21 septembre 2016 ~ 0 Commentaire

LA TRINITE, MYSTERE DE LA PAUVRETE

 

Les théologiens, les vrais théologiens ont dit sur la Trinité des choses admirables. Ils ont fait de leur mieux, ils ont buriné, buriné cette notion de la relation jusqu’au chef-d’œuvre, amis jamais ils n’ont pu parvenir au cœur du Mystère. Ils ont dit des choses profondes, sages, mais qui nous laissaient toujours sur notre faim et je me rappelle ma déception, lorsque je fermai le De Trinitate de Saint Augustin. Je me disais : « Oui, bien sûr, c’est intelligent, c’est peut-être génial, mais ça ne va pas au cœur du mystère. Bien sûr, comme on dit, ce n’est pas contradictoire, ce n’est pas absurde, ça peut s’accepter finalement en toute rigueur. Mais est-ce vraiment ça l’essence de l’Evangile ? Notre Seigneur a-t-il simplement révélé la Trinité pour donner tout ce travail à des philosophes, afin qu’ils nous expliquent que ce n’est pas contradictoire ? C’est impossible ».

Trinité

Ce n’est qu’à travers saint François, après avoir lu dans un théologien qui cette fois commençait à s’approcher du Cœur de la Trinité : « Tout ce que le Père possède, c’est de se donner au Fils… » que tout d’un coup, dans la lumière de saint François, tout cela a pris feu et que j’ai compris qu’il était dans l’histoire de l’Eglise, dans le mystère de l’Eglise, dans son dépouillement, celui que Dieu mettait sur notre route pour nous introduire dans le dépouillement infini du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Nous allons essayer d’écouter, maintenant, en demandant à François de nous conduire dans cette voie où il nous précède éternellement, cette parole qui s’adresse à nous, cette parole que Jésus confie à notre amour : « Je ne vous appelle pas mes serviteurs, je vous appelle mes amis, car je vous ai dit tout ce que j’ai entendu de mon Père ». Et qu’à-t-il entendu sinon ce cri de l’Eternel Amour où la joie de Dieu éclate dans la première béatitude : « Bienheureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le Royaume des Cieux leur appartient ».

François, justement parce qu’il n’était pas théologien, parce qu’il ne construisait pas avec des mots, Dieu merci, ne nous a pas dit ces choses. Il aurait été bien incapable de les dire et, s’il les avait dites, on l’aurait tout de suite condamné, mais il les a vécues, il les a vécues jusqu’au bout, il les a vécues passionnément, il les a vécues jusqu’au martyre des Stigmates, après avoir cherché en vain le martyre sanglant.

Et c’est parce qu’il les a vécues dans toutes les fibres de son être que l’Eglise en le canonisant deux ans après sa mort, a canonisé la révélation qu’il est : cette Pauvreté avec laquelle il s’est identifié et qui est le Dieu Vivant ; on pleurerait de joie à médite ces choses, parce qu’elles sont vraiment inépuisables, inépuisables…

Extrait p. 155 du livre en vente ici : JE PARLERAI A TON COEUR 

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54