures des sentiments intérieurs. Nettoyez votre maison – vous vous sentiez propre. Habillez-vous avec soin, avec autant de recherche que possible, vous aurez un sentiment de bien-être. Il est bien plus facile de créer un sentiment de satisfaction par l’action que par ce que vous pensez ou ce que vous dites. « Ce ne sont point ceux qui disent  » Seigneur, Seigneur » qui découvriront le Royaume du ciel mais bien plutôt ceux qui font les œuvres du bien (Matt.VII :21)

Vous ne pouvez substituer le mot « Penser » qui n’est que poids mort, au mot « Sentir » qui est le signal de la puissance. Une pensée qui prend naissance dans un sentiment possède la puissance créatrice de l’infini. En voici un exemple : les mots « Je vous aime », lorsqu’ils partent de l’intellect ne nous apportent rien ; lorsqu’ils viennent du cœur ils transforment votre vie….

En n’achevant pas ce que vous entreprenez, vous ne préparez pas, vous ne demandez pas à l’Entendement intérieur l’accomplissement de votre désir, vous demandez la frustration et vous recevez toujours ce que vous demandez.

Cette fâcheuse habitude de l’inachèvement commence par des choses apparemment sans importance. Et, lentement, nous nous trouvons pris dans le filet de l’habitude mentale. Avez-vous commencé quelque besogne à la cuisine ? Terminez-la. Avez-vous mis en train un travail intellectuel ? Faites en sorte de le mener à bien, jusqu’au bout. Gardez-vous comme la peste de l’inachèvement. Lorsque vous aurez insisté et obtenu de vous-même de mener jusqu’à leur fin vos entreprises, le prototype ne tardera pas à devenir automatique. Si vous voulez voir la sécurité s’établir dans votre vie, achevez ce que vous commencez.

Il en va de même pour l’ordre. Soyez ordonné en toutes choses – dans vos vêtements, votre chambre, votre bureau, si vous souhaitez voir l’ordre, l’harmonie dans votre vie. L’ordre est le prototype du sentiment, une faculté intérieure. Vous demandez l’ordre pour votre vie lorsque vous mettez vous-même cette faculté en action. L’Ordre est la première Loi de Dieu.

Peut-être comprendrez-vous à présent mieux que jamais la sagesse de cet axiome : « L’expérience est le meilleur des Maîtres », c’est qu’en faisant l’expérience de ce que vous désirez « Apprendre » à faire, il vous faut passer à l’action physique qui devint ensuite prototype automatique.

Rien ne se produit par hasard. Vous démontrez dans votre vie les prototypes exacts que vous avez demandés à l’Entendement Intérieur et établis par votre action. En vertu de ces prototypes, vous voyez se manifester la sécurité ou l’insécurité, le bonheur ou le malheur, l’abondance ou la pauvreté.  Vous présentez l’image de ce que vous avez demandé par votre action. Lorsque vous regardez dans un miroir, vous y voyez ce que vous y avez mis vous-mêmes.

Extrait du livre en vente ICI sur mon site : CHEMINS VERS LA PUISSANCE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

26 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Arrêter de crier pour mieux se faire entendre

 

Les gens se croient souvent plus enclins à aider qu’ils ne le sont réellement. Puisque le fait de savoir comment soutenir les autres est si déterminant pour réduire la colère et la violence dans notre société, que faisons-nous vraiment dans ce sens ?

Je pense que nous nous soutenons les uns les autres par l’écoute. C’est cela qui nous donne le sentiment d’être forts, capables de communiquer avec les autres, voire appréciés et respectés. Je pense que pour cela, il faut d’abord se rendre compte à quel point nous tenons à être écoutés nous-mêmes pour voir que les autres aspirent sans doute à la même chose. Le fait d’être sur la défensive, dans la peur de ce que nous allons entendre, nous empêche d’écouter et de soutenir les autres. il est pourtant facile de surmonter ces craintes : il suffit de nous rappeler que nous essayons vraiment, et constamment, de faire de notre mieux.

ne pas crier

Je ne puis m’empêcher de repenser à cette solitude véritable que nous ressentons tous en participant à un défilé où chaque pas ouvre sur un danger. A mes yeux, pour y trouver du plaisir, il faut se rappeler que chaque pas constitue au contraire une occasion de donner le meilleur de nous-mêmes. Cela nous permettra de garder l’équilibre et de faire face à l’avenir. Quant aux autres, ils seront d’autant plus enclins à se rapprocher de nous. Comme vous le constatez, il est très important que les autres puissent se rapprocher. Nous pouvons alors comparer nos points de vue sur la meilleure méthode pour garder l’équilibre. Je pense que c’est cela qui rend notre grande solitude tolérable.

Peut-être qu’au fond, ce qui nous incite à garder l’équilibre, c’est que si nous ne le faisons pas nous allons effrayer les autres… Nous serons alors plus seuls que jamais. Ayant perdu l’équilibre et certain de ne pas pouvoir le retrouver sans aide extérieure, nous voyons les autres opposer de la résistance à nos demandes ; En les voyant s’éloigner, la panique qui nous saisit ne fait que s’amplifier. On comprend alors aisément pourquoi une personne dans cette situation réagit en ces termes : « Je te tuerai si tu me quittes » ou bien, à l’inverse : « Je me tuerai si tu me quittes ».

A mes yeux, la réussite et le plaisir que l’on éprouve à participer au défilé dépendent de notre capacité à accepter les choses telles qu’elles viennent. Attention, cela ne signifie pas nécessairement être passif, mais au contraire de rester alerte et équilibré. En effet, la passivité va à l’encontre de l’efficacité.

Admettre ce point de vue n’est pas toujours agréable. Cependant, vous conviendrez qu’il est plus sage de reconnaitre ses limites à chaque instant que de rester en déséquilibre parce que nous cherchons à obtenir ce qui est hors de notre portée.

Vous savez sans doute qu’il n’est, a priori, pas toujours facile de s’accepter les uns les autres. Toutefois, je pense qu’il peut être utile de prendre conscience que tout au fond de nous-mêmes nous tenons à être accepté tels que nous sommes.

Pourtant, avez-vous remarqué à quel point nous pouvons parfois nous montrer pingres dès qu’il s’agit de témoigner aux autres le même  respect ? Certes, ce n’est pas facile d’être tolérant envers un agresseur direct. Néanmoins, je pense qu’il peut être judicieux de se dire qu’en réalité il est pris à son propre piège. Il est donc préférable de ne pas cherche à l’aider ou à le changer, voire à plaider coupable pour sa «malveillance ». En accordant la priorité au maintien de notre propre équilibre, nous sommes en mesure de ressentir l’impuissance d’une personne s’exprimant plus ou moins en ces termes : « Je ne fais jamais rien de bien, alors pourquoi essayer » ?

Que faire ? Se fâcher ? User de la force ou d’arguments d’une logique implacable pour la persuader de voir les choses différemment ? Quelle est notre réaction après que quelqu’un se soit mis en colère contre nous ? Je suis sûre qu’à ce moment-là, vous savez que rien ne peut aller. Pourtant, nous nous exprimerons mieux si nous sommes nous-mêmes bien équilibrés …. et si nous n’empirons pas les choses en nous prétendant « malveillant » nous aussi.

Extrait du livre en vente ICI sur mon site : COLERE ET AGRESSIVITE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

23 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Introduction à la Célébration des Enfants

 

Au cours des années 2000, l’ouvrage « Célébration des Enfants Indigo » a déclenché une réaction surprenante. Jan et Lee Carroll ont été interviewés sur le sujet depuis les studios très contrôlés de la Radio Singapore jusqu’à l’émission radiophonique Dreamland, de style très ouvert et diffusée d’un océan à l’autre, aux Etats-Unis ; l’hôte fut autrefois Art Bell, mais de nos jours, Whitley Streiber occupe cette place. Mais qu’est-ce que l’avenir leur réservait alors ?

Quelques lettres particulièrement agressives les accusaient d’afficher un système de croyances métaphysique teinté de préjugés, et de promouvoir le culte des enfants. Néanmoins, il leur était tout simplement impossible d’exclure Dieu de l’ensemble de la problématique. Ceux qui s’attendaient à une étude empirique utilisant les enfants comme des rats de  laboratoire allaient être déçus par leur enquête, car ils examinaient la vie et scrutaient des faits d’importance survenant à l’échelle nationale ou internationale. Leur point de vue spirituel sur la question est toutefois parvenu à s’imposer à d’autres auteurs qui traitaient du même phénomène….

INDIGO Kryeon

Ils n’adhèrent à aucune Eglise, aucune religion. Ils sondent plutôt les aspects spirituels liés à certains comportements que présentent les Enfants Indigo. Il s’avère que bon nombre de ces enfants font preuve d’un intérêt marqué pour la religion et pour leur spiritualité personnelle. Le choix de leur foi leur appartient, il va sans dire. De ce fait,  cette génération souhaite parler de Dieu, il leur revient de vous le faire savoir. Grand nombre de ces jeunes gens voient des anges. Quelques parents estimant qu’une telle faculté pose problème, songent  à faire appel aux pourfendeurs de fantômes ou à recourir à l’exorciste du coin, Sans blague !  Qu’ils soient rassurés, leurs rejetons se portent très bien. En fait, à leur avis, ils se portent mieux que très bien.

Le site www.amazon.com et ses comptes-rendus sur le livre traduisent un phénomène cocasse quant à son titre : on lui accorde soit cinq étoiles, soit une seule. Parmi les détracteurs, quelques-uns n’ont pas saisi le sens des propos. Pour certains, le texte s’avérait d’un grand secours alors que pour d’autres, il était sans intérêt. D’autres encore en conclurent que Jan et Lee Carroll avançaient que ces enfants nouveaux sur terre étaient des extraterrestres. Tel n’est pas le cas ; ils ont plutôt le sentiment que le phénomène représente une forme d’évolution de la race humaine. En dépit des critiques mixtes, le livre : Les Enfants Indigo se trouve encore sur la liste des 600 livres les plus vendus d’Amazon sur un total de plus de deux millions de titres.

Voici un autre élément d’importance : Nous ne prétendons pas détenir la propriété des phénomènes indigo nous dit Lee… Nous nous sommes contentés de le représenter, de faire état de ce que nous avions et percevions. Une plus ample information viendra étayer le phénomène à mesure qu’il sera reconnu. Cependant, nous ignorons combien de temps il faudra avant qu’il le soit. Deux autres ouvrages sur le sujet furent publiés en même temps que Les Enfants Indigo. Il s’agit de Children of the New millennium : Children’s Near-Death Experiences and the Evolution of Humankind, par P.M.H Atwater et Old Souls : The Scientific Evidence for Past Lives, par Tom Shroder. Ils portent tous les deux sur les enfants indigo mais ne les désignent tout simplement pas comme tels.

Les auteurs ont-ils eux aussi reçu des missives dogmatiques indignées ? A-t-on jugé que les jeunes auxquels ils faisaient référence étaient d’origine intergalactique ?

Par ailleurs, pour ce qui est des ventes en hypermarché nous sommes toujours en tête du peloton nous rapporte Lee Carroll. A propos, lorsque nous allons acheter des quantités industrielles de serviettes en papier ou des contenants gargantuesques de beure d’arachide qui durent cinq ans, nous ne voyons ni l’un ni l’autre de ces deux bouquins aux côtés des nôtres. Ce que nous apprécions.  Le présent ouvrage donc est d’une lecture légère, d’un souffle de renouveau qui conjugue rire, plaisir et peut-être même quelques larmes. Il y est abordé également quelques points comme le cas de ceux qui jugent avoir été des enfants indigo bien que le nombre de leurs années dépasse de beaucoup l’âge normal des indigos dont on parle. Le présent bouquin présente des faits réels, – parfois bouleversants, comme des enfants qui en tuent d’autres… L’appui à apporter à nos adolescents et l’importance du travail à faire sur l’enfant intérieur, par l’adulte. Il faut toutefois vous avertir que la lecture de ces pages est susceptible de se révéler extrêmement divertissante.

Extrait  du livre qui est en VENTE ICI sur mon blog :  CELEBRATION DES ENFANTS INDIGO

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

22 avril 2017 ~ 0 Commentaire

ROLE FONCTIONNEL ET SYMBOLIQUE DE LA DENT

Les incisives supérieures correspondent au père et à la mère. Elles apparaissent en bouche en même temps que les premières molaires, au moment où l’enfant quitte l’école maternelle pour entrer au cours préparatoire. Il suffit d’observer le déchirement ressenti par l’enfant et sa mère, pour comprendre que cette étape est particulièrement importante en ce qui concerne son évolution. « Il entre dans l’école des grands ». Simultanément, apparaissent les premières dents correspondant aux premiers signes de la transformation de son corps vers celui d’un adulte. L’enfant amorce une croissance de la mandibule dans un sens horizontal et vertical, ce qui permet aux molaires de trouver leur place, en même temps qu’il prend sa propre place en ouvrant le cercle familial sur le monde environnant, jusqu’à trouver de nouvelles limites qu’il transgressera plus tard.

Tout comme le fœtus donne l’enfant, l’enfant lui, dans un deuxième stade, va évoluer pour donner l’adulte.

Sur chaque arcade, les dents vont par double paire : quatre incisives, quatre prémolaires, quatre molaires. Par contre il y a une paire de canines, une paire de dents de sagesse. Le fait d’avoir les dents en double traduit le mode duel dans lequel nous vivons. La denture est constituée telle une voûte, où les canines sont les clefs et les dents de sagesse la base des piliers.

Les canines apparaissent lorsque l’individu devient capable de donner la vie, et les dents de sagesse une fois qu’il a intégré tous les plans de transformation le concernant.

De même qu’à travers le regard des autres nous apprenons à nous connaître, à réagir, les dents servent également de miroir.

 DENTITION

LES INCISIVES CENTRALES (N° 11, 21, 31, 41)

Ces incisives présentent parfois un espace entre elles ou diastème, on les appelle communément « les dents de la chance ». En général qui a de telles dents vit une dissociation entre ses polarités féminines et masculine. Pour un homme c’est un sentiment d’attraction et de répulsion simultané vis-à-vis de la femme, pour une femme c’est la remise en question permanente de l’homme avec qui elle vit. Ces dents de la chance sont « pas de chance » pour qui se trouve en face. Celui qui présente un diastème aura plus de difficulté à réaliser le couple idéal intérieur.

L’incisive centrale supérieure droite (n°11) correspond à l’archétype masculin. C’est la notion du père, de l’homme, de l’autorité, de Dieu, l’animus (partie masculine intérieure de la femme et de l’homme). L’incisive centrale supérieure gauche (n°21) correspond à l’archétype féminin. C’est la mère, la femme, l’anima (partie féminine intérieure de l’homme et de la femme).

Ces incisives traduisent les réactions de l’individu par rapport à son père, à sa mère, aux archétypes. Quand ces deux valeurs sont intégrées, il réalise ce que l’on appelle le couple intérieur en soi : c’est-à-dire l’union des polarités féminines et masculines qu’il porte en lui.

Une jeune femme avait les deux incisives centras supérieures mobiles. Elle désirait avoir un enfant, sans succès. Il a fallu comprendre ce qui s’était passé. Remonter au niveau événementiel, voir si le fait était en rapport avec la vessie, les reins (c’est aussi l’énergie ancestrale) ou encore au niveau gynécologique fonctionnel. Il s’avère qu’à l’âge de 18 ans elle a subi une IVG et depuis, elle ne s’en était pas remise. Le dire n’était pas suffisant. Souvent les incisives centrales sont liées à la nidation de l’œuf. Dans le cas présent la nidation avait été interrompue volontairement et acceptée par l’inconscient.

