01 avril 2016 ~ 0 Commentaire

L’aberration de la contagion

Scientologie

Les maladies sont contagieuses. Les microbes se promènent à travers la société, allant d’un individu à l’autre sans le moindre respect de la vie humaine, jusqu’au jour où des médicaments tels que les sulfamides ou la pénicilline mettent un terme à leur périple.

Les aberrations sont contagieuses. A l’instar des microbes, elles ne respectent rien ni personne, se propageant d’individu en individu, se transmettant des parents aux enfants, jusqu’au jour où la dianétique interrompt leur randonnée.

Hier encore, on croyait que la folie prenait sa source dans les gènes, car très souvent, les enfants de parents aberrés souffraient eux aussi d’aberrations. Il existe effectivement une forme de folie d’origine génétique, celle causée par l’absence d’un ou plusieurs organes (à la naissance). Ce type de folie n’est pas très répandu et se caractérise, chez les personnes qui en sont atteintes, par de la stupidité ou une mauvaise coordination, et rien d’autre.

La contagion de l’aberration est un principe d’une extrême simplicité, aussi nous ne nous y attarderons pas longtemps. Nous savons en dianétique que seuls les moments d’inconscience peuvent contenir des engrammes. Lorsqu’une personne est rendue « inconsciente », les gens uqi se trouvent autour d’elle réagissent plus ou moins selon ce que leur dictent leurs engrammes ; En fait, très souvent, l’inconscience est causée par les dramatisations de quelqu’un. Un clair pourrait donc être rendu « inconscient » par un aberré qui est en train de dramatiser un engramme et il recevrait alors un engramme qui ne serait autre que l’engramme dramatisé par l’aberré.

Le mécanisme est simple ; Les gens aberrés, lorsqu’ils sont stressés ou émus, dramatisent leurs engrammes ; Ces dramatisations consistent parfois à blesser quelqu’un et elles le font alors sombrer plus ou moins dans l’ »inconscient ». Et l’engramme qu’il récolte est donc une dramatisation.

L’aberration se transmet de bien d ‘autres façons. Par exemple, les gens sous anesthésie qui subissent une opération sont victimes des conversations plus ou moins aberrées du personnel présent. Ces conversations, lorsqu’elles pénètrent dans la personne « inconsciente », deviennent des engrammes. De même, sur les lieux d’un accident, les gens se mettent à dramatiser en raison de l’urgence de la situation et toute personne rendue « inconsciente » par l’accident reçoit alors un engramme.

Les parents communiquent leurs engrammes aux enfants, aucun doute  là-dessus. Quand le père e tl amère dramatisent leurs engrammes à proximité d’un enfant malade ou blessé, il est sûr de les attraper, de a même manière qu’on attrape un microbe. Cela ne veut pas dire que le mental réactif d’un enfant se compose exclusivement des engrammes que lui ont transmis ses parents : d’innombrables facteurs extérieurs au cadre familial peuvent agir sur l’enfant quand il est « inconscient ». Et cela ne veut pas dire non plus que l’enfant réagira à ces engrammes de la même façon que se parents, car après tout, l’enfant est un individu doté d’une personnalité, d’un pouvoir de choix et d’une expérience qui lui sont propres. Non, tout e que cela veut dire, c’est qu’il est absolument inévitable que des parents aberrés « infectent » leurs enfants d’une façon ou d ‘une autre.

Extrait du livre  page 160 ICI : LA DIANETIQUE – La puissance de la pensée sur le corps

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54