05 mai 2018 ~ 0 Commentaire

Je me soigne par la Méditation

 

leçon de vieLes droits d’entrée de la méditation en terre d’Occident furent loin d ‘être facilement gagnés. Si depuis des siècles, des disciplines méditatives comme le yoga indien ou le qui gong chinois sont considérées comme des pratiques médicales avérées dans leur terre d’origine, il leur fallut faire leur preuve en arrivant en Occident. Tout comme un émigrant passant une visite de santé lorsqu’une terre d’asile l’accueille, la méditation fut rapidement examinée à la loupe de la science médicale. Il fallait appréhender avec le plus d’objectivité possible cette étrange chose, mais aussi isoler ses potentialités et ses dangers. Cependant, un problème surgissait ; en extrayant les traditions méditatives de leur intention philosophique première, ne risquait-on pas d’en ôter quelque chose de natif ?

La spiritualité n’est pas l’apanage de l’Orient. Bien des textes l’évoquent sous nos cieux depuis des temps très anciens, et aujourd’hui encore, la spiritualité imprègne notre culture judéo-chrétienne. Pourtant, l’intérêt que la médecine occidentale  porte à la méditation – qui est l’un des aspects de la spiritualité – vient en grande partie des traditions orientales (zen, yoga, taoïsme, bouddhisme etc…) et de l’essor que leur importation connaît depuis une petite quarantaine d’années.

Durant plusieurs dizaines d’années, la méditation n’était pas vraiment en odeur de sainteté, même si elle était d’essence spirituelle. Elle sentait plutôt le soufre. Du coup, les études scientifiques pionnières furent longtemps une denrée rare, et leurs vaillants auteurs durent se contenter de publier leurs recherches dans des revues médicales parallèles, en butte à l’hostilité frileuse des sponsors scientifiques.

Méditer, c’est une médecine du corps et de l’esprit.

Examiner ses propres productions mentales, en pleine conscience, avec minutie et sans passion, place celui qui pratique la Méditation dans le rôle d’observateur de son monde intérieur. Et à l’usage, les pensées sont enfin considérées pour ce qu’elles sont ; de simples représentations de la réalité ou de soi-même, rien de plus ; En prenant conscience de cela, le sujet cesse progressivement de s’identifier à elle set d’y réagir par des crispations émotionnelle sou des actes impulsifs…..

Méditer, c’est se soigner. À nous de devenir les acteurs de notre bien-être.

Livre chez francesca«La méditation de pleine conscience est un des principaux instruments de la nouvelle médecine des émotions. L’Auteur, Frédéric Rosenfeld est clair, humain et attentionné. Un guide à la fois doux et savant et une excellente introduction à la pratique.»

Je vends ce livre ICI : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/12/09/mediter-cest-se-soigner/

Rejoindre mon blog http://bibliothequecder.unblog.fr/  (bibliothèque) 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54