Fréquemment, des enfants, cassent leurs premières dents définitives, c’est à dire les incisives centrales. C’est un fait impressionnant de par la position de la dent, sa taille par rapport aux autres et que ce soit justement elle, la première grosse dent, qui se casse. Il est évident que ces individus, ont du mal à gérer leur place par rapport au sexe opposé….

Extrait du livre en vente sur ce blog, ICI : QUAND LES DENTS SE METTENT A PARLER

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/t777-le-sens-sacre-de-nos-dents?highlight=dents

20 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Pour déclencher l’écriture automatique

 

Faites appel à votre intuition pour évaluer vos idées. Imaginez un grand thermomètre gradué de zéro à dix. Demandez à votre sagesse intérieure d’évaluer pour vous chacune de vos idées en fonction de ce thermomètre. Regardez monter le mercure jusqu’au degré approprié et notez le résultat. Quand vous aurez noté une réponse, effacez l’image devant vos yeux et répétez l’opération pour chacune de vos autres idées.

ECRITURE AUTOMATIQUE

  1. Parmi les idées et les projets qui vous stimulent, quels sont ceux qui vous conviennent le mieux. Songez à chacune de vos idées, imaginez-vous en train de passer à l‘action et superposez à cette image celle du thermomètre. Evaluer chacune de vos options. Laquelle vous apportera le plus de satisfactions ? Par quoi devriez-vous commencer ?
  2. A quelles idées et à quels projets votre sagesse intérieure vous dit-elle de renoncer ? Songez à chacune de vos idées, imaginez-vous en train de passer à l’action et superposez à cette image celle du thermomètre. Laquelle de ces options vous freine le plus ? A quoi devriez-vous renoncer en premier.

Maintenant, prenez votre journal, installez-vous dans un fauteuil et parvenez à un état de calme intérieur. Faites le vide dans votre esprit ; choisissez l’une des questions ci-dessous et fixez votre attention sur elle pendant quelques instants. Demandez à recevoir des révélations créatrices en provenance de votre seuil de conscience le plus profond.

Laissez la question attirer ces révélations comme un aimant. Laissez un premier mot vous venir à l’esprit, puis notez-le aussitôt par écrit. Laissez un deuxième mot vous venir à l’esprit, puis notez celui-là aussi. Laissez les mots émerger, sans les critiquer, sans essayer de prévoir le chemin qu’ils vont prendre. Ne les précédez pas. Ne vous arrêtez pas pour relire ce que vous venez d’écrire tant que votre main ne s’arrêtera pas d’elle-même. Un petit truc : imaginez que c’est votre âme, votre enfant intérieur, ou votre moi futur qui s’exprime, adressez-vous à votre personnalité à la deuxième personne ; n’essayez pas de raisonner !

Laissez-votre écriture se transformer. Modifiez votre vitesse et votre rythme d’écriture, ou changer demain.

-       « J’ai du mal à entreprendre …. (nouveau projet) pour que…

-       « J’ai du mal à terminer…. (ancien projet) parce que….

-       Quand je rêvasse, je vais à …(lieu) et avec …(personne), je fais… (activité). Je suis conscient de… ( ce qui vous entoure) et j’intériorise … (enseignement ou qualité spécifique) – « Ecrivez au temps présent, comme si cette rêverie était en tain de se produire. Quelles perceptions vous viennent concernant votre créativité présente ?

-       « Quels facteurs influencent mon aptitude à atteindre les buts que je me suis fixés ? Comment ces facteurs m’affectent-ils ? Comment puis-je remédier à la situation » ?

-       « Si je franchissais dans l’ordre les trois étape du cycle créateur, comment mon blocage actuel se résoudrait-il ? Quels obstacles dois-je franchir » ?

-       « Que m’ont enseigné les pertes importants que j’ai subies «  ?

-       « Si je pouvais vivre encore cent ans en conservant ma santé et mon charme, à quoi occuperais-je chaque décennie qui me reste » ?

-       « Permettez à votre âme de vous parler du néant. A quoi ressemble-t-il ? Quels bienfaits vous procure-t-il maintenant ? Quel est le meilleur moyen d’y pénétrer et d’y recevoir ses messages ?

Extrait du livre en vente sur ce blog, ICI : L’INTUITION UNE VOIX QUI NE TROMPE PAS

 

La bibliothèque de Francesca  http://devantsoi.forumgratuit.org/

15 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Le nouvel Ordre mondial vu par Chattam

 

Quand les ombres envahissent ses miroirs, la vie de Yaël jeune Parisienne, bascule dans le cauchemar, la violence, la confusion. Pourquoi les étranges messages l’invitent à regarder de l’autre côté du monde ? Qui sont ces hommes qui tentent de la détruire, et pourquoi ? Esotérisme, codes secrets, sectes millénaires, complots … Des entrailles de Paris aux tours de Manhattan. Maxime Chattam nous entraîne dans une terrifiante course contre la montre, contre la mort, au-delà du miroir.

l'ordre mondial

La peur aura permis à une poignée d’individus de façonner la société comme ils l’entendent. La peur aura permis de changer le visage de cette société. Elle aura permis le contrôle du peuple. Et du monde. Le Nouvel Ordre mondial. Voilà ce qui est en train d ‘arriver sous nos yeux.

Un Nouvel Ordre mondial qui pourrait être une vision plus détaillée de ce fameux Project fort the New vision American Century (PNAC Projet pour un nouveau siècle américain), une organisation visant à « dominer militairement et économiquement la Terre, le cyberespace, et l’espace proche de la Terre par les Etats-Unis, afin d ‘établir leur domination sur le monde pendant au moins un siècle ». Ce n’est pas une plaisanterie.

Cette organisation dont le discours n’est pas sans rappeler celui d’une ancienne doctrine effrayant qui visait à régner pendant mille ans a son siège à Washington, DC au 1150 sur la 17è Rue.

Et vous voulez savoir le plus fou ? Parmi les membres anciens et récents on trouve entre autres Dick Cheney, Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, Jeb Bush. Les hommes dans l’ombre du Président, ceux qui dirigent vraiment le pays. Alors, en ayant en tête que ces hommes prônent ce genre d’idées, il est intéressant de se repencher sur les faits historiques.

Je suis comme beaucoup de monde, je m’intéresse un peu à la géopolitique. Et je ne peux pas croire que tout le Pentagone, tous les ministères, toutes les agences de renseignement et toute la Maison Blanche ne soient habités que par des crétins finis. En apparence peut-être… mais pas en réalité. Comme tout le monde sur terre ils savaient très bien quelles seraient les conséquences d’une invasion de l’Irak, les tensions qui en ressortiraient. Alors pourquoi le faire ? Pour les richesses économiques du pays ? Un point.

En agissant ainsi, non seulement le gouvernement américain n’éradiqua pas les terroristes, mais au contraire, il en a créé bien d‘autres, des nouveaux… qui permettent, de maintenir la cohésion de la nation américaine derrière des valeurs ultra-conservatoires, celles de l’extrême droite qui dirige en réalité le pays, tout en fournissant des contrats par centaines aux groupes industriels proches de la Maison Blanche, qui permettront de faire avaler au peuple américain encore bien des mesures restrictives quant à ses libertés individuelles, sans qu’il bronche.

Une vision manichéenne mais bilatérale dans laquelle chaque clan est persuadé d’être le bon, persécuté, et qu’il a tous les droits en retour pour se venger et détruire l’ennemi dans une spirale sans fin, qui peut durer des décennies.

Extrait  du livre en VENTE ICI sur ce blog :  LES ARCANES DU CHAOS

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

14 avril 2017 ~ 0 Commentaire

La base émotionnelle de tout traitement mental

 

L’efficacité d’un traitement par action mentale nécessite, avant tout, de la part du ou des expérimentateurs, un vif sentiment de compassion envers le malade et envers ceux qui pâtissent de son état. Je sais des exemples d’enfants chétifs que l’amour d’une mère, matériellement fort limitée, a peu à peu fortifiés jusqu’à la robustesse. J’ai vu des mourants rappelés à la vie et même des corps inertes ressuscités par l’irradiation animique d’un des leurs, initié aux méthodes données dans les livres.

6

Certes, l’amour ne remporte pas toujours sur la mort, si ardent soit-il, une victoire décisive ; il est de fatales lésions, d’irréparables usures, d’incoercibles insuffisances. L’action mentale transfuse à l’organisme en péril des énergies sustentatrices de ses auto-réactions curatives, mais si ce dernier manque des ultimes ressources indispensables pour réagir avantageusement, la guérison ne s’effectue pas. Nombreux restent, en définitive, ceux qu’on pourrait sauver. Des autres, du moins, on soutiendra le moral, on atténuera les souffrances, on prolongera la vie.

Ce devrait toujours être un proche qui entreprenne la cure, un parent, un ami intime, intégralement sympathique au malade et animé du plus vif désir de le soulager. Tout en laissant à une personnalité ainsi qualifiée l’initiative directrice de l’intervention, plusieurs personnes choisies parmi les plus affectionnées au patient peuvent unir leurs efforts à ceux du principal opérateur. Une chaîne de volontés accomplit parfois de véritables miracles, surtout composée d’autant d’hommes que de femmes, le conducteur non compris afin d’observer la loi polaire des concours fluidiques. Cette chaîne, l’occultisme préconise de la prolonger dans l’invisible en évoquant le souvenir des disparus de qui le malade fut chéri, ce qui aimante leur influence, et même en appelant à l’aide des Etres Supérieurs tels que l’on les conçoit.

L’officiant et ses aides éventuels choisiront pour chaque jour un moment où ils puissent se réunir, du moins où chacun isolément, sache disposer, là où il se trouve, du temps de s’unir à l’intention des autres. Ils concentreront leurs pensées sur l’image du malade et, laissant leurs bons sentiments à son égard s’épandre largement, ils déploreront ses souffrances, et exalteront en eux-mêmes le désir de les atténuer, de les annuler, d’irradier vers lui leur propre vitalisme pour l’en conforter et le guérir ; l’attention de chacun devrait être successivement fixée, durant dix à quinze minutes, sur les diverses pensées qui précèdent ; aussi l’officiant sera-t-il judicieux en traçant une sorte de programme comportant un certain nombre de formules. Chaque collaborateur penserait ainsi en parfait synchronisme avec tous les autres. Il ne s’agit pas, bien entendu, de répéter des mots, mais de vivre intérieurement, de sentir leur signification, d’animer des images, de vibrer émotionnellement.

D’abord, le sommeil, car c’est principalement à la faveur de cet état de l’activité organique se joue, thérapeutiquement. Suggérer au patient qu’il dorme longuement, calmement, profondément. Se le représenter dormant avec une expression physionomique détendue, sereine. Le voir s’éveiller dans une impression de mieux-être, d’allégement. Ensuite, songer à ses dispositions morales, lui communiquer l’espoir, la sérénité, la conviction qu’on s’occupe utilement lui, la certitude que le faisceau des volontés concentrées pour le guérir dispose d’une force bien supérieur à l’action des agents adverses. Tâcher, aussi, de se représenter avec une précision anatomique l’état actuel des organes malades : suivre par la pensée l’accomplissement des fonctions perturbée s, les stimuler, les régulariser d’intention. Enfin, visualiser la guérison, la convalescence, le retour à l’activité normale. Cette dernière représentation est d’une grande importance.

Comme pour toute autre intervention télépsyhique, deux séances journalières de 45 à 60 minutes sont nécessaires. Il va sans dire, d’autre part, que le traitement mental ne proscrit nullement la médication ordinaire.

EXTRAIT DU LIVRE en vente ici sur ce blog : L’INFLUENCE A DISTANCE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

11 avril 2017 ~ 0 Commentaire

D’autres intelligences à l’œuvre dans l’Univers

 

Dans un des chapitres de cet ouvrage « Peter Small et son amie Christine de Montmirail » rendent visite à un éthologiste nommé « Christophe Lent ». En fait cette fiction est un prétexte commode pour évoquer les fantastiques travaux des chercheurs de l’université de Yerkes, en Floride, où on a pu établir un contact avec des Bonobos, une espèce de chimpanzés vivant au Zaïre, particulièrement intelligents. Ceux qui ont vu ces reportages savent que les chercheurs font appel à l’outil informatique (écran tactile) pour dialoguer avec ces lointains cousins. Cette même fiction nous amène à imaginer que des extraterrestres pourraient présenter, vis à vis de nous, un écart évolutif similaire, ce qui les amèneraient à dialoguer avec nous à travers une interface protocolaire informatisée, autrement dit un système d’intelligence artificielle. Cette éventualité demandait à être explorée. On évoque au passage l’inéluctable émergence d’une authentique intelligence artificielle (sans aucun rapport avec ce dont nous disposons actuellement), qui se produira lorsque nos machines seront « capables de se programmer elles-mêmes », ce concept se présentant comme la définition même de l’intelligence (mais non de la .. conscience !).

plaisir des yeux

Aucun « calculateur prodige » ne rivalise plus avec nos modernes computers. Cet attribut n’est plus nôtre, de manière irréversible. Nos machines peuvent un jour devenir réellement … intelligentes, capables d’analyser des situations extrêmement complexes, d’engranger des masses de données dépassant notre imagination et de formuler des suggestions de décisions en mettant en oeuvre des critères qui finiraient par nous échapper. Je pense que « HAL » de 2001, le super-ordinateur du film de Kubrik « l’Odyssée de l’espace », même s’il le fait de manière dramatique et « pathologique », préfigure notre avenir, comme la fait maintes fois la Science Fiction. Un avenir qui pourrait s’avérer beaucoup plus proche que nous ne pourrions le penser si certaines barrières mathématiques, comme « le mur de la complexité », bien réel celui-là; pouvaient être franchies.

Dans ce livre j’évoque le fait que l’émergence d’une I.A. puisse se présenter une sorte de point de passage obligé de notre turbulente évolution. Nous avons besoin d’ordinateurs pour piloter nos chaînes de fabrication, contrôler nos stocks, effectuer un nombre croissant de tâches. De nos jours nous ne pourrions plus concevoir notre activité technico-industrielle sans le secours de ces machines nées il y a à peine un demi-siècle. Devrons-nous un jour confier à des machines devenues intelligentes le soin de gérer notre économie, notre démographie, notre génome, notre organisation politique et sociale, notre santé, notre sécurité, faute de devenir capables de le faire nous-mêmes ? Et si les choses prennent cette tournure, comment pourrait alors évoluer notre société planétaire ? En se structurant comme une sorte de fourmilière humaine servant une I.A. devenue si performante qu’elle aurait, finalement, pris le pouvoir de facto ? A la manière d’Aldous Huxley je me suis servi de la fiction pour illustrer mon propos, développer ces idées qui se laissent deviner à travers le miroir d’une « interface protocolaire informatisée » à laquelle Peter Small se trouve soudain confronté. J’ai trouvé cette façon de présenter les choses moins austère, plus agréable, plus « fluide ». On peut mêler avec profit fiction, humour et science. N’était-ce pas ce que j’avais initié avec mes bandes dessinées de la série des Aventures d’Anselme Lanturlu, qui existent depuis maintenant un quart de siècle ?

