07 mai 2017 ~ 0 Commentaire

LES SAGES ENFANTS

 

Le stratagème de l’enfant consiste à insister jusqu’à ce qu’il se soit fait comprendre ou, du moins, qu’on l’ait inclus. Alors, il s’arrête là. La sagesse naturelle des enfants est une véritable source d’émerveillement. Ils ont résolu quelques profondes questions existentielles et sont prêts à partager le fruit de leurs cogitations avec toute personne disposée à leur prêter l’oreille. Même ceux qui n’ont pas encore trouvé de solutions tout à fait justes font preuve de facultés de raisonnement pleines de sagesse.

FENF

Nous affirmons qu’un jour, ces petits « casseurs de système » ébranleraient l’ordre établi. C’est exactement ce qui a commencé à se produire. Les enfants devenus plus malins que les examens, déplorèrent collectivement la médiocrité des questionnaires. De plus, le système scolaire aggrave encore le problème en exigeant une courbe de résultats comme critère pour obtenir des fonds gouvernementaux et l’accréditation des écoles.

Un article du Time disait ceci : « Les enseignants ont dû « stupidifier » leurs cours pour inculquer les fadaises insignifiantes que couvrent les examens ». L’article rapportait également qu’en Illinois 200 élèves avaient délibérément échoué leurs examens.

Cette situation place les pédagogues devant un dilemme impossible ; le système exige qu’ils améliorent la moyenne générale des tests, mais les élèves refusent de passer les examens. Que s’est-il produit ? Encore une fois, selon le Time : « Au cours des seuls derniers mois, des allégations de tricheries soutenues par un professeur ont perturbé nombre d’écoles en Californie, en Floride, au Maryland, à New York et en Ohio » Un encadré du Time intitulé Des questions stupides adressés à des gamins intelligents ? fait le constat suivant : « La rébellion des éducateurs contre ce qu’ils estiment être une forme d’évaluation inadéquate s’est même désormais étendue à cette sphère où rivalisent les meilleurs élèves ».

Les professeurs sont-ils donc devenus malhonnêtes ? Certainement pas ! Au risque de nous répéter, nous affirmons ici qu’à nos yeux le personnel enseignant regroupe des personnes qui s’intéressent sincèrement à l’enfant, mais demeurent sous-payées, sous-estimées et contraintes de mener une croisade pour améliorer le niveau d’instruction de la jeunesse. Plusieurs d’entre elles sont confrontées au même dilemme, à divers degrés de gravité : faut-il se conformer à un système archaïsant ou admettre que les jeunes ont vraiment besoin de renouveau ?

La controverse est à double tranchant, et en tant que parents il nous faut prendre un moment pour rendre hommage aux pédagogues qui, de par le monde, doivent y apporter une solution

Entre-temps, que pensent les jeunes de cette lutte intellectuelle et politique ?

Voici l’histoire de Lee, un garçon de huit ans qui ignore tout de la politique ou du système scolaire, mais qui ressent, tout simplement ;….

[ …] Je pose la question à Lee : Pourquoi es-tu si mécontent de ton école Lee ? Il m’expliqua que c’était parce qu’on le poussait à fonctionner manuellement alors que lui était automatisé. Je l’ai incité à développer sa pensée davantage. Il poursuivit en précisant qu’être dirigé manuellement signifiait « être sous contrôle » et que c’était là ce que cherchaient à faire de lui les professeurs. J’ai souligné que les machines n’étaient automatisées que si elles avaient préalablement été programmées et qu’elles avaient donc besoin de quelqu’un qui, au départ les contrôlait ; mais, comme si c’était flagrant, Lee reprit : Non, c’est différent. Moi, je suis déjà préprogrammé. Je sais ce que j’ai à faire et je n’ai pas besoin d’être sous le contrôle des professeurs »… Que dire de plus ? […]

Notre rôle de parents et d’enseignants consiste donc simplement à les aider à tout redécouvrir. Mieux vaut traiter les Sages Enfants comme des adultes, être à l’écoute de leurs besoins. Vous emporteriez-vous contre un ami qui n’aurait pas envie de manger en même temps que vous ? Non, alors n’agissez pas ainsi avec vos rejetons. Si vous ne les traitez pas avec respect, ils vous le rendront souvent de manière plutôt adulte. Captifs de corps minuscules, tentant de se « souvenir » de ce qu’ils savaient….

Ces petits s’expriment avec une grande sagesse. Ils doivent affronter l’insécurité, le fait de grandir, l’impuissance, l’inaptitude acquise et les injustices sociales. Ils sont confrontés au fait d’être différents, garçons ou filles, d’avoir des amis ou pas, d’exceller ou non dans les sports. Tout ce qu’ils ont à exprimer, nous sommes capables de le saisir parfaitement, à condition d‘écouter. Les sentiments qu’ils éprouvent, nous les avons aussi ressentis à un moment ou à un autre de notre existence. Voilà ce dont ils semblent avoir besoin et ce à quoi ils réagissent présentement ; que nous partagions ce qu’ils éprouvent afin de savoir qu’ils ne sont pas seuls. C’est ainsi qu’ils apprendront. Qu’ils feront l’effort de s’intéresser à ce que nous avons à leur offrir en tant qu’adultes, puisque nous nous serons d’abord penchés sur ce qu’eux ont à offrir.

Extrait  du livre qui est en VENTE ICI sur mon blog :  CELEBRATION DES ENFANTS INDIGO

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54