16 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

L’APPEL AU MASCULIN ET AU FEMININ

 

Jusqu’à présent, nous avons supposé que l’Appel survient chez les hommes et les femmes avec une constance sensiblement égale et que l’évolution spirituelle est également répartie chez les deux sexes. Nous n’avons aucune raison de mettre en doute cette assertion, mais une question importante se pose, qui met en lumière un autre aspect de l’Appel : les hommes e t les femmes l’éprouvent-ils de la même façon ?

francescaà

Les résultats des recherches en psychologie du développement spirituel et les nombreux entretiens que j’ai menés montrent que l’Appel prend généralement une forme différente pour les hommes et les femmes. Alors que le but du voyage est semblable, la forme de l’Appel diffère suivant leurs besoins psychologiques et leurs caractéristiques biologiques.

Pourtant, cette différence évolue avec le temps comme le montre le phénomène de « transgression des rôles », théorie étudiée et développée en profondeur dans les années cinquante par divers spécialistes, notamment David Gutmann. La transgression des rôles s’applique quand des hommes et des femmes qui atteignent la maturité commencent à briguer les pouvoirs et les prérogatives jusqu’alors réservés à l’autre sexe sous la pression des stéréotypes sociaux dominants. Guttmann explique que, en vieillissant, les hommes revendiquent l’expression de leurs aspects « féminins » et deviennent plus émotifs et plus réceptif. Les femmes, de leur côté, approfondissent la zone « masculine » de leur personnalité, gagnant en assurance, en audace, en indépendance.

Guttmann prend l’exemple des Druzes. Les hommes, en vieillissant, abandonnent de façon très caractéristique le comportement agressif et guerrier de leur jeunesse et se tournent vers des activités plus paisibles, la contemplation religieuse et le service de la communauté. On observe les mêmes modifications comportementales au Kenya, en Australie et chez les peuples indiens d’Amérique du Nord. Parmi les Comanches et les Hopis, par exemple, les guerriers et les hommes qui ne sont pas voués à la religion se mettent parfois en vieillissant, à s’habiller comme les femmes et prennent en charge les tâches ménagères d e la communauté.

Nous sommes nombreux à avoir observé des cas similaires dans notre entourage. Nous le constatons chez des hommes que nous avons toujours connus aussi opportunistes qu’inflexibles et qui, la maturité venue, deviennent plus amènes et plus sociables. Ils se mettront plus volontiers au service des autres, ils passeront plus de temps avec leurs enfants et petits-enfants et se lanceront dans la cuisine, s’investiront de plus en plus dans les plaisirs paisibles.

Il est très frappant de voir l’aisance des hommes mûrs à montrer leur préoccupation et leur tendresse envers leurs proches, ces sentiments qui leur paraissaient si « faibles » dans leur jeunesse. Nous voyons ces hommes, devenus vieux, montrer leur amour plutôt que leur autorité, coopérer paisiblement au lieu d’essayer de prendre le pouvoir. Quand cet aspect de la nature profonde d’un être se révèle, le chemin de l’épanouissement spirituel peut être assez court.

Les femmes en mûrissant s’ouvrent de plus en plus aux caractéristiques masculines comme la domination, l’indépendance et le goût du risque. Quand elles répondent à l’Appel, elles ressentent souvent le besoin de prendre leurs distances avec le milieu familial auquel elles ont généralement tendance à trop s’identifier, avec leurs amis également.

Extrait page 135 du livre En vente ici sur ce blog LES CHEMINS DE L’HARMONIE

 

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54