Il est pratiquement certains que nous sommes visités par des ethnies extraterrestres, sans doute même depuis des temps immémoriaux. « Comment pourraient fonctionner ces gens, et que veulent-ils » ? C’est la question qui s’impose aujourd’hui, que Spielberg a soulevé de manière assez passionnante dans sa série en dix épisodes, « Taken », récemment diffusée à la télévision. Je ne dis pas que j’adhère à la thèse qu’il développe mais je peux cependant conclure une chose : après vingt huit années consacrées à l’étude de ces dossiers, plus le temps passe et moins je comprends le sens, la finalité d’un contact qui intervient à l’époque où la Terre semble vivre les douleurs d’un enfantement liées à son évolution vers une symbiose homme-technologie de plus en plus poussée, de plus en plus envahissante et lourde de conséquences imprévisibles. Le phénomène ovni explose à une époque où en cette fin des années quarante les hommes ont commencé, pour la première fois de leur longue histoire, du moins nous le supposons, car nombre de ses pans restent obscurs, à engendrer des armes, nucléaires et biologiques, capables de les détruire et de détruire en même temps leur biotope, question qui est évoquée dans le livre par l’Indien « Shandrah ». Comment le problème ovni s’inscrit-il dans ce contexte si dramatique où de plus l’existence même de ce phénomène a créé dans de nombreux pays, dont le nôtre, et évidemment les Etats-Unis, un comportement des plus irrationnels, un étouffement subtil mais impitoyable, l’origine de ce comportement semblant être une peur incoercible et une bêtise insondable ?

Comme le contact s’avère problématique depuis un demi-siècle, quelle conclusion en tirer ? Est-ce à dire que nous nous heurtons à une désinformation constante, destinée à contrôler notre niveau d’adhésion-scepticisme ? Ou est-ce que ce « flou » pourrait trahir une réelle difficulté de communication, voir une grande incompréhension mutuelle ? Nous n’en savons rien. Nous n’avons pas les réponses, mais nous devons nous poser toutes les questions possibles.

Dans ce nouvel ouvrage ( parution : 2004 ) j’ai adopté le ton de la fiction pour provoquer chez le lecteur une réflexion sur le thème du contact. Si une ou des ethnies extraterrestres nous visitent, comment ces visiteurs se situeraient-ils vis à vis de nous sur « l’échelle évolutive » ? Sur Terre l’espèce humaine présente des discrhonies atteignant des dizaines de milliers d’années. Un habitant d’un pays technologiquement développé et un Papou peuvent se comprendre. Ils ont énormément de choses en commun, même si leurs visions de l’univers diffèrent quelque peu. Or, entre les Papous et nous il y a au bas mot trente mille ans de différence. Quand nous avons pris contact avec ces gens, au début des années trente, ceux-ci campaient …à l’âge de pierre.

Extrait du livre en vente sur ce blog ICI : L’ANNEE DU CONTACT

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

08 avril 2017 ~ 0 Commentaire

En accord avec votre Entendement Intérieur

 

L’Intellect c’est ce qu’un homme sait – l’Entendement Intérieur est ce qu’il Est. 

Voici un exemple de la manière dont il convient de procéder : L’idée d’une construction vous vient à l’esprit, vous en faites un plan et la construction se matérialise ; Cette construction est une image de votre idée. Voyez ce qui vient de se passer ; vous avez découvert la Loi. Votre vie est l’image et la ressemblance de votre Source Intérieure. C’est sans doute ce qu’entendait l’apôtre Paul lorsqu’il disait : « La foi est la substance des choses qu’on espère, l’évidence de celles qu’on ne voit point », et c’est pour quoi Il nomme les choses qui ne sont pas comme si elles étaient. Vous êtes fait à l’image et à la ressemblance de la Cause qui vous habite. « Vous êtes aussi parfait que la Cause qui demeure en vous est parfaite », voilà comment le Maître a exprimé cela.

AO108_capricorne-2

L’Entendement Intérieur, lorsque votre intellect est à son diapason, vous donnera l’harmonie, la satisfaction, l’argent ou l’affection que vous souhaitez. Lorsque cet accord n’existe pas, il en résulte un état statique qui se traduit par la pénurie, la limitation et la frustration. De lui-même l’intellect ne peut penser qu’à la pauvreté et à la limitation, parce qu’il ne peut « voir » plus loin que soi-même. Il voit la terre comme étant plate et s’entoure de crainte qui n’est qu’ignorance. L’Entendement Intérieur, toutefois, n’accepte pas les renseignements fournis par l’intellect. Il produit son propre univers – un univers qui reflète sa nature parfaite, continue.

Chacun, dans une certaine mesure, s’est servi des ressources Infinies de l’Entendement Intérieur. Certains lui ont tendu une petite tasse, d’autres un grand récipient. Un jour j’eus l’inspiration d‘écrire pour un syndicat de journaliste, je le fis. Un autre jour, je sentis que j’aurai du plaisir à jouer dans un orchestre symphonique, et je m’exécutai sous la baguette de Frédérick Stock. Ensuite je me dis qu’il serait agréable de savoir ce que c’est que d’être comédien,  je devins comédien. Je m’intéressai au dessin pour la décoration ; je me mis donc à dessiner. Tout ceci me donna matière à écrie des livres. Pondre de grandiloquentes théories de derrière un bureau n’est point mon fait. Je n’ai jamais pu souscrire à ce qui n’a pas de valeur pratique.

J’ai toutefois découvert que ce que les écoles enseignent comme étant « pratique » n’est que trop souvent dépourvu de cette valeur. Je crois bien que c’est Paul qui a dit : « L’homme naturel est l’ennemi de l’Entendement Intérieur ». Et les hommes qui réussissent et qui veulent paraître logiques, raisonnables, ne doivent leur succès ni à la logique ni à la raison, mais à la bonne volonté et à la persistance. De sorte que lorsque l’on vous dira que ce que vous avez dans l’esprit est irréalisable, vous ne vous laisserez pas intimider. Allez de l’avant, ne les écoutez pas. Mettez-vous à l’œuvre en chantant et cette chose qui ne se peut accomplir, vous la ferez !

L’histoire des personnes qui ont réussi est toute pleine d’épisodes qui ont marqué le tournant de leur carrière. Ils révèlent l’importance qu’il y a à s’en remettre à l’Entendement Intérieur.

Extrait du livre en vente ICI sur mon site : CHEMINS VERS LA PUISSANCE

 

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

02 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Cesser de croire que les autres nous ressemblent

Cesser de croire que les autres nous ressemblent

Nous affirmons souvent vouloir de l’aide, mais pour-être est-ce pour quelque chose que nous pouvons faire nous-mêmes. Est-il surprenant, dans ces conditions, que notre entourage ne nous comprenne pas ?

miroir

Combien de fois avez-vous désespérément eu besoin d‘aide sans l’obtenir au bon endroit, au bon moment ou de la manière voulue ? Si nous nous obstinons à recherche une aide (pour garder l’équilibre) que personne ne peut nous apporter, il n’est pas surprenant que les autres se sentent offensés par nos exigences et nos plaintes, encore moins qu’il leur soit difficile d’accepter notre colère à leur encontre. Pour le moment, nous nous contenterons peut-être d’examiner très attentivement toutes ces questions.

Réussir, c’est apprendre à faire avec ce que l’on nous donne, de plein gré. Que pensez-vous de cette idée.

Savez-vous ce qu’il arrive à celui qui n’y croit pas ? Si votre réponse est que cette personne sera constamment engagée sans réponse est que cette personne sera constamment engagée dans des rapports de force, je pense que vous avez raison. Je reçois souvent des gens qui ont toujours cru devoir lutter contre les autres pour obtenir ce qu’ils voulaient. Cependant, ces luttes sont futiles. Par définition, il y a toujours un vainqueur et un perdant. Et que fait le perdant ? Il attend que sonne l’heure de la vengeance. Quant au vainqueur, sa victoire n’est que temporaire. Il ne peut guère se reposer sur ses lauriers, puisqu’il doit consacrer chaque instant à préparer la prochaine bataille. Par définition, les luttes de pouvoir ne peuvent pas avoir de fin ni de finalité.

Le grand problème avec ce type de rapports, c’est qu’ils exigent de plus en plus d’énergie. Si je jette une pierre, l’autre pense devoir en jeter deux (pour remporter une victoire décisive). A mon tour, j’en jette trois (après tout, regardez ce qu’a fait mon adversaire). Le vrai problème est relégué à l’arrière-plan à mesure que nous nous engageons de plus en plus dans la lutte elle-même. Ils piétinent dans un cul de sac ; ils savent que continuer à se battre est intolérable, mais abandonner l’est tout autant.

Comment trouver une alternative à la pensée qui a déclenché ce rapport de force ? Je pense que tous ceux qui se trouvent pris dans ce cercle vicieux n’ont qu’un hâte ; en sortir. Mais quelle alternative trouver dans notre société ? Les luttes de pouvoir sont omniprésentes. Si une personne se sent impuissante et croit que lutter est la seule issue, elle ne peut pas s’arrêter à mi-chemin pour établir un compromis. Le souci de préserver un « équilibre des forces » oblige chacun à observer l’autre en permanence, à se tenir prêt à riposter au moindre faux pas. Les forces en présence peuvent parfois sembler endormies, inoffensives, mais en réalités elles sont prêtes à se déchaîner à tout moment.

Voyez-vous une alternative ? Si je savais clairement quelle alternative proposer à l’attitude adoptée par mes consultants, je me ferais un plaisir de vous la communiquer. Cependant, comme ce n’est pas le cas, je me contenterai de décrie dans les grandes lignes ce que je leur dis….

Vous devez parvenir à dépasser le stade des généralités, valables pour tous, pour définir vous-même les détails de la marche à suivre pour vous-même.

Sommes-nous vraiment disposés à parler les uns avec les autres à n’importe quel moment pour garder l’équilibre ? Rarement. Cela me semble en effet si compliqué que nous devrions alors passer tout notre temps à parler… Quant aux autres, ils ne pourraient pas non plus être complètement attentifs, étant trop occupés à garder leur propre équilibre. Le cerveau est beaucoup plus rapide que la parole ; de ce fait, il est impossible de tout dire. Il est également facile d’induire l’autre en erreur. On peut en effet sourire pour masquer sa peur, afficher de l’assurance justement parce que l’on se sent impuissant. Comment être sûr que l’on sait vraiment ce qui se passe ? Comment s’octroyer le droit d’avoir toujours raison ?

J’imagine parfois notre cerveau comme un grenier qui risque toujours d’être trop plein du bric-à-brac que l’on y apporte de l’extérieur. Il faut alors faire des choix ; jeter ou garder ? Comme tout doit trouver sa place, il faut prendre des décisions, changer des choses de place, et  ce, en permanence….

Comment savoir à quels problèmes une autre personne est confrontée à un moment donné ? Quelle décision est-elle en train de prendre ? Peut-elle nous le faire savoir de telle manière que cela ait un sens pour notre propre bric-à-brac ?

J’utilise cette image d’un bric-à-brac dont les éléments se déplacent constamment pour bien montrer à quel point il est improbable que l’on parvienne jamais à comprendre vraiment quelqu’un d’autre. En effet, les éléments du bric-à-brac sont différents pour chacun de nous et changent constamment de place. Ne serait-ce pas extraordinaire d’arriver à nous comprendre les uns les autres, même brièvement ? C’est intéressant car, à je ne cesse d’entendre les gens se plaindre de ne pas comprendre les autres et de n’être pas compris d’eux comme si cela allait de soi.

Sommes-nous capables d’admettre que comprendre parfaitement les autres est sans doute impossible. Dans notre lutte incessant pour garder l’équilibre, nous arrivons tôt ou tard à la conclusion qu’il est vraiment impossible de nous comprendre les uns les autres… ou du moins d’obtenir des autres toute l’aide que nous en attendons. Comment trouvons-nous alors le courage de continuer ?

Extrait  du livre en VENTE sur ce blog ICI :  COLERE ET AGRESSIVITE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

30 mars 2017 ~ 0 Commentaire

La relation d’Esprit cosmique et télépathie

 

Une définition récente de la télépathie la décrit en ces termes : « Si un individu a accès à une information non disponible pour un autre, si certaines conditions étant remplies et les canaux sensoriels connus rigoureusement contrôlés, le second individu peut démontrer qu’il a de cette information une connaissance suffisamment étendue pour être incompatible avec son acquisition par l’autre moyen possible ; la divination par hasard.

communication

On a des milliers de compte rendus sur ce qui semble être une communication de ce genre entre deux personnes ayant déjà de puissants liens affectifs. Le témoignage est pour une large part anecdotique et traite en général de la connaissance de crises affectant l’un des membres d’un couple – mari/femme, parent/enfant,  frère/soeur – qui se trouve communiquée au moment où les crises de produisent à l’autre membre, alors ailleurs. C’est entre jumeaux identiques, qui souffrent des mêmes maladies aux mêmes époques et paraissent mener des vies très similaires, même séparés à la naissance, que ce rapport est, dit-on, le plus efficace. Ces comptes rendus sont intéressants mais presque impossible à  vérifier rétrospectivement et n’offrent aucun indice réel quant à la nature et à l’origine de la télépathie.

La tentative la plus scrupuleuse pour cacher volontairement à un individu la connaissance d’un fait donné pour voir qu’il pourrait deviner correctement l’énigme est le travail effectué par Rhine et ses collègues à Duke Université. Ils partirent de l’idée répandue qu’il existe une zone de l’expérience humaine où les gens paraissent connaître, par « flair » ou « intuition » des choses situées hors de la portée directe de l’œil ou de l’oreille, et la soumirent à des expériences de laboratoire dans des conditions telles qu’on puisse calculer les chances que la connaissance soit acquise par pure coïncidence. Ces travaux débutèrent au début des années 1930, où Rhine utilisa pour la première fois le terme de perception extrasensorielle, ou PES, pour décrire le processus, et inaugura une interminable série de test consistant à deviner des cartes.

Rhine employa le jeu de Zener, formé de vingt-cinq cartes comportant cinq symboles ; carré, cercle, croix, étoile et lignes ondulées. Dans n’importe quel test, le résultat fortuit est de cinq sur vingt-cinq, mais dans toute  une variété de situations expérimentales avec un certain nombre de sujets, Rhine constata que, nombre de fois, les résultats étaient si élevés qu’ils avaient des chances de plus d’un million contre un par rapport au hasard. Une fois une fillette de neuf ans provenant d’un foyer malheureux marqua vingt-trois points lors d’un test à son école et, amenée au laboratoire de Duke par un expérimentateur auquel elle s’était attachée affectivement, réussit à deviner correctement toutes les vingt-cinq cartes.

En des tests ultérieurs, les enregistrements d’EEG montrèrent des modifications spectaculaires semblables dans les courbes cérébrales de l’émetteur aussi bien que du receveur et le groupe de Popov relata : « Nous avons détecté cette inhabituelle activation du cerveau entre une et cinq secondes après le début de la transmission télépathique. Nous la détections toujours quelques secondes avant que Nicolaiev eût la perception consciente de recevoir un message télépathique. Au début, il se produit une activation générale, non spécifique, de sections antérieures et moyennes du cerveau. Si Nicolaiev est sur le point de capter consciemment le message télépathique, l’activation cérébrale ne tarde pas à devenir spécifique et passe aux régions postérieurs, afférentes du cerveau » A la réception de l’image de quelque chose comme un paquet de cigarettes, l’activité cérébrale de Nicolaiev était localisée dans la région occipitale, associée à la vue, et quand le message consistait en une série de bruits entendus par l’envoyeur, l’activité se produisait dans la région temporel du receveur, normalement associé au son.

