25 avril 2018 ~ 0 Commentaire

La quête d’une éthique à vocation universelle

 

« Si Dieu n’existe pas, alors tout est permis ». Dans cette hypothèse d’un recours impossible à une morale révélée, beaucoup de philosophes considèrent que les critères du Bien et du Mal ne possèdent plus aucun fondement stable et universel, qu’ils sont relatifs à une époque et à une culture données. Il faut alors se demander si la quête d’une éthique à vocation universelle n’est pas illusoire.

« Une théorie défendue par un certain nombre d’anthropologues établit que l’homme n’a peur de la mort que depuis peu de temps parce que ce n’est pas la mort que l’homme a d’abord craint, mais le mort. Le mort, c’est un cadavre, un être que l’on a vu vivre, parler, travailler, jouer, et vis-à-vis duquel on avait un certain nombre de contentieux non réglés ».

A-t-on besoin de Dieu pour fonder une morale, pour élaborer les règles du vivre-ensemble ? Une approche pluridisciplinaire faisant appel à la philosophie, aux sciences humaines, à l’ethnologie et aux neurosciences permet-elle d’élaborer une éthique délivrée des commandements révélés mais soucieuse de s’enraciner dans des principes ? L’essai d’une morale sans transcendance qui est ici proposé parcourt tous les grands domaines où il est nécessaire et urgent de voir clair pour agir de façon  » raisonnable et humaine « , pour reprendre des adjectifs qu’affectionne Axel Kahn. 

Citation : L’animal n’est pas une machine déterminée, qu’il manifeste une fantaisie dont je suis incapable de vous dire exactement à quoi elle correspond. Je sais, cependant, que lorsque je prive l’animal de la possibilité d’exprimer cette fantaisie, l’oiseau de voler dans le ciel, le cheval de se rouler dans la prairie, je crée des signes de stress et toutes les apparences de la tristesse, éventuellement d la douleur lorsque la contrainte que j’impose est trop forte.…

Les réflexions de Axel Kahn sur la morale relative aux problèmes se posant de la naissance à la mort : l’embryon, le clonage, la violence, la sexualité, la science, l’euthanasie…

Ces réflexions reprennent une tradition philosophique ancienne, celle du dialogue, qui a Livre chez francescal’avantage d’apporter des contre-arguments et de faire avancer la pensée de manière claire et pourtant profonde.

JE VENDS CE LIVRE ICI : http://bibliothequecder.unblog.fr/2015/01/06/lhomme-le-bien-le-mal/

 

Rejoindre mon blog http://bibliothequecder.unblog.fr/  (bibliothèque) 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54