18 octobre 2016 ~ 0 Commentaire

DANS LE DOMAINE DE L’ESPRIT

 

Le domaine de l’esprit est un domaine où aucune réalité ne peut exister sans être le fruit d’une création personnelle, un domaine où j’ajoute à l’univers une dimension infinie. Il y a une nouvelle création, tout entière de moi, exigée par la vie même de l’esprit.

C’est à partir de la prise de possession, en face d’un monde préfabriqué, d’un nouveau monde que nous portons en nous, que s’ouvre le domaine de l’esprit.

CONSCIENCE

Car les millénaires, les milliers de siècles, les milliards d’années qui nous séparent de  nos origines, nous les portons tous. Toutes ces origines du monde, nous les portons tous et chacun sur nos épaules, nous les portons dans nos viscères et nos glandes, nous les portons dans nos humeurs.

Tout cet univers pèse sur nous d’un poids infini en même temps que toute l’histoire humaine enregistrée dans nos gènes et nos cellules héréditaires, en même temps que l’histoire plus particulière du milieu dans lequel nous avons été élevés, et qui constitue la formidable sédimentation de notre histoire infantile.

Tout cela est mis en question par la réflexion, et nous ne pouvons accepter de porter ce formidable poids de l’univers et de l’histoire que dans la mesure où nous aurons des motifs qui nous empêcheront de subir tout ce passé en nous révélant la possibilité d’une vie autre, d’une vie toute neuve, d’une vie personnelle, d’une vie jaillissant de nous, d’une vie telle que nous en soyons vraiment le sauteurs et les créateurs ; c’est à ce point que s’ouvre le domaine de l’esprit.

Le domaine de l’esprit n’est pas le domaine de la réflexion qui se borne à réfléchir pour se donner une image du monde tel qu’il est ; le domaine de l’esprit, c’est très strictement le domaine où aucune réalité ne peut exister d’une manière équilibrée sans être le fruit d’une création personnelle. Il se définit par l’impossibilité de subir, par l’exigence donc d’une initiative, d’une prise de position et d’un choix, l’exigence d’une création de soi par soi.

Il y a donc un domaine, celui de l’esprit, où je ne puis être que l’origine de moi-même, où je tiens tout de moi-même, où j’ajoute à l’univers une dimension infinie dans ce sens très précis qu’à partir de cette dimension je cesse de subir l’univers et n’en dépends plus, c’est plutôt lui qui s’enracine alors ne moi : il prend en moi une consistance intérieure, il devient en moi un univers rationnel, intelligible, transparent, un univers qui offre à chaque pas la possibilité de s’émerveiller.

Il y a donc une nouvelle création exigée par la vie même de l’esprit, une nouvelle création tout entière de moi, dans la mesure où je me crée moi-même.

Mais comment puis-je me créer moi-même ? Quel sens donner à cette affirmation que je dois me créer moi-même ? Cela n’a de sens et ce n’est possible qu’en changeant de vie et en changeant de moi…..

Extrait page 234 du livre en vente ici : LE PROBLEME QUE NOUS SOMMES

 

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54