La production de phénomènes télépathique sou psychokinésiques est encore assez rare pour être considérée comme anormale et il semble que chez de nombreux sujets la peur d’être capables de faire ce genre de chose provoque un état de confit qui les empêche activement de le refaire. Beaucoup  de gens qui y parviennent, dont e gagne-pain ou le prestige dépend de la production de ces phénomènes, résolvent le conflit grâce à la dissociation. Ils entrent dans un état de transe où leur esprit conscient peut refuser toute responsabilité dans les événements, ou même ils deviennent «possédés par l’esprit » de quelqu’un d’autre, à qui il est possible de les attribuer ; le succès de ces trucs psychologiques pour éviter le conflit est démontré par le fait que maints sujets semblent ne rien se rappeler du tout de ce qui s’est passé pendant la séance. Pour certains la dissociation est facile, mais d’autres semblent passer à cet effet par des combats formidables. Hereward Carrington, un des anciens « dépanneurs » de la recherche psychique, décrivit l’état d’un sujet psychokinésique à la fin de sa séance comme « faible, épuisé, nauséeux, hystérique, le visage profondément ridé, malade physiquement et mentalement : une vieille femme brisée, ratatinée ». Il nota aussi que sa dépense d’énergie nerveuse était à son apogée en présence d’inconnus, quand sa crainte d’un échec, et par conséquent son degré de conflit était également élevé.

Extrait  du livre en VENTE sur ce blog ICI :  HISTOIRE NATURELLE DU SURNATUREL

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

26 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Un bébé miraculé

 

Josiane, enceinte de huit mois, se promène tranquillement dans le bois de Saint Cucufa, en banlieue parisienne, avec sa petite Karine âgée de 3 ans. Nous sommes en semaine, peu de gens se promènent. Soudain, on entend un bruit violent, comme un coup de fusil. Josiane sent alors une sensation bizarre au niveau de l’abdomen et pousse un cri en découvrant une tache de sang sur sa robe, à la hauteur des hanches. C’est la panique ; Karine prend peur et hurle ; Josiane terrorisée, ne peut plus avancer et s’assoit sur un tronc d’arbre.

Par chance, un couple de promeneurs, entendant les cris de Josiane et de Karine les découvrent en pleurs. La robe de Josiane est maintenant pleine de sang. Monsieur et Madame Bonnet réalisent vire l’urgence de la satiation. Josiane, qui réussit péniblement à atteindre leur voiture située à deux cent mètres, est allongée à l’arrière. La petite Karine reste devant avec monsieur et madame Bonnet.

Ils se dirigent alors rapidement vers l’hôpital de Sèvres, situé à quelques minutes du bois. Une radio précise alors que le bébé a été atteint par la balle, qui lui a fracturé une côte et s’est logée dans le thorax. On décide de pratiquer en urgence une césarienne pour tenter de sauver l’enfant.

L’accouchement se déroule sans problème, et Josiane accouche d’un petit garçon de 2 kg700. On décide de l’opérer immédiatement et on réussit à extraire sans difficulté une bale dans le thorax, près du foie.

Le bébé et la maman vont bien tous les deux. Mais d’où venait cette balle ? L’enquête policière ne réussit jamais à le préciser, mais il semble fortement probable qu’il s’agissait d’un chasseur qui s’était trompé de cible.

bebe

————-

BALLON BLEU

Le petit David 8 ans, qui se plaint depuis quelques jours d e maux de ventre, est hospitalisé à l’Hôpital des enfants de Bordeaux par un médecin pour suspicion d’appendicite.

L’appendicectomie est une intervention rapide, bénigne, qui ne laisse qu’une toute petite cicatrice. Mais un accident va se produire pendant l’intervention. Le pouls de David s’accélère considérablement, David a du mal à respirer, son visage gonfle, sa tension est très basse ; Bref, David présente un choc anaphylactique qui peut mettre ses jours en danger.

L’anesthésiste et le chirurgien réagissent rapidement et, en moins de quinze minutes, la situation s’améliore grâce à la réanimation entreprise dans l’urgence. L’intervention se termine bien. Le petit David est gardé en réanimation après l’intervention, mais on ignore encore la raison de cet accident. Après un interrogatoire minutieux des parents, on découvre que David présentait des manifestations bizarres, des boutons sur le corps, dès qu’il soufflait dans un ballon. Une fois même, lors de son anniversaire deux moins auparavant, il aurait eu du mal à respirer.

Ses parents avaient mis ça sur le compte de l’énervement et puis tout était rentré dans l’ordre. Les parents de David ne s’en inquiéteront pas plus, et ne s’en souviennent que lors de l’interrogatoire des médecins.

On fit alors le diagnostic curieux, rare, mais non exceptionnel, d’allergie au latex. David avait fait une réaction aux gents de caoutchouc du chirurgien qui l’opérait. Il faisait déjà des petites réactions quand il soufflait dans un ballon contenant du latex.

Extrait  du livre qui est en VENTE ICI sur mon blog :  CES INCROYABLES HISTOIRES DE LA MEDECINE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

24 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Là où l’esprit se réfugie

 

Le monde n’est pas tel que nous le voyons. Le monde est complexe, multiple et bien plus élaboré que la vision commune dont les humains se contentent. Je te l’ai déjà dit, je me répète sans doute, mais il est tellement important que tu comprennes.

Pierre était un héritier. Certains disent qu’un abominable malheur s’est abattu sur sa naissance. Moi, je prétends que son existence était un don de Dieu. J’affirme que sa courte vie aurait pu éclairer les hommes, s’il avait su plus tôt le don qu’il avait hérité de ses ancêtres.

MAISON

Les médecins ont posé un nom sur le mal dont il souffrait. L’IFF : l’Insomnie fatale familiale. Cette pathologie inique transmise de génération en génération est une maladie orpheline d’origine génétique encore bien méconnue à ce jour. On a recensé depuis les années 80 moins d’une centaine de cas sur la planète. Vingt-huit familles au monde dans la nôtre, portent en elles ces terribles gènes qui se raniment un jour pour priver définitivement leur hôte de sommeil.

Imagine, un matin, ton père s’est réveillé pour ne plus jamais se rendormir. Un jour, Pierre s’est réveillé pour la dernière fois. Pour la dernière fois, il a senti émerger sa conscience, il s’est souvenu d’un rêve, il a étiré ses muscles engourdis par le sommeil. Ce miracle de la vie qui nous happe chaque soir et dont on ne saurait se passer. Ce refuge de l’esprit, cet abandon du corps lui était devenu inaccessible. Imagine le cauchemar de ne plus jamais rêver, imagine l’horreur de ces nuits qui se succèdent, sans que l’engourdissement et le sommeil ne t’emportent plus jamais. Imagine ce corps qui t’échappe, ces muscles qui tremblent et se lâchent, te réduisant à une simple machine qui déraille ; Imagine ces longues heures, les yeux ouverts dans le noir sur des images délirantes, dans le brouhaha de paroles qui n’existent pas, d’odeurs inconnues, priant qu’enfin le calvaire cesse et que la mort vienne te délivrer.

Pierre était détenteur d’un don qui le dépassait. Pierre pouvait livre au-delà de la surface du réel, à l’intérieur de la matière dont nous sommes tous faits. Je crois en cette vision quantique du monde. L’énergie est un jour lointain sortie du néant. L’énergie a engendré la matière, qui elle-même en se complexifiant a donné la vie. Le vivant s’est offert la conscience, peut-être pour s’admirer. Et la conscience nous a été donnée. Nous sommes en résumé un état de la matière issu de rien. Nous sommes un songe, mais un songe conscient de lui-même. Pierre résumait l’histoire de la création du monde. Il savait regarder à l’intérieur de ce songe.

Juste après ta naissance ma fille, j’ai fait procéder à une analyse de ton caryotype. Il fallait que je sache. Le résultat n’aurait en rien changé l’amour infini que je te porte. Mais il aurait influé sur l’éducation que je m’efforce de te donner. Tu vivras, et tu connaîtras la vieillesse. Tu pourras jouir du sommeil jusqu’à la fin de tes jours, que je te souhaite heureux de bout en bout. Pierre t’a transmis le meilleur de lui-même.

Pendant mille six cents ans, les ancêtres de ton père, tes ancêtres, ont connu leurs derniers instants dans cette crypte. Bien des questions resteront sans réponse concernant ce lieu. Comment s’y sont-ils retrouvés. Par quel moyen étaient-ils informés de son existence et, surtout pourquoi l’avoir entourée d’un tel secret. Mais qui sont les éveillés, ces femmes et ces hommes dont les origines semblent remonter à la nuit des temps. Et qu’est-ce qui les relie à cette nécropole découverte par hasard et abritant des dizaines de cadavres, inhumés là depuis des siècles.

L’amour est la seule chose qui vaille en ce monde, construis ta vie sur ce principe et la vie sera clémente avec toi. Mais d’ici à ce que tu l’appliques pleinement pour toi-même, nous avons encore des années de bonheur à partager.

Extrait  du livre en VENTE ICI sur mon blog :  LES EVEILLES

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

La communication télépsychique

 

Quand la vanité, l’ambition, la vénalité suscitent le désir d’inspirer l’amour, de le perpétuer ou de le faire renaître, peut de recours leur sont offerts par l’action télépsychique, car on ne communique pas un état si on ne l’éprouve pas ; qu’on le puisse imposer, c’est quelquefois vrai, mais la fermeté dominatrice, l’impérieuse exaltation, indispensables pour cela, supposent soit d’exceptionnelles prédispositions, exclues des caractères vulgaires, soit des prérogatives acquises au prix d’une ascèse dispensatrice de singulier détachement.

communication

Aux seules tendresses véritables, aux seules passions spécifiquement amoureuses, s’adresse donc ce qui va suivre. Quoique égoïste tant qu’elles se soucient de recevoir et non uniquement de donner, elles sont certainement utiles à l’évolution de beaucoup et toujours préférables aux tiédeurs mornes de l’inertie.

Dès qu’une passion s’éveille, toutes les ressources intérieures semblent s’accroître. Une impulsivité inaccoutumée anime à la fois l’organisme, l’imagination et la volonté. On a l’impression de sortir d’une longue torpeur et de commencer seulement à vivre avec plénitude. En particulier, la pensée est considérablement plus active qu’à l’habitude. C’est que la vigueur animique s’élabore abondamment. On voit d’emblée l’importance de cet afflux ; condition première d’une irradiation puissamment influente, l’élaboration abondante des énergies psychiques suffit à entraîner la communication des dispositions qui la génèrent, à affecter leur objet et à éveiller en lui des dispositions réciproques.

Malheureusement, la réceptivité de ce dernier peut se trouver perturbée par une ou plusieurs causes : dissonances foncières entre les deux caractères, inclinaison ressentie pour quelque autre, rivalité, lassitude, préoccupation dérivative. Alors l’influence spontanée de la pensée ne suffit pas ; il faut user de son influence condensée et réfléchie, de manière  à doubler, à tripler, à décupler sa puissance ; Nous allons préciser, en l’adaptant au cas particulier de difficulté sentimentale. Retenons, avant tout, ceci : du moment où il y a passion, sentiment, désir, pourvu que l’ardeur en soit vive, on dispose d’une puissance suffisante pour influer sur qui suscita cet élan. Mais i l’élaboration de l’énergétisme psychique est alors assurée, sa condensation exige un arrêt immédiat de l’émission discontinue, à laquelle sont enclins les cœurs malheureux.

Cette dispersion constitue un écueil des plus graves. Si l’on se sent, préalablement à toute tentative d’action à distance, dominer l’agitation qui éparpille, sans utilité, l’énergie psychique, l’espoir d’aboutir renonce à son seul appui.

Les déconvenues, les meurtrissures, les chagrins sentimentaux deviennent volontiers obsédants. L’idée fixe s’implante, agite sans cesse l’esprit, entraîne l’imagination aux vagabondages les plus délirants et retient si despotiquement l’attention que le sommeil même devient malaisé. Pour certains, s’arracher un moment à l’évocation des mille et une songeries expressives de leur état, cesser l’espèce de possession fictive par quoi ils trompent leur douleur, semble un vrai supplice. Cette perpétuelle tension, impossible pour tout autre objet, apparaît spontanément dans la passion contrariée en raison même de l’afflux énergétique inséparable de tout état affectif intense, ardent, violent. Elle engendre une émission psychique continuelle et disperse inévitablement en mille pensées, paroles, impulsions, le dynamisme qu’elle suscite. Il en résultat que l’intéressé ne dispose à aucun moment d’un potentiel suffisamment condensé pour agir avec force.

C’est pourquoi ceux qui prétendent que « si la télépsychie existait, ils auraient beaucoup d’influence, puisqu’il pensent toute la journée à l’objet de leur préoccupation » se fourvoient.

La première règle à observer pour tenter de communiquer un sentiment consiste à s’interdire durant vingt-deux ou vingt-y trois heures sur vingt-quatre, d’y penser, du moins constamment. Il faut, de propos délibéré, détourner son attention du sujet et de ce qui se rapport à lui, fixer cette attention sur des ordres d’idées, des besognes, des dérivatifs prévus. Ceux qui ne sont pas pratiquement familiers avec les principes élémentaires de l’éducation psychique, en particulier avec le changement volontaire de pensée, trouveront terriblement difficile de résister à l’impulsion passionnelle qui tend à accaparer leur mental et de l’endiguer jusqu’au moment journalier choisi pour la projection méthodique du potentiel ainsi accumulé.

Ce n’est, certes pas agréable, mais n’y a-t-il pas une compensation énorme à songer qu’ainsi on s’arme pour combattre la difficulté ? Pour obtenir ce à quoi in tient par-dessus tout ?

EXTRAIT DU LIVRE en vente ici sur ce blog : L’INFLUENCE A DISTANCE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

18 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Le langage des dents est celui de l’âme

 

 A mi-chemin entre extérieur et intérieur, la bouche est un sas interposé entre deux mondes. Les mots en sortent et la conscience s’y intériorise comme dans un temple. La bouche est un lieu de transition, de transformation: de la nourriture à un premier niveau, de soi à un niveau plus subtil. Transposé à l’âme, le processus de digestion qui commence dans la bouche s’apparente à une décantation, à la purification et au raffinement des éléments qui composent la personnalité, à la transformation de la matière vile en matière noble, telle que la rêvaient les anciens alchimistes. Une dent qui s’abîme est le signe qu’on est resté bloqué dans le passage, faute de pouvoir mener à son terme le processus de transmutation. Le langage des dents est celui de l’âme, de l’inconscient. Chaque problème dentaire est porteur de sens ou peut le devenir pour peu qu’on accepte l’initiation proposée. La bouche est un temple, une cathédrale dont chaque dent est un pilier qui possède une fonction et un sens bien précis. Aucune dent, fut-elle de sagesse, n’est superflue, chacune de nos trente-deux sculptures vivantes a sa place dans notre bouche. Si les anciens l’avaient compris, nous, les modernes, avons malheureusement oublié cette vérité. Tandis que la science progressait, le sens sacré de nos dents s’est perdu.

Langage des dents chez francesca

Pour beaucoup, la dent n’est plus que ce corps inerte, sorte de cailloux planté dans nos mâchoires, dont la fonction se limite à mâcher et qu’on livre par nécessité aux soins du dentiste. La perte du sens nous a conduit à maltraiter nos dents. On n’hésite pas, par exemple, au nom de la « prévention » à extraire systématiquement les dents de sagesse au prétexte qu’elles seraient vouées à disparaître (ce qui est faux). Ces extractions mutilantes infligent souvent des dégâts irréparables à la cathédrale dentaire et à l’être. En effet, c’est par ces dents qu’on entre en contact avec le divin. Au dix-septième siècle on les surnommait les « dents du sens ».

