20 mai 2018 ~ 0 Commentaire

CHEMINS ESSENIENS EN CE TEMPS-LA

 

Au cours des quelques années qui précédèrent la naissance de Jésus, les Esséniens avaient établi un grand nombre de grottes, de maisons et de lieux de retraite retirés où les malades, les nécessiteux, les étrangers pouvaient y trouver soulagement et aide. Certains de ces lieux étaient petits, de peu d’importance, et se trouvaient le long de certaines routes afin que les pèlerins puissent s’arrêter la nuit pour se protéger des orages ou trouver des conseils et une main secourable. Cependant, quelques-uns de leurs établissements étaient vastes et ressemblaient presque à des hôpitaux. En fait, on les appelait hospices et ils fonctionnaient comme tels.

C’est dans cette forme de travail que nous trouvons l’origine des hospitaliers, ces hommes qui se consacrèrent à l’établissement d’hospices et qui formèrent un ordre de chevalerie et une organisation à part. Les Esséniens établirent un refuge juste à l’extérieur des enceintes de Jérusalem et de quelques autres grandes villes. Celui de Jérusalem, appelé la Porte des Esséniens, a été découvert, il y a quelques années, et en partie restauré comme un haut lieu historique.

Ainsi, nous voyons que, de temps en temps, un personnage méconnu du peuple juif, voire même qui n’appartenait pas à la race juive, rassemblait soudain des disciples et se proclamait le héraut qui annonçait la venue du Sauveur ou du Messie qui libérerait les Juifs et leur rendrait leur terre pour leur seul bénéfice, sous leur seule domination. Durant les quelques siècles qui précédèrent la naissance de Jésus, il apparut une centaine ou plus d’individus de ce genre. Les gens naïfs et sans instruction se rassemblaient autour de ces chefs qui s’étaient désignés tout seuls et les soutenaient en les aidant souvent à attirer un nombre encore plus grand de disciples. Finalement, ils finissaient par découvrir qu’ils avaient été trompés et que le Messie annoncé ne venait pas, ou bien si on leur en présentait un, il se révélait comme étant fait uniquement de chair, à l’image de ceux qu’il était soi-disant venu sauver.

Anne et Daniel Meurois-Givaudan font renaître dans le contexte où ils vécurent ces géants qui laissèrent une empreinte indélébile sur notre civilisation.

C’est donc avec émotion que l’on retrouvera, à travers les pages de ce livre, la Gaule des tout premiers disciples du Christ.

Ce récit qui, comme les précédents, a la puissance et la vérité du témoignage vécu est le fruit Livre chez francescad’un long travail de lecture dans les Annales Akashiques, la mémoire du Temps. Cependant, loin d’être une évocation stérile du passé, Chemins de ce temps-là nous renvoie à nos questionnements d’aujourd’hui et leur propose sa réponse.

À l’aube du troisième millénaire, on peut affirmer que l’enseignement qui nous est offert ici actualise le Souffle qui anima les premiers temps christiques. Il amène chacun de nous à une plus grande conscience de son devenir.  

Je vends ce livre ICI : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/09/18/chemins-de-ce-temps-la/

 

Rejoindre mon blog http://bibliothequecder.unblog.fr/  (bibliothèque) 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54