26 avril 2017 ~ 0 Commentaire

Arrêter de crier pour mieux se faire entendre

 

Les gens se croient souvent plus enclins à aider qu’ils ne le sont réellement. Puisque le fait de savoir comment soutenir les autres est si déterminant pour réduire la colère et la violence dans notre société, que faisons-nous vraiment dans ce sens ?

Je pense que nous nous soutenons les uns les autres par l’écoute. C’est cela qui nous donne le sentiment d’être forts, capables de communiquer avec les autres, voire appréciés et respectés. Je pense que pour cela, il faut d’abord se rendre compte à quel point nous tenons à être écoutés nous-mêmes pour voir que les autres aspirent sans doute à la même chose. Le fait d’être sur la défensive, dans la peur de ce que nous allons entendre, nous empêche d’écouter et de soutenir les autres. il est pourtant facile de surmonter ces craintes : il suffit de nous rappeler que nous essayons vraiment, et constamment, de faire de notre mieux.

ne pas crier

Je ne puis m’empêcher de repenser à cette solitude véritable que nous ressentons tous en participant à un défilé où chaque pas ouvre sur un danger. A mes yeux, pour y trouver du plaisir, il faut se rappeler que chaque pas constitue au contraire une occasion de donner le meilleur de nous-mêmes. Cela nous permettra de garder l’équilibre et de faire face à l’avenir. Quant aux autres, ils seront d’autant plus enclins à se rapprocher de nous. Comme vous le constatez, il est très important que les autres puissent se rapprocher. Nous pouvons alors comparer nos points de vue sur la meilleure méthode pour garder l’équilibre. Je pense que c’est cela qui rend notre grande solitude tolérable.

Peut-être qu’au fond, ce qui nous incite à garder l’équilibre, c’est que si nous ne le faisons pas nous allons effrayer les autres… Nous serons alors plus seuls que jamais. Ayant perdu l’équilibre et certain de ne pas pouvoir le retrouver sans aide extérieure, nous voyons les autres opposer de la résistance à nos demandes ; En les voyant s’éloigner, la panique qui nous saisit ne fait que s’amplifier. On comprend alors aisément pourquoi une personne dans cette situation réagit en ces termes : « Je te tuerai si tu me quittes » ou bien, à l’inverse : « Je me tuerai si tu me quittes ».

A mes yeux, la réussite et le plaisir que l’on éprouve à participer au défilé dépendent de notre capacité à accepter les choses telles qu’elles viennent. Attention, cela ne signifie pas nécessairement être passif, mais au contraire de rester alerte et équilibré. En effet, la passivité va à l’encontre de l’efficacité.

Admettre ce point de vue n’est pas toujours agréable. Cependant, vous conviendrez qu’il est plus sage de reconnaitre ses limites à chaque instant que de rester en déséquilibre parce que nous cherchons à obtenir ce qui est hors de notre portée.

Vous savez sans doute qu’il n’est, a priori, pas toujours facile de s’accepter les uns les autres. Toutefois, je pense qu’il peut être utile de prendre conscience que tout au fond de nous-mêmes nous tenons à être accepté tels que nous sommes.

Pourtant, avez-vous remarqué à quel point nous pouvons parfois nous montrer pingres dès qu’il s’agit de témoigner aux autres le même  respect ? Certes, ce n’est pas facile d’être tolérant envers un agresseur direct. Néanmoins, je pense qu’il peut être judicieux de se dire qu’en réalité il est pris à son propre piège. Il est donc préférable de ne pas cherche à l’aider ou à le changer, voire à plaider coupable pour sa «malveillance ». En accordant la priorité au maintien de notre propre équilibre, nous sommes en mesure de ressentir l’impuissance d’une personne s’exprimant plus ou moins en ces termes : « Je ne fais jamais rien de bien, alors pourquoi essayer » ?

Que faire ? Se fâcher ? User de la force ou d’arguments d’une logique implacable pour la persuader de voir les choses différemment ? Quelle est notre réaction après que quelqu’un se soit mis en colère contre nous ? Je suis sûre qu’à ce moment-là, vous savez que rien ne peut aller. Pourtant, nous nous exprimerons mieux si nous sommes nous-mêmes bien équilibrés …. et si nous n’empirons pas les choses en nous prétendant « malveillant » nous aussi.

Extrait du livre en vente ICI sur mon site : COLERE ET AGRESSIVITE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54