Lever les blocages par le décodage de la mémoire dentaire

Tout problème dentaire est le signal d’une transformation intérieure à opérer, un appel à actualiser notre mémoire dentaire. Il appartient à chacun, par la prise de conscience, d’effectuer le nettoyage ou digestion des émotions engrammées, évitant ainsi au corps d’avoir à le faire à notre place.

Sur le plan intérieur, il arrive un point dans l’évolution personnelle où la mémoire dentaire doit être prise en compte. Faute de quoi, on se heurte à un blocage : la mémoire dentaire cristallisée fixe les problématiques passées et nous ramène sans cesse en arrière.

La première étape consiste à décoder les problématiques émotionnelles inscrites dans les dents grâce à l’analyse d’une radio panoramique. La seconde étape est de faire procéder à la dépose des éléments métalliques, cette dépose devant se faire en conscience sur la base des informations données par l’analyse psychodentaire. Ainsi des blocages anciens peuvent être levés et des transformations s’opérer.

Carie, déchaussement, usure, fracture, etc.: les moyens d’éliminer ses dents ne manquent pas. Le type de problème qu’une personne développe de manière préférentielle dépend de son tempérament et de ses croyances les plus inconscientes. Les caries touchent plus particulièrement les personnes qui se nient, qui croient qu’elles n’ont pas droit à la parole et ravalent leurs besoins et leurs émotions pour ne pas gêner leur entourage. Le déchaussement se développe sur un terrain psychologique où domine le sentiment d’être impuissant, trop faible pour faire face aux épreuves et aux stress de la vie. Le déchaussement touche les personnes qui au plus profond d’elles-même, et souvent à leur insu, se sentent dépendantes des autres, incapables de subvenir seules à leurs besoins.

Aussi paradoxal que cela paraisse, éliminer ses dents par le déchaussement, par la carie ou un autre moyen, représente une tentative inconsciente de se soulager en s’empêchant de ressentir l’insupportable. Chaque problème qui touche nos dents est donc porteur d’une intention positive. C’est cette finalité inconsciente qu’il faut absolument comprendre et identifier, sous peine d’engager un combat perdu d’avance contre soi-même. D’un côté je m’acharne à vouloir remettre une dent alors que de l’autre j’ai, comme Quentin, le besoin inconscient mais viscéral de l’éliminer pour ne plus ressentir l’information ou le contenu souffrant qu’elle véhicule. L’apparition d’un problème signe l’impérieux besoin de libérer une souffrance en rapport avec la dent. Le faire par la prise de conscience, tout en faisant soigner la dent par le dentiste, évite que le processus de destruction ne se poursuive inexorablement. Dans le cas contraire, le corps poursuit à sa manière le travail d’élimination et le délabrement se poursuit malgré les soins engagés.

C’est tout l’objet du décodage du langage des dents que d’amener la personne à identifier le besoin de mieux-être qui se cache derrière son problème dentaire. Dès lors qu’elle le comprend, elle peut y répondre autrement qu’en détruisant ses dents. Le véritable travail de reconstruction de soi peut commencer en collaboration avec le dentiste.

Extrait du livre en vente sur mon site :  QUAND LES DENTS SE METTENT A PARLER

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/t777-le-sens-sacre-de-nos-dents?highlight=dents

14 mars 2017 ~ 0 Commentaire

PERSPECTIVE MENTALE AVANT DE PORTER UN JUGEMENT

 

Avant de pouvoir « juger en toute justice » il faut avoir de la perspective mentale. Il nous faut nous éloigner assez des objets et des personnes afin de pouvoir les voir par rapport à l’ensemble. Plus nous nous éloignons, mieux nous voyons. Plus nous considérons l’ensemble, plus nous jugeons correctement les composantes. Nous avons une bonne idée de ceci lorsque nous regardons un paysage d’un avion.

jugement

La perspective mentale requiert d’abord une claire vision mentale. Une fois que vous aurez atteint le sentiment de l’altitude dont vous avez besoin, vous n’aurez point de peine à maintenir l’attitude mentale si nécessaire pour « Juger selon le jugement juste ».

Vous aborderez ce Chemin vers la Puissance comme tous les autres, en vous servant de la faculté de la « droiture ». Cette habitude consciente devient automatique, c’est alors que vous verrez les choses comme elles sont en réalité. Et vous vous mettez à « construire une cathédrale » , comme l’homme de l’histoire qui suit….

Sur un spacieux terrain, trois hommes construisaient. Un étranger qui passait par là, s’arrêta pour les regarder. Le maçon qui était le plus proche de lui empilait brique sur brique avec acharnement.  »Quelle belle journée », dit l’étranger « Qu’est-ce que vous faites » ? Sans lever la tête, l‘homme répondit : « Je pose des briques ».

L’étranger fit quelques pas. S’arrêtant auprès du deuxième ouvrier, il répéta sa question : « Que faites-vous » ? – « Je gagne vingt dollars par jour », répondit le maçon qui tout en étendant son mortier, lui jeta un coup d’œil rapide.

Contournant le bâtiment, l’étranger trouve un troisième maçon qui sifflait en travaillant ; Il lui demanda ce qu’il faisait. L’homme, avant de répondre, acheva de placer avec précision la brique qu’il était en train de poser. Puis il se releva, fit quelques pas en arrière, promenant lentement son regard sur le bâtiment inachevé, et dit : « Je construis une cathédrale ».

Lorsque vous aurez débarrassé votre Vison Intérieure des débris des concepts faux, vous verrez les merveilles qui ont toujours été devant vous. Tout comme le fait de mettre devant l’oeil une pièce de cinq francs suffit à vous cacher l’œil, l’argent obscurcit souvent la Lumière. Pourtant, ce n’est point l’argent qui est à la base du mal. L’argent, lorsqu’il est considéré comme un moyen pour accomplir un but, a sa place dans notre vie. C’est l’amour de l’argent qui est pernicieux ; il fait de l’argent un but. Celui qui est encombré d’un complexe d’argent, qui en fait un but en soi, perd le sens des valeurs et ne peut pas plus entrer dans la chambre secrète de la Puissance Intérieure, qu’un « chameau ne peut passer par le chas d’une aiguille ».

Ce que les hommes appellent le bonheur ne se trouve pas dans la fortune, dans la grande vie, ni dans une bonne année. Le bonheur est en vous. Cherchez-le donc en vous-même. Le secret en est dans l’Entendement Intérieur. Il faut que vous sachiez vivre en vous-même, avec vous-même et vos rêves. Il faut que vous puissiez trouver un refuge en vous-même, une retraite, une joie en vous-même et un but. Il est un fait bien connu, c’est que si la cause produit l’effet, les deux sont d’une même essence. J’entends par là que tout comme la chaleur produit le mouvement, le mouvement produit la chaleur. Ceci n’est pas seulement vrai de la cause à effet, ils peuvent se produire mutuellement puisqu’ils sont Un.

La prochaine fois que vous vous trouverez dans un autobus, faites l’expérience suivante ; adoptez l’expression et l’attitude du personnage qui vous fera vis-à-vis et voyez si vous ne devinez pas ses sentiments.

En éveillant en vous-même le sentiment que vous désirez, vous objectifierez le résultat. Inversement, si vous adoptez l’état physique que vous souhaitez, vous établirez le sentiment correspondant.

Extrait du livre en vente ICI sur mon site : CHEMINS VERS LA PUISSANCE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

13 mars 2017 ~ 0 Commentaire

FAIRE FACE A LA COLERE DES AUTRES

 

Beaucoup de gens demandent comment faire face à la colère des autres. En fait, je pense que la chose la plus importante que j’aie apprise de la colère telle que je la perçois, c’est qu’il est facile de voir quand quelqu’un est pris à ce piège. Cela m’aide à prendre une profonde inspiration et à garder mon propre équilibre. Ensuite, je peux écouter une personne en colère sans problème, que sa colère soit dirigée contre moi ou contre quelqu’un d‘autre. En général, ce que je perçois c’est sa douleur lorsqu’elle constate que le monde refuse d’être différent, plus conforme à ce que l’on attend d’elle.

colère chez francesca

Vous vous souvenez peut-être que quand je qualifie la colère de « coup de poignard dans le coeur » j’entends par là une façon d’attirer l’attention de l’autre quand on se sent vraiment désespéré. Pour cette raison, je pense qu’il est extrêmement important de savoir écouter une personne en colère.

Mais que faire après en avoir ressenti le choc ? Pour trouver la réponse à cette question, il me semble judicieux d’avoir conscience de notre état d’esprit après avoir « lâché du lest ».

La plupart du temps, je pense que l’on préfère être laissé seul afin de faire le point sur ses sentiments. Autrement dit, on désire se sentir à l’abri des autres, perçus comme envahissants, incitateurs ou inquisiteurs. Cependant, on se trouve alors face à un conflit. En même temps, on peut avoir envie d’avoir quelqu’un sous la main pour ne pas se sentir complètement isolé. Il est facile de savoir ce qu’il ne faut pas faire en réaction à la colère d’un autre.  Par exemple, on imagine sans peine le danger encouru par cette femme : « Quand mon mari crie, cela me faire rire » ! De même, il ne sert à rien à la personne visée par la colère de se mettre sur la défensive et de répondre en énonçant des faits et des détails.

Prenons l’exemple d’un mari jaloux. Peut-être après une absence de son épouse, se plaindra–il en ces termes : « Je ne peux plus supporter cela … Je ne suis pas assez bien pour toi… Tu serais capable de me quitte pour n’importe qui. Tout ce que tu cherches, c’est une occasion de partir … Tu me fais du mal à chaque fois que tu peux … Tu es exactement comme ta mère » Il est clair que cet homme ne fait rien pour faciliter les choses et ne pas se retrouver seul. Quant à son épouse, il ne lui servira à rien de répondre en énonçant des faits. « Je suis allée au supermarché parce que nous n’avions plus de …  »

Ce que je viens de décrire ici, c’est un rapport de force très courant dans les couples. J’espère que vous comprenez que ce sont les deux membres du couple qui ne font que perpétuer cette situation. Il suffit que l’un des deux change pour en sortir.

La première étape, selon moi, consiste à garder son propre équilibre. Autrement dit, elle doit éviter de paraître sur la défensive – en déséquilibre. Pour cela, elle doit garder constamment à l’esprit que personne ne peut jamais savoir qu’elles décisions sont les plus adaptées à sa situation à elle et à un moment donné. Autrement dit, elle n’a pas à s’excuser, à avoir honte ou à riposter, simplement parce qu’un autre pense le contraire et insiste pour le lui faire savoir. En ce qui concerne la deuxième étape, quoi qu’elle fasse elle sera probablement plus efficace simplement parce qu’elle sera en équilibre dès le départ.

A vrai dire, cet homme recherchait désespérément le pouvoir. A mes yeux, le vrai pouvoir consiste à nous faire mutuellement comprendre, même dans une modeste mesure, lorsque cela devient réellement important. Plus il était imbu de lui-même et désireux d’obtenir le pouvoir, plus il essuyait d’échecs. Lorsqu’il était réellement absorbé par la recherche du soulagement de la douleur qui en découlait, il était incapable de faire la seule chose pour obtenir le vrai pouvoir : commencer par écouter les autres … afin de se faire entendre.

De toute évidence, ces observations et ses décisions étaient devenues plus justes depuis qu’il se tenait la tête haute.

Extrait du livre en vente sur mon ce site : COLERE ET AGRESSIVITE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

11 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Pour un nouveau rapport sciences et Foi

 

 

L’évolution de l’univers vers des structures de plus en plus organisées pose un problème redoutable à notre effort de compréhension du monde. Nous voyons en effet dans la nature se manifester deux tendances opposées :

-      une tendance générale à a dégradation, à l’uniformisation qui se traduit par une augmentation irréversible de l’entropie

-      une tendance à l’organisation qui se manifeste de manière persistante dans certains endroits de l’univers.

science chez Francesca

Comment ces deux tendances peuvent-elles coexister ? La considération de l’évolution stellaire peut nous aider à le comprendre. Nous savons qu’à partir d’un nuage de gaz à peu près homogène, se sont formées les galaxies, puis les étoiles, et comment au sien de celles-ci, la matière pesante avait continué à évoluer vers des noyaux de plus en plus lourds. Cette évolution peut être comprise comme résultant des forces physiques attractive ; la gravitation qui conduit la matière massive à se regrouper, puis la force nucléaire qui permet la constitution des noyaux atomiques, et enfin la force électromagnétique qui permet la constitution de atome set des formes condensées de la matière. Mais les forces attractives sont sans cesse en compétition avec l’agitation aléatoire des particules, les nouvelles structures sont souvent détruites par des collisions ; Cependant, avec l’expansion, la température diminue et les collisions deviennent moins fréquentes et moins violentes, ce qui permet aux atomes récemment formés de subsister. Ainsi, l’organisation se poursuit, en symbiose avec le désordre aléatoire, et en partie grâce à lui. Mais le résultat global de ces processus irréversibles est quand même une dégradation de l’énergie qui se traduit par une augmentation de l’entropie de l’ensemble du système.

Cette présentation simple n’est bien sûr qu’un balbutiement d’explication qui est bien loin de répondre à toutes les questions que pose l’évolution vers la complexité. Ces questions ont été plus largement débattues dans plusieurs ouvrages récents, citons en particulier Le quark et le jaguar de Murray Gell-Mann (1995). Dans cet ouvrage, après avoir précisé ce qu’il entend par complexité, l’auteur montre que l’évolution vers la complexité est possible dans les situations où il existe un mélange d’ordre et de désordre. Une situation totalement ordonnée est bloquée, d’une part, aucune évolution n’est possible et d’autre part, tout commencement d’ordre est immédiatement détruit dans une situation d e désordre intégral. Avec des conditions favorables peut se développer ce que Gel-Mann appelle des systèmes adaptifs complexes, capables d’évoluer vers plus d’organisation.

Cette possibilité est-elle suffisante pour expliquer l’apparition de la vie et son évolution telle que nous la constatons ? L’incertitude à se sujet demeure ; en effet, la compréhension de cette montée vers la complexité devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que l’on considère des états plus organisés. Le caractère chaotique de la matière fait apparaître des formes inattendues et, à partir d’un certain niveau, le traitement complet des systèmes par les lois physiques élémentaires devient hors de portée de la science actuelle.

Mais, heureusement, il y a une certaine indépendance des différents niveaux de complexité ; cela provient du fait que les échelles d’intensité des forces et leurs protées sont extrêmement différentes. Les propriétés chimiques des molécules sont indépendantes de ce qui se passe à l’intérieur des noyaux qui composent ces molécules, sauf quelques phénomènes particuliers ; on peut alors caractériser le noyau par un nombre limité de paramètres. De même, si l’on s’intéresse à une discipline plus macroscopique, l’hydrodynamique par exemple, on pourra ignorer les molécules qui composent le fluide et se contenter de représenter ses propriétés par quelques grandeurs globales comme la densité, la viscosité, etc. La science apparaît ainsi comme une superposition d ‘étages presque indépendants, ayant chacun ses principes, établis à partir d’une expérimentation à ce niveau. Lorsque la complexité n’est pas trop grande, on arrive à montrer la cohérence des principes d’un certain niveau avec ceux du précédent, ce qui donne au moins une compréhension qualitative de l’articulation entre les deux niveaux. Cependant, lorsqu’on veut arriver à une description précise et quantitative, on est très souvent obligé de recourir à une modélisation approximative comportant des paramètres que la théorie ne donne pas et qui doivent être déterminés expérimentalement.

