02 février 2018 ~ 0 Commentaire

Amoureux de la Sphère féminine

fémininJésus ami des femmes et de tout ce qui traditionnellement appartient à la sphère féminine de l’humain : sensibilité, capacité d’aimer, ouverture à l’autre et au monde, compassion et foi.

Jésus entouré de disciples, hommes et femmes.
Jésus se détournant des valeurs de conquête pour prêcher l’amour, non pas d’une humanité désincarnée, mais l’amour qui commence par celui qu’un homme et une femme peuvent éprouver l’un pour l’autre, amour à la fois spirituel et charnel.

Évocations incongrues pour nous tous qui avons grandi avec l’arrière-plan (ou l’avant-plan) judéo-chrétien de l’enseignement des Pères, qui nous apprenait que jésus, fils de Yahvé, n’avait enseigné qu’à des hommes une doctrine étayée sur le péché de chair et sur la crainte du Dieu Père justicier.

Cet Evangile apparaît clairement, par son contenu, très antérieur à ceux du futur canon, Marie ainsi que Salomé et toutes les autres femmes ayant été effacées, dans les Evangiles canoniques, de la liste devenue officielle des disciples. Tout incite même à penser que cet Evangile selon Marie fut écrit assez peu de temps après la mort de Jésus, puisqu’on voit les disciples, désemparés et déroutés par la mort de Jésus, se tourner naturellement vers Marie, la plus proche du disparu, à la fois sa compagne et sa disciple préférée, puis enfin, réconfortés par celle-ci, se mettre en route, hommes et femmes, pour annoncer l’Evangile…..

Les Evangiles retrouvés en 1945 près de la localité de Nag Hammadi, dans le désert d’Egypte, « Evangiles interdits », furent enfouis à la hâte à l’époque où l’orientation judéo-chrétienne a triomphé définitivement de l’enseignement « gnostique » de Jésus.

Ils révèlent un visage et un enseignement de Jésus très différents de ceux qui nous ont été livrés par les Evangiles officiels. C’est en effet un Jésus ami des femmes et de la sphère féminine de l’humain qu’on découvre, un Jésus entouré de disciples féminins et masculins, prônant la compassion, l’ouverture à l’autre et au monde, et l’amour, non pas d’une humanité désincarnée, mais l’amour qui commence par celui qu’un homme et une femme peuvent éprouver l’un pour l’autre, amour à la fois spirituel et charnel.

Il se trouve que cet enseignement est susceptible de permettre à chacun de se retrouver, à l’intérieur de sa culture et en lui-même, cet espace de spiritualité vivante et nourricière dont la plupart d’entre nous a cruellement ressenti le manque, sans toujours parvenir à en connaître la cause. 

Le symbolisme auquel se réfère le Jésus de la gnose dans son enseignement aux disciples, apparaît d’ailleurs fréquemment emprunté à la culture du divin Féminin, antique culture de la Grande Mère, antérieure de plusieurs millénaires à l’apparition des dieux-pères païens puis du Dieu-Père biblique.

Ainsi en est-il de l’Esprit-Colombe : rappel de la Déesse ailée, qu’il s’agisse d’Inamma/Ishtar à Sumer, d’Isis en Egypte, d’Aphrodite en Grèce, d’Anat en Anatolie… Ou encore de l’onction, rituel central de la culture de la Grande Mère.

L’objet principal de ce livre est de montrer que le grand message d’amour et de réconciliation de Jésus, via la réhabilitation du féminin de l’humain à côté du masculin, est encore aisément perceptible à travers les Evangiles du canon, bien que la strate judaïsante soit venue se superposer à l’inspiration gnostique sans l’effacer totalement.

 JESUS

JE VENDS ce livre :  JESUS ET LES FEMMES, ICI : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/11/09/jesus-et-les-femmes/

 

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/t1919-vente-des-livres-de-francesca?highlight=BIBLIOTHEQUE

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54