19 août 2017 ~ 0 Commentaire

Laissez venir à vous… Les mots

 

Jamais la sérénité ne m’est apparue autant d’actualité : guerres et famines ; violences et insécurité ; angoisse et dépression ; l’absurde et l’ennui ; souffrance et solitude. Trop longue litanie de la misère humaine qui n’en finit pas.

Il faut oser aussi parler de Paix et Tranquillité, Poésie du monde, Joie et Tendresse. Ces mots signes s’harmonisent sur la palette de l’espérance pour suggérer, dans une première esquisse, ce qu’est la sérénité ; impression d’ensemble, coloration de notre paysage intérieur, plutôt dans ses teintes pastel que dans les tons crus, tonalités atténuées de l’heure frontalière avec la nuit, quand la naissance du jour vous fait part de la douceur du silence.

LES MOTS

Il faut bien regarder : Gratuité, Sagesse, Fidélité, Amour et Beauté, d’autres mots encore qui font rêver, se disposent sur cette toile de fond, porteurs de la grâce et des exigences de la sérénité. Ils nous invitent à bien mener notre barque dans la traversée de nos jours ; combien d’écueils à éviter, de caps à passer, de tempêtes à affronter, d’orages à dépasser, de havres à trouver pour enfin arriver à bon port…

Laissez venir à vous tous ces mots.

Paix après les drames de l’existence. Paix que le marin savoure après le naufrage quand, désespérément assoiffé et que la mort a le goût de sel, il trouve par miracle, sur le rivage inconnu où il débarque, l’aiguade, espace providentiel d’eau douce. Calme de l’âme, telle là-haut la palme bercée dans la fraîcheur d’un soir d’été, et ces lacs noirs de montage entre les cimes enneigées, et ces bassins de Pékin, eaux étales, reposoirs de lotus. Calme des grands soirs d’été ; vous êtes là, sentinelle de la nuit qui n’arrive pas à venir. Mais elle viendra, vous le savez, dans la tiédeur des étoiles dorées. Elles s’allument une à une pour transformer le ciel en un vaste champ de soleils. Dans cette attente des clartés nocturnes, l’éternité se dévoile comme la traversée du temps puisque indéfectiblement demain l’aurore naîtra. La sérénité est tropisme d’éternité. Elle se tourne vers elle, mariant l’espace et le temps, le repos et le mouvement.

JOIE….. « Pousse des cris de joie ! Réjouis-toi » ! clame le prophète Sophonie. L’apôtre Paul surenchérit : « En toute circonstance, que votre sérénité soit connue de tous ». Inconscience ou provocation quand on songe à la souffrance du monde ? Provocation. Dieu nous appelle à vivre la sérénité on pas comme la récompense d’une vie réussie et facile, mais comme le trésor d e sa joie mûrie en nos cœurs, joie que nul ne peut ravir. Sophonie nous assure : « Le Seigneur ton Dieu est en toi. Il aura joie en toi ». La sérénité est le retentissement intime de cette joie de Dieu en nous ; un scintillement de l’existence qui intrigue ceux qui nous voient vivre, suscitant en eux cette question : « Mais d’où leur vient leur secret, à ceux-là, qui vivent dans la sérénité, car eux aussi ont leurs difficultés ».

La joie de vivre ne se vit pas à grand fracas. Elle est intérieure. Rayonner, quelle que soit la sureté du destin, n’est-ce pas un service à rendre à ceux qui ont de la peine à vivre dans la sérénité ?

Extrait du livre : LA SERENITE que vous trouverez en vente sur ce même blog

La bibliothèque de Francesca http://bibliothequecder.unblog.fr/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54