Extrait du livre en vente sur ce blog : L’UNIVERS N’EST PAS SOURD 

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

08 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Une réponse aux Extraterrestres

 

Signé : Peter Small – Christine de Montmirail et Moalik Shandrah

Je suis la personne qui intervient dans un travail de préparation psychologique s’inscrivant dans une démarche d’un contact second niveau auquel j’ai participé durant l’année 2002 qui faisait suite à d’autres tentatives de contact de premier niveau qui ont échoué. Ces niveaux désignent un seuil de complexité et d’insertion de données scientifiques d’ordre exo-anthropologique. Je présume de méfiance et d’incompréhension mutuelle.

Je me permets de vous expliquer ce qui se passe actuellement ; Je perçois une crise diplomatique ayant pour thème la sécurité entre les intervenants suivant : Une présence exotique non identifiée et présumée comme telle par vous (xxx.N)

extraterrestre

Un protocole de simulation s’articulant autour d’une simulation de personnalité servant d’interface à des échanges socioculturels (Windows 98).

Un être humain, MZ, qui a inspiré et organisé le rapprochement entre cette présence exotique et la communauté de passionnés travaillant via Internet sur la liste  iumma.sciences. C’est lui qui a imaginé et préparé les trois niveaux de contact. C’est quelqu’un de très important pour différentes communautés travaillant sur l’exo-anthropologie et les extraterrestres.

A l’origine, se situent les travaux de deux chercheurs décédés, Yves Lecerf (polytechnicien, logicien, découvreur d’un théorème célèbre sur les logiques réversibles, informaticien spécialisé en intelligence artificielle, éthno-méthodologue et ethnologue) et Robert Jaulin (célèbre ethnologue, mathématicien de formation). Lecerf est mort en 1995 et Jaulin en 1996. Le premier a fondé un laboratoire d’intelligence artificielle à l’université de Paris 8 et le second un département d’ethnologie à l’université de Paris 7 dans les années 1970. A cette époque, le courant ethno-méthodologique français, incarné par ces deux formations universitaires, était le plus en avance sur son temps. Mais les choses se compliquèrent lorsque ce courant de recherche fut infiltré par des opposants farouches qui cherchèrent à réduire le champ des applications à des activités mono-disciplinaires.

Cela explique les nombreuses tentatives de complots et de putschs universitaires, en France et à travers le monde, afin de museler ces visionnaires ou les discréditer.

Cela rend les choses très compliquées. Il faut être vraiment perspicace et avoir des connaissances très étendues pour sortir de ces ramifications que j’ai évoquées. D’ailleurs, moi-même je m’y perds. Je n’ai pas toutes les compétences scientifiques ni le recul pour avoir une vue d’ensemble. Il semble que différentes ethnies interviennent à travers différents apports au réseau social humain, au niveau de l’émergence d’un foyer de renouvellement de certains paradigmes scientifiques. Mais là je n’ai pas cherché plus loin car tout cela devient incompréhensible à mon niveau.

Les messages que vous avez reçus à titre public ou privés ont été conçus, réalisés par ces trois personnes. J’interviens pour apporter de la clarté sur l’importance de la sensibilité humaine et des particularismes. Vous ne pouvez pas percevoir ce qui se passe, à la fois la complexité des échanges et l’autonomie de chacun des auteurs ; je suis autorisé à fournir ce genre de renseignements car ils contribuent à lever certaines ambigüités et incompréhensions. Je le fais dans un souci d’honnêteté et de transparence vis-à-vis de vous.

Je précise que je ne suis pas un scientifique, je suis une sorte d’agent de liaison. J’ai été recruté et formé pour ce rôle que j’assume complètement. Je vous écris car je suis actuellement préoccupé par des problèmes de sécurité concernant la personne de M.Z. La situation est confuse. C’est la personne la plus impliquée depuis quelques années, et qui a risqué sa sécurité personnelle pour planifier et organiser cette stratégie de communication. C’est une sorte de génie que je respecte beaucoup, qui est en avance de plusieurs siècles dans certaines disciplines. Il a connu une auto-formation en raison d’une origine biogénétique (mutation du cerveau à la naissance) afin d‘avoir les capacités de construire des échanges entre les différents réseaux de recherche. Il est actuellement l’objet de l’intérêt des services de renseignement américains. Pour le moment il n’existe pas de danger immédiat mais la réalité d’une surveillance se confirme. Vous devez donc agir en conséquence sans pour autant être paranoïaque.

Vous recevrez ultérieurement d’autres messages de Windows 98 qui, pour le moment, réfléchit sur la situation présence.

Extrait  du livre en VENTE ICI :  L’ANNEE DU CONTACT

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

05 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Se laisser berner par les ombres

 

 Yaël n’avait aucune envie de juger. Elle assistait avec une analyse presque suspicieuse à son propre détachement. Curieusement, elle n’éprouvait aucune émotion. L’homme qui était venu ici sous l’identité de son père n‘était qu’un menteur, assurément à la solde des Ombres. Son propre père n’avait jamais eu vent de cette sinistre histoire. N’ayant jamais connu son grand-père, elle n’éprouvait pas la moindre peine à parler de sa mort, et l’homme qu’il avait été ne méritait pas d’apitoiement, malgré sa disparition tragique. Elle comprenait mieux maintenant pourquoi sa grand-mère était cette femme acariâtre et peu bavarde, pourquoi elle avait menti sur leurs origines, cachant qu’ils avaient vécu ici. 

OMBRES

Mais ce François Mallan qui est venu … qu’a-t-il dit ? 

Il m’a expliqué que ses parents avaient vécu là autrefois. Que sa mère était morte depuis peu et qu’il avait trouvé dans ses affaires des documents qui mentionnaient leur passage dans le pays. Il voulait pouvoir faire un trait sur son passé, il voulait savoir pourquoi on ne lui avait jamais parlé. Il venait de questionner pas mal de monde dans le cois, sans qu’on puisse le renseigner. Jusqu’à moi. 

Yaël tenta de mettre de l’ordre dans les pensées qui l’assaillaient. Comme les Ombres avaient-elles pu venir jusqu’ici ? A la mort de ma grand-mère, au printemps, il y a un an et demi. Elles ont réussi à pénétrer chez elle, à fouiller dans ses papiers, à violer ses souvenirs 

Cela signifiait que ça n’était pas seulement elle, Yaël, qui était sous surveillance mais toute sa famille. Une idée insoutenable lui vint à l’esprit concernant l’accident de sa mère. Elle la chassa aussitôt, avec une violence aveugle. Les Ombres se sont introduits chez ma grand-mère, avides de n’importe quelle information. Elles ont l’habitude de ça. Elles savent qu’il faut toujours fouiller, remuer le passé des familles pour remonter à la surface un secret bien gardé. Peut-être avaient-elles fait de même avec chaque membre de la famille. 

Creusant sans arrêt, sans rien trouver de probant, jusqu’à ce moment. Elles devaient se montrer patientes et acharnées pour espérer obtenir un résultat. Les Ombres avaient ensuite organisé une plongée discrète pour voir si le cadavre y était encore. Elles avaient découvert la malle, peut-être l’avaient-elles même remontée à la surface pour pouvoir y mettre la bouteille au message sans abîmer le squelette ? 

Depuis combien de temps surveillaient-elles Yaël ?

Un an et demi ? Deux Ans. Celui lui semblait fou. Pourquoi témoigner d’un investissement pareil ? En moyens, en hommes, en énergie ? Qu’avait Yaël de si particulier pour les intéresser à ce point ? 

Henri Bonneviel détenait sûrement la réponse. Son pied heurta son sac et quelque chose de lourds à l’intérieur. Elle se remémora le revolver. Il aurait son utilité avant la fin de cette histoire. 

On peut sourire à la lecture de ces mots, me traiter de paranoïaque, de conspirateur, certes. Mais je ne fais que mettre bout à bout les informations qui trainent. Allez-y, prenez votre ordinateur et allez sur Internet. Faites quelques recherches sur ces « délires » et vous constaterez qu’ils sont bien réels. Consultez les archives des journaux sérieux. Interrogez quelques historiens bien documentés. Feuilletez. Vous verrez. 

Mais soyez prudents, car comme dans les fils, il arrive qu’en voulant raconter la vérité on finisse par avoir des problèmes. Dans un monde d’ultra-communication manipulée, où les peuples sont gouvernés et orientés par les mensonges d’une poignée d’individus qui ne servent que leurs propres intérêts, la paranoïa ne serait-elle pas l’instrument de survie moderne ? 

Ne méprisons pas les vies sous prétexte qu’elles sont loin de nous. Ne méprisons pas la liberté sous prétexte que la nôtre n’est pas menacée. Car la liberté des nations et des peuples est un jeu de dominos, fragile. Les forces en action aujourd’hui ont bien compris que faire trébucher les dominos était trop risqué, alors elles les laissent debout, tout en suçant leur moelle de l’intérieur pour ne laisser que des enveloppes vides. Et la France n’échappe pas à la règle. Derrière tous les prétextes possibles, derrières des statistiques tronquées ou des faits sortis de leur contexte, on peut nous faire accepter bien des choses, bien des lois, bien des mesures restrictives. 

La France est comme tous les autres pays, elle couvre ses mensonges, elle drape ses secrets habilement, voilà tout, il suffit de creuser. Ne soyons pas aveugles ou méprisants sous couvert d’une certaine finesse. J’invite tout le monde à cultiver, au contraire, son jardin de paranoïa. C’est aujourd’hui la seule clé pour comprendre réellement le monde.

 

Extrait  du livre en VENTE sur ce blog  ICI :  LES ARCANES DU CHAOS

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

03 mars 2017 ~ 0 Commentaire

La disparition du Sommeil

 

Le sommeil paradoxal serait un moyen d’assumer notre héritage psychologique. Les rêves nous garderaient sur le chemin de l’hérédité, sur le chemin des comportements acquis par l’accumulation des expériences de nos ancêtres. Nous ne nous forgerons pas un caractère, nous le subissons. Nous donneraient-ils des schémas de survie ? Ou n’empêcheraient-ils pas plutôt les phénomènes extérieurs de brise notre individualité ? Les rêves seraient-ils en quelques sorte, responsable de notre façon d‘appréhender les choses ? Seraient-ils là pour garantir la diversité des êtres humains ?

sommeil

Ce qui signifierait alors que je réagirai toujours en fonction de mes acquis, mais aussi de tout le patrimoine génétique que ma famille trimbale depuis des générations. Je ne suis que le résultat de brassages de milliards de gènes transmis par mes ancêtres, je n’ai donc pas de livre arbitre. Ou seulement celui que mon hérédité me laisse.

Théorie déterministe ? Waouh ! Sommeil paradoxal, rêve ou autre chose, ça fait froid dans le dos !

Salah reprit son souffle, appuyée sur le guidon d’un vélo elliptique, les yeux braqués sur l’horizon. Très loin, probablement à quelques kilomètres, elle pouvait distinguer la forme ramassée d’un paquebot. Elle aurait aimé travers l’Atlantique en bateau, prendre le temps de se saouler des embruns et du vent du large. Elle imagina un instant qu’elle possédait la vision d‘un rapace pour deviner les contours des autres terres, léchées par la même mer. Puis son esprit vagabonda encore plus loin, elle se figura New York en automne, se dit qu’elle aurait adoré flâner dans le quartier français, mais qu’elle n’irait certainement jamais plus là-bas tant que « l’assassin » serait encore au pouvoir. Elle plus que quiconque pouvait parler de ceux que les Etats-Unis avaient massacrés, de ces enfants, de  ces femmes et ces hommes qui vivaient avec la violence et la mort pour unique lendemain.

Serait-ce à cause des rêves que les hommes ne tirent pas de leçon du passé ? Serait-ce eux aussi qui font les dictateurs, les violeurs et les marchands d’armes ? La guerre est-elle un moyen de sauvegarder l’espèce ? Sinon, pourquoi perpétuer ces agissements, pourquoi l’évolution ne s’est-elle pas débarrassée de ce travers ? Dans quelques milliers d’années, nous perdront certainement notre petit orteil, car il est totalement inutile pour marcher. Il servait aux hommes pieds nus, à ceux qui gravissaient les collines. Dans nos baskets, il est superflu. Alors pourquoi pas la violence ? Si on privait les monstres de sommeil paradoxal, en serraient-ils meilleurs.

Non, ma fille, là, tu verses dans le trop simple….

Salah avait tourné le vélo vers la fenêtre pour éviter son reflet disgracieux. Elle ne supportait pas encore la vue de cette marche vide, de ce déséquilibre qui lui donnait la drôle d’impression qu’elle allait tomber sur le côté. Elle avait pourtant fait des progrès grâce à la patience de Mariani.  Le professeur était resté auprès d’elle jusqu’à ce qu’elle parvienne à regarder ce bout de chair, ce moignon fabriqué à partir de ce qui restait de son biceps et de son triceps. Jusqu’à ce qu’elle l’effleure du bout des doigts.

Est-ce à cause de cette programmation génétique que je sens encore mes doigts ? Non, bien sûr. Il faudra que mon cerveau intègre le fait que je ne puisse plus me servir de ce bras, qu’il ne fait plus partie de moi. Alors, les zones correspondantes finiront bien par devenir paresseuses et par l’oublier ; enfin, j’espère…

Elle imagina cette partie d’elle-même, déchirée, arrachée, collée à la tôle. A l’évocation de l’attentat, Salah manqua vomir. Sa chair pourrissait probablement dans une décharge de Kaboul, avec le reste du car Puis elle vit des montagnes de membres arrachés, survolées par les vautours.

Stop, ma vieille… Arrête un peu de te plaindre. Tu as eu de la chance. Tu aurais pu créer là-bas.

Est-ce un rêve ? Est-ce que le sommeil paradoxal subsiste pendant le coma ? ai-je vraiment vu Elise ? Etait-elle dans la chambre pendant ces visions ? Que faisait-elle ? A-t-elle remarqué quelque chose ou suis-je la seule à avoir vu des trucs, bizarres ?

Extrait  du livre en VENTE ICI :  LES EVEILLES

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

27 février 2017 ~ 0 Commentaire

Etat hypnotique et suggestion

 

 

La seule façon de pouvoir déterminer si quelqu’un est hypnotisé, c’est : ou bien s’il réagit à des suggestions expérimentales, ou bien s’il déclare ensuite qu’il est effectivement entré dans un état hypnotique. C’est évidemment fort peu satisfaisant, et cela laisse supposer qu’une large part du phénomène hypnotique  est autodéterminé, comme le comportement adopté par un opossum effrayé.

etat hypnotique

Seymour Fisher, dans une expérience ingénieuse, suggéra à des sujets profondément hypnotisés que chaque fois qu’ils entendraient le mot « psychologie » ils se grattent l’oreille droite. Après les avoir éveillés, il mit la suggestion à l’épreuve en utilisant le mot, et tous se grattèrent l’oreille avec obéissance. A ce moment, l’un des collègues de Fisher entra dans la salle,  ils eurent une conversation convenue d’avance sur des sujets quotidiens où en apparence tout à fait par hasard le mot « psychologie » revenait plusieurs fois, pourtant les sujets n’y réagirent pas. Au bout de quelques minutes de conversation, le collègue ressortit. Fisher revient à son cours et la prochaine fois qu’il employa le mot clé, tous eurent de nouveau la réaction suggérée. On dirait que certaines suggestions hypnotiques ne fonctionnent que parce que les sujets font ce qu’ils croient que l’on attend d’eux. Quant l’expérience eut l’air abandonnée au cours de la conversation fortuite, la suggestion cessa de la même façon.

On a quelque raison de croire que l’hypnose est gouvernée ainsi par des impératifs psychologiques ; néanmoins, quelle que soit la cause de l’état hypnotique, il n’existe pas le moindre doute quant à ses effets.

D’autres mécanismes physiologiques sont également accessibles à la suggestion. En profonde hypnose, même le réflexe tendineux qui fait sauter la jambe frappée au genou peut être éliminé. Le cœur peut être accéléré ou ralenti et la quantité de sang circulant dans n’importe quel membre accrue. Les myopes peuvent être amenés à modifier la forme de leurs globes oculaires, afin d‘améliorer leur vision à distance sur de courtes périodes. Et peut-être le plus impressionnant de tous,  les contractions de l’estomac dues à la grande faim peuvent être entièrement éliminés sans rien de plus que la suggestion qu’on fait un abondant repas.

Beaucoup de ces travaux ont été violemment critiqués, leur adversaire le plus convaincant étant Théodore Barber, qui abomine tout ce qui touche à l’hypnose. En certains cas, la critique est justifiée – les effets répertoriés pourraient parfaitement n’avoir pas été provoqués par l’hypnose ; mais la discussion est assez vaine et finit par dissimuler  quelque chose de fort important : qu’il soit provoqué par ce que l’on nomme «hypnose» ou par ce que d’autres préfèrent considérer comme  de la simple « suggestion », le fait subsiste que toutes ces fonctions corporelles, normalement gouvernées par le système nerveux autonome et sur quoi nous n’avons point de prise consciente, sont accessibles à des influences extérieures. Quel que puisse être le processus, il présente une énorme signification biologique et nous fournit notre premier contact direct avec l’insaisissable inconscient.

Extrait  du livre en VENTE sur ce blog ICI :  HISTOIRE NATURELLE DU SURNATUREL

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

24 février 2017 ~ 0 Commentaire

Les voyageurs des Etoiles

 

Lorsque la nuit est claire, loin des lumières des villes, nous aimons regarder les étoiles. Elles sont nombreuses, de couleurs variées, et semblent nous faire signe en scintillant. En regardant bien, on voit que le ciel n’est pas uniforme, et paraît dessiner une grande route : la Voie Lactée. Les étoiles ont depuis toujours été source d’inspiration pour les poètes, les bergers, les astrologues et les astronomes. Elles brillent d’autant plus qu’elles sont proches de nous. Certaines ont un contour un peu flou, c’est le cas de la nébuleuse d’Andromède. Nous avons appris qu’Andromède, comme la Voie lactée, est une galaxie, c’est-à-dire un ensemble de plusieurs dizaines de milliards d’étoiles. Il existe des dizaines de milliards de galaxies dans l’univers…

dans les étoiles

Contempler les étoiles nous amène à nous voir comme des voyageurs sur la grande route de la Voie lactée. C’est aussi en voyageurs que nous aimerions emmener les lecteurs dans cette quête de sens sur nous-mêmes : d’où venons-nous, quelle est notre place dans l’univers, que restera-t-il de nous après notre mort ?

Ces questions, les hommes se les posent depuis le début de l’humanité. A chaque époque, ils ont cherché des réponses dans la connaissance et la religion de leur temps. Chaque élément de la nature a été d’abord divinisé, et diverses pratiques ont été utilisées pour se concilier les pouvoirs de ces éléments dans les religions animistes. Plus tard, avec l’apparition du monothéisme, est apparue l’idée d’une nature créée par Dieu, mais distincte de lui. Cette nature  n’étant plus divine a pu devenir un objet d’étude plutôt que d’adoration, ce qui a permis l’essor progressif des sciences, qui ont pu se constituer de façon autonome par rapport à la religion. Il est donc apparu deux manières différentes de considérer la nature ; l’une, religieuse, y voyant la création de Dieu, l’autre scientifique, cherchant à comprendre ses lois sans référence à Dieu. Il en est résulté des conflits importants, dont les plus célèbres concernent la place de la Terre dans l’univers ou celle de l’homme parmi les animaux. L’univers, qui paraissait immuable aux anciens, est maintenait compris comme en évolution permanente sur des échelles de temps qui nous sont difficiles à concevoir. Du coup, les religions ont été fortement mises en question ; s’interrogeant sur le cœur de leur message, elles sont amenée à faire évoluer leur enseignement pour tenir compte des apports des sciences et rester crédibles pour les hommes d’aujourd’hui.

L’homme a appris à se méfier des grands systèmes de pensée qui conduisent facilement à l’intolérance puis au totalitarisme. Mais il a aussi une soif spirituelle qui n’est pas apaisée par les raisonnements scientifiques. Comment étancher cette soif tout en prenant en compte les apports des sciences ? Si les sciences questionnent la foi en Dieu, cette foi, qui ouvre l’homme à Dieu, est aussi en situation de questionner les sciences et leurs applications. Historiquement les sciences et la foi ont connu une période de conflits ouverts comme on l’a dit avec Galilée puis Darwin, parce que les découvertes de ces chercheurs étaient jugées incompatibles avec les textes bibliques. Peu à peu est apparue l’idée que les sciences et la foi ne parlaient pas de la même chose et qu’elles avaient leur propre domaine de validité, ce qui a permis d’atténuer ces conflits. Les sciences n’ont pas besoin de la foi pour avancer, mais l’intelligence de la foi se nourrit de toute avancée de la pensée, y compris de la pensée scientifique. Toute foi en Dieu doit être compatible avec la description de l’univers fournie par les sciences. Inversement, la pensée scientifique n’existe pas sans l’homme de science qui lui, ne peut pas éviter de se poser des questions de sens.

Après un bref rappel de ce que l’on entend par « Révélation », il montre comment la foi en la Révélation transforme notre regard sur l’univers et permet de traiter les questions sur les origines et sur la fin d’une façon qui soit cohérente aussi bien avec la foi chrétienne qu’avec les connaissances scientifiques actuelles. Loin d’être emprisonnée dans une tradition figée, la foi chrétienne est un cheminement pour donner sens à notre présence dans l’univers. Comme dans tout cheminement, il faut prêter attention aux traces qui nous servent de guide ; puis il y a le temps des efforts à accomplir pour gravir la montagne et franchir les cours d’eau, et il y a aussi le temps de la halte, qui permet de se reposer et de contempler le chemin parcouru depuis le commencement. C’est le temps du septième jour de la création, qu’on retrouvera dans ce livre. Ce temps de repos a une fonction humanisante pour tous ; pour les croyants, il a pris un sens particulier ; les chrétiens en ont fait le premier jour de la semaine, le dimanche ou jour du Seigneur.

Extrait du livre  L’UNIVERS N’EST PAS SOURD en vente sur ce blog 

 

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

11 février 2017 ~ 0 Commentaire

LES DIX ENGAGEMENTS

 

 Tu sauras que tu as pris la voie qui mène à Dieu, et tu sauras que tu as trouvé Dieu grâce à ces signes, indications, et changements qui se produiront en toi :

1.     Tu aimeras Dieu de tout ton cœur, de tout ton esprit, de toute ton âme. Et il n’y aura pas d’autre Dieu avant Moi. Tu ne vénéreras plus l’amour humain, le succès, l’argent, le pouvoir, ni aucun de leurs symboles. Tu délaisseras ces choses comme un enfant délaisse ses jouets, non pas parce qu’elles sont sans valeur, mais parce que tu les auras dépassées.

Et tu sauras que tu as pris la voie qui mène à Dieu parce que :

2.     Tu n’utiliseras pas le nom de Dieu en vain. Tu ne feras pas appel à Moi pour des choses frivoles. Tu comprendras le pouvoir des mots et des pensées, et tu ne songeras même pas à invoquer le nom de Dieu d’une manière qui n’est pas divine. Tu n’utiliseras pas Mon Nom en vain parce que tu ne peux pas, car Mon Nom (le Grand « Je Suis ») n’est jamais utilisé en vain (c’est-à-dire sans résultat) et ne pourra jamais l’être. Et quand tu auras trouvé Dieu, tu le sauras.

dieu

Et Je te donnerai ces autres signes aussi :

3.     Tu te rappelleras de Me réserver une journée que tu appelleras sainte. Cela, afin que tu ne restes pas longtemps dans ton illusion, mais que tu te rappelles Qui et Ce Que Tu Es. Dès lors, tu appelleras bientôt chaque jour Sabbat et, pour toi, chaque instant sera saint.

4.     Tu honoreras ta mère et ton père – et tu sauras que tu es le Fils de Dieu quand tu honoreras ton Dieu Père/Mère dans tout ce que tu dis, fais ou penses. Et de même que tu honores Dieu Père/Mère, et tes père et mère sur la Terre (car ils t’ont donné la vie), ainsi, aussi, tu honoreras tout le monde.

5.     Tu sauras que tu as trouvé Dieu quand tu verras que tu ne tues pas (c’est-à-dire : tuer volontairement, sans raison). Car lorsque tu comprendras que tu ne peux en aucun cas mettre fin à la vie d’un autre (toute vie est éternelle), tu ne choisiras de mettre fin à aucune incarnation particulière, ni à faire passer de l’énergie vitale d’une forme à une autre sans la justification la plus sacrée. Ta nouvelle vénération envers la vie t’amènera à respecter toutes les formes de vie ( y compris les plantes, les arbres et les animaux) et de n’avoir d’impact sur elles que lorsque c’est pour le plus grand bien.

Et ces autres signes Je t’enverrai aussi, afin que tu saches que tu es sur la voie :

6.     Tu ne saliras pas la pureté de l’amour par la malhonnêteté ou la tromperie, car c’est de l’adultère. Je te promets que lorsque tu auras trouvé Dieu, tu ne commettras pas l’adultère.

7.     Tu ne prendras pas une chose qui n’est pas la tienne et tu ne tricheras pas, ne seras pas complice, ni ne feras de tort à un autre pour avoir quoi que ce soit, car ce serait voler. Je te promets alors que lorsque tu auras trouvé Dieu, tu ne voleras pas.

Et non plus…

8.     Tu ne diras rien qui ne soit vrai, car ce serait un faux témoignage.

Et non plus…

9.     Tu ne convoiteras pas la conjointe de ton voisin, car pourquoi désirerais-tu la conjointe de ton voisin puisque tu sais que toutes les autres sont à toi ?

10.  Tu ne convoiteras pas les biens de ton voisin, car pourquoi voudrais-tu les biens de ton voisin alors que tu sais que tous les biens peuvent être à toi et que tous tes biens appartiennent au monde ?

Tu sauras que tu as trouvé la voie qui mène à Dieu lorsque tu verras ces signes. Car Je te promets qu’aucune personne qui cherche vraiment Dieu ne fera plus ces choses. Il serait impossible de poursuivre de tels comportements.

Ce sont tes libertés et non tes restrictions. Ce sont mes engagements et non mes commandements, car Dieu ne donne pas d’ordres à ceux qu’il a créés – Dieu se contente dire à ses enfants : voici comment vous saurez que vous êtes sur le chemin du retour.

Moïse m’a demandé sincèrement : « Comment puis-je savoir ? Donne-moi un signe ». Moïse m’a posé la même question que toi. La même question, tous les peuples, partout, l’ont posée depuis le commencement des temps. Ma réponse aussi est éternelle. Mais elle n’a jamais été, et ne sera jamais, un commandement. Car qui commanderais-Je ? Et qui punirais-Je si Mes commandements n’étaient pas suivis ?

Il n’y a que Moi. Alors, je n’ai pas à suivre les Dix Commandements afin d’aller au ciel.

Tu ne peux « aller au ciel ». Tu ne peux que savoir que tu t’y trouves déjà. Il s’agit d’accepter, de comprendre et non de travailler fort ou de lutter.

Tu ne peux aller là où tu te trouves déjà. Pour ce faire, il te faudrait t’éloigner de l’endroit où tu te trouves, et cela irait tout à fait à l’encontre du but du voyage.

L’ironie, c’est que la plupart des gens croient qu’ils doivent s’éloigner de l’endroit où ils se trouvent pour arriver à leur destination. Alors, ils quittent le ciel afin d’arriver au ciel, en passant par l’enfer.

L’illumination, c’est de comprendre qu’il n’y a nulle part où aller, rien à faire et personne à être, sinon précisément celui que tu es maintenant.

Tu es en route vers nulle part.

Le ciel (comme tu l’appelles) n’est nulle part. Mettons seulement un espace entre w et le h dans le mot anglais nowhere et tu verras que le ciel est now… here : ici, maintenant.

 Extrait du livre en vente ICI : CONVERSATIONS AVEC DIEU TOME 1

par Francesca de LA VIE DEVANT SOI http://devantsoi.forumgratuit.org/

07 février 2017 ~ 0 Commentaire

La frustration provoquée par la notion de temps

 

Commençons l’enseignement par des résumés que vous avez peut-être entendus auparavant. Nous allons les réunir, afin de vous aider dans votre compréhension. Je suis assis en face d’un groupe de personnes astucieuses dont beaucoup se disent qu’ils sont des Phares de Lumière. Peu importe la manière dont vous définissez un Phare de Lumière, il n’en demeure pas moins que vous effectuez une prise de conscience qui va au-delà de la linéarité. Vous commencez à croire ou penser qu’il est très possible que vous soyez réellement une partie intégrante de Dieu. En fait, cette prise de conscience est une communication avec l’autre côté du voile. Je vais donc identifier l’une des erreurs ou des frustrations qui surviennent, quand vous faites ce voyage de l’autre côté de la linéarité.

Magnify glass and maze in mans head

Chers Êtres Humains, combien parmi vous ont eu des messages qui pourraient faire changer votre vie ? C’était peut-être au moment où vous étiez en train de méditer ou de rêver, tel que je viens de le mentionner. Quelle était la teneur de ces messages ? C’était peut-être une idée, une instruction ou une visualisation qui vous disait ce que vous deviez faire. Quelque chose comme : voici le livre que tu devrais écrire, voici ce que sera ton futur, voici une modalité de guérison que tu vas éventuellement enseigner, tu vas rencontrer quelqu’un, tu vas faire telle ou telle chose, etc.

Vous étiez très enthousiastes, n’est-ce pas ? Vous avez peut-être raconté cet événement à un ami, en lui disant : « C’était tellement réel. C’est ce que je dois commencer à faire. N’est-ce pas excitant ? » Ensuite, qu’avez-vous fait ? Vous avez tout de suite passé à l’action. Oh, c’est une manière qui dénote une pensée très linéaire ! Est-ce que le message vous disait de commencer tout de suite ? Du point de vue quantique, est-ce que Dieu vous a demandé de commencer immédiatement, dans votre notion de temps linéaire ? La réponse est, non.

Pourtant, vous pensez que, parce que votre horloge va seulement dans une direction, vous devez sauter sur le tapis roulant du temps linéaire et commencer tout de suite à mettre en oeuvre ce que l’on vous a dit. C’est une grosse erreur, mais vous ne le savez pas.

Regardons ce qui s’en est suivi, chers Êtres Humains linéaires. La réalisation de ces événements qui vous ont été montrés a presque toujours échouée. Le désappointement a fait son apparition. « Je devais écrire un livre. J’ai essayé et je l’ai finalement fait… Mais rien ne s’est passé. J’ai réussi à trouver un éditeur, sauf que personne n’aimait vraiment mon livre. Je devais avoir tort. Pourtant, j’avais de grandes idées, et je les ai appliquées. Cependant, il ne s’est rien passé. »

Chères entités incarnées, je vous connais. Je suis en train de parler à un bon nombre d’entre vous qui ont expérimenté de telles déceptions. Même si vous n’en avez jamais parlé à qui que ce soit, le sentiment d’échec est quand même là. Votre mental humain ne veut pas faire face à cette évidence. Il refuse de dire : « Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas eu une bonne communication avec l’Esprit. J’ai bel et bien reçu un message. Ensuite, j’ai agi, mais il ne s’est rien passé. » Ensuite, qu’avez-vous fait ? Qu’avez-vous fait de ces idées, de cette beauté, de ces actions que vous aviez planifiées, de ces choses qui vous ont été montrées et qui étaient vôtres… Après avoir expérimenté cet amer sentiment d’échec ? Vous avez placé le tout sur la tablette du placard et avez refermé la porte, en vous disant : « J’abandonne ces choses ! »

Des amis vous ont peut-être dits : « Tu sais, je me souviens que tu as déjà essayé quelque chose, au cours des dernières années. As-tu fait une nouvelle tentative, dernièrement ? » Que leur avez-vous répondu ?

« Non, j’ai essayé et j’ai échoué ! »

 Pardon ? Oh ! Voyez-vous à quel point vous êtes linéaires ? Comprenez-vous où je veux en venir ? Dieu ne vous a jamais dit de le faire immédiatement. Selon votre notion de temps, vous avez décidé où et quand. Envers et contre toutes pensées rationnelles et quantiques, vous l’avez essayé, pour ensuite le rejeter ou le placer sur la tablette du placard ! Vous ne prévoyez même pas de ressortir ce projet du placard, n’est-ce pas ? Voyez-vous à quel point vous avez une tendance linéaire ?

 Voici comment procède la pensée quantique. Elle accuse réception du message. Ensuite, elle revient de cette visualisation et elle célèbre cet événement. Elle considère qu’elle vient d’acquérir un billet pour un train qui va éventuellement se présenter en gare. Elle regarde attentivement le billet et constate qu’il n’y a pas de date. Cependant, ce billet est réel. Donc, cela lui suffit. Après la célébration, elle va s’asseoir et créer une attitude d’attente pour la synchronicité.

 Donc, cet Être Humain va maintenir l’état quantique de ce qu’il est, et garder un oeil ouvert sur la synchronicité qui va éventuellement se présenter, afin d’être en mesure de reconnaître le train lorsqu’il arrivera. Comprenez-vous cela ? Béni soit l’Être Humain qui, en ce moment, est assis ici, et qui est conscient de ce que je dis. Il y a des choses qui sont dissimulées, dans les messages que vous avez placés sur la tablette du placard. Certaines d’entre elles sont prêtes pour la réalisation. C’est maintenant le temps ! C’est un autre point de choix ou de décision. Elles n’ont pas fonctionné auparavant, car le moment n’était pas encore venu. La synchronicité, l’énergie et l’état quantique n’étaient pas au rendez-vous.

 Alors, qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Devenez quantique avec moi, pendant un instant. Quel genre de décisions aimeriez-vous reconsidérer ? C’est une invitation qui vous suggère de reconsidérer le moment présent. Vous pensiez d’une manière linéaire, et ceci a interrompu le courant de votre contexte spirituel de communication avec Dieu. Même si cette communication est normale ou naturelle, vous n’en étiez pas conscients. Vous savez que cette interruption a créé de la frustration et parfois de la colère, n’est-ce pas ? Vous avez peut-être tourné le dos à l’Esprit en vous disant : « Ça n’a pas fonctionné, donc je vais passer à autre chose. » ou : « Si ça n’a pas fonctionné, c’est peut-être que je ne suis pas aimé autant que je le pensais. » Ceci provient de la pensée linéaire et biaisée, mais ce n’est pas la réalité.

 Extrait du livre en vente ICI : DEVENIR – Eveiller le grand potentiel humain

par Francesca de LA VIE DEVANT SOI http://devantsoi.forumgratuit.org/

04 février 2017 ~ 0 Commentaire

Douce voix intérieure amplifiée

 

 Tous les humains qui daignent poser leurs yeux sur ces lignes ont quelque chose en commun : ils viennent ici ensemble, dans l’unité, pour vous livrer avec amour un message combiné. La plupart ne se connaissent pas entre eux et ne se verront jamais, mais la « voix » qui s’exprime à travers eux est porteuse d’un seul message d’amour. Cette communication ne provient pas d’entités qui vous sont étrangères, mais constitue plutôt une amplification de la douce voix intérieure qui est innée en vous. Elle est la connexion à la famille et au Soi supérieur que nous formons tous. Plutôt qu’un étrange message ésotérique provenant « d’ailleurs », il s’agit effectivement d’une communication issue de la source, du foyer.

voix intérieure

L’énergie est maintenant mûre. Cette année 2009 marque un tournant énergétique important à la fois pour vous et pour la planète. A cause de ce partenariat, il sera dorénavant beaucoup plus facile de vivre en tant que travailleurs de la lumière. Plusieurs parmi vous ressentiront alors un second souffle en ce qui a trait à leur mission. Cette motivation retrouvée vous portera intuitivement à accomplir certaines choses. Mais si vous considérez ces communications comme un simple divertissement, vos n’avez rien compris au but de ce livre. Chacune de ces communications vous livre le même message éclatant : vous êtes exactement comme nous, éternels, dans un univers construit pour vous. Vous appartenez à la force créatrice de toutes choses et vous jouez un rôle majeur dans le destin de cette planète.

En lisant cet ouvrage, réfléchissez aux voix qui s’y font entendre. Ce ne sont pas d’étranges forces venant de l’au-delà, mais plutôt celles de votre famille. La différence entre votre réalité tridimensionnelle et notre réalité multidimensionnelle ; crée un mur ou un voile à travers lequel il est souvent difficile de communiquer. Mais, alors que l’énergie se clarifie et que vous commencez à comprendre vraiment QUI parle, peut-être pourriez-vous faire une pause d’un instant et dire : « Merci, chère famille, pour ton amour« . Longtemps avant de recevoir le message tridimensionnel, vous nous sentirez traverser le voile avec notre amour pour vous. Sur cette planète, vous n’êtes qu’un petit groupe à prendre le temps de vous intéresser à ces sujets ésotériques. Je sais qui lit ces lignes, je vous dis que vous appartenez  à une lignée spirituelle et que le moment est propice à une nouvelle considération de la fonction du channeling.

Vos organisations spirituelles vous encouragent à prier et vous le faites souvent. Elles vous exhortent à chanter pour Dieu et vous le faites aussi. Jamais alors vous ne considérez que vous êtes en contact avec des « entités de l’au-delà« . Non. Plutôt vous souriez et parlez volontiers à ce que vous considérez comme la force créatrice de l’Univers, c’est à dire Dieu. Sachez qu’il n’y a aucune différence. Lorsque vous lisez ces lignes, vous faites une prière à double sens, et la force que vous trouvez si important (DIEU) vous parle réellement. Quand vous souriez car vous savez que j’ai raison, nous sentons le chant s’élever de votre cœur. Il est temps de vous rendre compte que vous avez réclamé cette communication et que vous pouvez y participer. C’est sans aucun danger. Elle est sacrée, et elle devient enfin commune et belle, chaleureuse et appropriée.

La famille va donc s’adresser à vous. Nous vous fournirons des informations qui vous guideront dans la phase suivante de cette grande transformation que nous vivons tous. Car ce qui se produit sur la Terre se produit partout. C’est un peu difficile à expliquer mais, en vérité, vous êtes ici pour une raison précise et vos actions exercent un impact sur tout.

Il est temps de ne plus voir dans votre miroir un simple humain parmi sept millions, mais une énergie représentant la force vitale de Dieu. 

Que débutent les chants !

Vous n’êtes jamais seuls. Vous êtes aimés tendrement.

Extrait du livre en vente ICI : LA GRANDE TRANSFORMATION  

par Francesca de LA VIE DEVANT SOI http://devantsoi.forumgratuit.org/

02 février 2017 ~ 0 Commentaire

Le retour de Michaël Thomas

 

 

Suivez les aventures de Michaël Thomas vers l’éveil spirituel qui le mènera à découvrir le chemin du Retour… Et découvrez aussi comment ce cheminement peut s’appliquer à votre propre éveil.

mickael thomas

Étrange ! Il n’était ni dans une pièce ni à l’extérieur. Il était là sur ce petit lit, et, sous lui, le plancher blanc s’étendait à perte de vue. Mike se recoucha comprenant ce qui s’était passé. Il était mort. Mais pourquoi avait-il encore son corps ?

Il sentit une présence angélique ; un grand sentiment d’amour l’envahit. Il vit une silhouette blanche à la fois inquiétante et splendide, qui lui demanda d’une voix rassurante : «QUE VEUX-TU VRAIMENT MICHAËL THOMAS ? La réponse doit surgir de ton coeur et être énoncée de vive voix afin que tous l’entendent, même toi. Ce que tu choisiras de faire maintenant aura une influence énorme.

Ce que je veux vraiment ! Je veux rentrer CHEZ MOI ! J’en ai assez de cette vie d’être humain. Je veux être aimé et côtoyer l’amour, répondit Mike. Je veux ressentir la paix dans mon existence… je ne veux pas être assujetti aux préoccupations et aux poursuites futiles de ceux qui m’entourent. Je veux me sentir LIBÉRÉ et connaître le sens de ma vie. Je ne veux plus être l’homme que j’étais. Je veux être comme toi…»

L’Ange revint près de lui.

«Très bien, Michaël Thomas de l’Intention pure, tu auras ce que tu désires…»
Et c’est ainsi que Michaël Thomas, par son Intention, mit en mouvement une série d’événements qui changeront sa vie à tout jamais. Suivez-le dans ses aventures vers l’éveil spirituel qui le mènent à découvrir le chemin du Retour….  

Découvrez aussi comment ce cheminement peut s’appliquer à votre propre éveil. 

Mike avait le souffle coupé et souffrait terriblement. Au moment où il essayait de se ressaisir et de soulager ses poumons brûlants à cause d’un manque d’air, il aperçut une botte d’une ampleur qui lui sembla démesurée s’abattant sur lui. Son assaillant grimaçait. Tout se passa très vite. La botte trouva son chemin.

Mike sentit et entendit le bruit des os de sa gorge et de son cou qui se rompaient d’une façon abominable. Il respira d’horreur, sachant très bien que l’air ne pouvait plus entrer et que sa colonne était sans doute broyée. Son corps entier réagit au bruit du choc de son cou mutilé. Sa conscience ressentit la situation dont l’horreur commençait à prendre forme. Ça y était… la mort approchait. Il essaya de crier, mais en vain. Il était sans voix. Il ne lui restait plus d’air et les choses commençaient à s’assombrir.

Tout était calme. Le voleur se dépêchait de finir son oeuvre sans se préoccuper du sort de l’homme étendu sur le plancher. Mais il fut interrompu par un bruit provenant de la porte. - Qu’est-ce qui se passe ici ? Est-ce que ça va ? clamait un voisin en frappant violemment la porte de son poing.

Le voleur maudit son sort et se dirigea en maugréant vers la fenêtre fracassée. Pour faciliter sa sortie, il enleva les pièces encore accrochées au cadre et se glissa habilement vers l’extérieur. Le voisin de Mike, qui ne l’avait en fait jamais rencontré, entendit les bruits de verre cassé à l’intérieur et décida de tourner la poignée. La porte n’étant pas verrouillée, il entra et trouva l’appartement sens dessus dessous et un homme qui s’échappait par la fenêtre brisée. Avançant silencieusement dans la noirceur presque totale pour éviter le téléviseur et la chaîne stéréo étrange et une ampoule nue s’alluma au plafond.

- Oh mon Dieu ! s’entendit-il prononcer avec stupeur.

En moins d’une seconde, il prit le combiné du téléphone, composa un numéro et demanda de l’aide. Michaël Thomas gisait sur le plancher, inconscient et grièvement blessé. La pièce était redevenue silencieuse. On entendait seulement le bruit d’un poisson qui se débattait à un mètre de la tête de Mike. Le Chat avait rejoint la laitue et les nouilles précuites sur le plancher, un mélange peu alléchant qui se teintait lentement du sang des blessures de Mike.

Extrait du livre en vente ICI : LE RETOUR

par Francesca de LA VIE DEVANT SOI http://devantsoi.forumgratuit.org/

31 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

Expression de la femme congolaise

 

 

Merci à Madame Martine Vallée de m’avoir donné la parole. Je m’appelle Berthe, et comme beaucoup de femmes de mon pays, j’ai été victime de violences sexuelles. Depuis plus d’une décennie que la guerre a élu domicile dans ma province, les femmes subissent ce sort, et cela, malgré toutes les tentatives des autorités pour arrêter cette abomination et toutes les mesures qui sont prises.

congolaise

C’est maintenant bien connu que le viol est utilisé comme arme de guerre pour punir et humilier le camp ennemi. Les victimes se comptent parmi les filles et les femmes, sans distinction d’âge. Un phénomène nouveau qui a fait son apparition depuis peu ici est le viol des jeunes garçons.

En temps normal, peut-on encore parler d’avenir pour des filles et des femmes qui ont été séquestrées pendant des semaines, des mois ou une année et qui ont été violées systématiquement par plusieurs hommes avant d’être laissées pour mortes au bord de la route ou dans la forêt ?

Marginalisées, méprisées et considérées comme des porte-malheurs dans leurs propres communautés ou familles, elles ont longtemps courbé la tête et plié le dos sous le poids de la honte et de la culpabilité. Puis, avec le temps, ces femmes ont fini, petit à petit, par relever la tête et oser regarder droit devant elles parce qu’elles ont compris qu’elles seules peuvent apporter le changement dans leur vie et dans leur communauté.

Celles qui en avaient les moyens sont rentrées aux études ; certaines ont préféré se lancer dans le petit commerce, d’autres enfin se sont tournées vers la production de petits articles de consommation courante, soutenues en cela par des ONG étrangères. Quel que soit leur chois, ces femmes ont compris qu’elles étaient les seules artisanes de leur destin. C’est donc résolument qu’elles ont tourné le dos à la barbarie et à la violence qui ont détruit leur vie passée. A présent, c’est avec détermination qu’elles se construisent un avenir plus conforme à leurs aspirations profondes. Leur plus grande victoire sur ces drames réside dans la réussite de leur vie présente.

Par ailleurs, ce malheur a aussi développé une extraordinaire prise de conscience de la nécessité d’une solidarité entre femmes. C’est ainsi que certaines ont chois de consacrer leur vie à alléger les peines et les souffrances des femmes et des filles violées.

La femme congolaise représente l’autre moitié de la population du pays. Pendant longtemps, sa voix n’a pas été entendue et sa vérité a été voilée. Les gens ont oublié comment la société traditionnelle respectait la mère.

Mon souhait est que toutes les souffrances subies par celle qui donne la vie soient le sacrifice capable d’éveiller les consciences à la nécessité d’une société transformée où les enfants pourront grandir en paix, où la femme sera respectée, où la vie sera célébrée chaque jour.

Merci à vous tous d’avoir pris le temps de me lire.

Berthe.

Extrait du livre en vente ICI : LE GRAND RASSEMBLEMENT

 par Francesca de LA VIE DEVANT SOI http://devantsoi.forumgratuit.org/

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54