16 février 2016 ~ 0 Commentaire

LA COMMUNICATION AVEC SOI-MÊME

 

saut

 

Un quatuor à cordes ou une troupe de théâtre peuvent présenter un spectacle de qualité si les membres qui les composent ont du talent en tant qu’individus, mais c’est seulement en travaillant étroitement ensemble, en se faisant confiance et en s’aidant mutuellement qu’ils parviendront à la véritable perfection. De même beaucoup traversent la vie « en pilotage automatique ». Leur psyché, leur corps et leur esprit fonctionnent indépendamment, certes en collaborant, amis sans être à l’unisson.

L’impression que nous savons communément que notre cœur et notre tête suivent des voies distinctes, révèle de manière manifeste que les différentes facettes de notre personnalité souffrent de l’absence d’une communication satisfaisante. Se sentir d’une manière générale découragé, cruel ou blasé témoigne du même phénomène. Pour progresser vers la plénitude intérieure, nous devons consolider les relations entre notre psyché, notre corps et notre esprit en inaugurant de nouveaux canaux de communication. Nous établirons ainsi un contact plus étroit avec nos énergies instinctives.

Ces énergies, pulsions innées qui nous incitent à accomplir certaines actions, appartiennent à deux catégories : d’une part, les instincts élémentaires, comme le sexe, la faim et la peur du danger, et de l’autre, des motivations plus complexes, comme l’amour, l’attrait du beau ainsi que notre sens moral. Si nous réfrénons ces instincts supérieurs (peut-être en choisissant de travailler tard, quand nous savons que nous devrions passer plus de temps à la maison), nos rêves peuvent nous rappeler nos véritables priorités, comme dans le cas exposé ci-dessous. La communication avec soi-même consiste, en partie, à se mettre à l’écoute de nos énergies instinctives et à trouver de quelle manière permettre à nos instincts positifs de se développer, tout en continuant à soumettre les instincts négatifs au contrôle de la conscience.

EXEMPLE / La rêveuse est une femme au foyer, mère de famille qui a sacrifié sa carrière pour se consacrer à ses enfants, mais qui a le sentiment d en e pas être totalement réconciliée avec l’instinct maternel.

« Dans mon rêve, je promenais trois chiens en laisse, auxquels j’apprenais  à répondre à un coup de sifflet. Je leur ai donc ôté leur laisse et, à ma grande stupéfaction, ils se sont aussitôt enfuis vers une rue très passante. Comme ils ne répondaient pas à mon coup de sifflet, je les ai appelés, mais j’ai soudain constaté que j’avais oublié leurs noms. Je me suis précipitée derrière eux paniquée, mais je les ai perdus en chemin. J’ai demandé à quelques personnes si elles les avaient vus, mais elles me regardaient comme si j’étais stupide. J’ai alors aperçu de l’autre côté de la rue un des chiens qui semblait se moquer de moi ».

Les animaux des rêves représentent souvent notre côté instinctif. Ce rêve indique peut-être que la rêveuse ne peut comprendre ou contrôler ses énergies instinctives. Elle a oublié comment appeler les chiens (elle ne se souvent pas de leur noms). Il existe un danger dans sa perte de contrôle (la rue très passante), mais elle éprouve aussi des difficultés à communiquer ses problèmes aux autres. L’un des chiens a traversé la rue (devient encore moins accessible) et se moque d’elle, ce qui suggère que nous ne pouvons jamais être en paix avec nous-mêmes si nous perdons le contact avec le servant instinctif de notre vie.

La voix de l’instinct, toutefois, s’abîme souvent dans le brouhaha de nos inquiétudes quotidiennes ; l’exercice qui suit est un bon moyen d’encourager nos rêves à resituer ces problèmes dans leur véritable perspective. Réfléchissez aussi aux songes dans lesquelles personnages s’avère, après interprétation, représenter les différents aspects de votre personnalité. Notez le comportement qu’ils adoptent les uns envers les autres et utilisez une association directe pour découvrir qu’elle frictions internes ou quels aveuglements se manifestent dans ces personnages.

La méthode de la chaise vide, qui permet aux différentes facettes de votre moi onirique de dialoguer, constitue une autre aide précieuse pour affronter les instincts négatifs ou les préoccupations persistantes découvertes grâce à l’interprétation.

Demandez à vos rêves de poursuivre cette conversation, de la clarifier et d’apporter d’éventuelles solutions. Une fois ces problèmes identifiés, il faut essayer de les comprendre au niveau conscient.

Entretenir des relations saines avec les autres dépend aussi de la qualité de la relation que nous entretenons avec nous-mêmes. Nous pouvons penser parfois que nous savons communiquer nos pensées et nos sentiments. Mais notre inconscient est quelquefois plus perspicace et nous le fait savoir par l’intermédiaire des symboles de nos rêves : l’attente d’une lettre qui n’arrive jamais ou encore l’impossibilité d’entendre les autres ou de se faire entendre d’eux. Il n’est possible d’être en paix avec soi-même qu’en décelant à travers nos rêves les lacunes de nos modes de communication.

EXERCICES POUR ACITONNER L’INTERRUPTEUR

Cet exercice nous aide, sur la base de la visualisation, à identifier et à chasser les problèmes intérieurs révélés par notre travail de compréhension des rêves. C’est un moyen de stimuler notre énergie intérieure, en mobilisant toutes les facettes constitutives de notre personnalité.

  1. Fermez les yeux et imaginez une maison, la nuit. Vous êtes dehors, les fenêtres sont noires ; Entrez et dirigez vous vers la porte d’accès à la cave.
  2. Arrêtez-vous un instant devant cette porte, en sachant qu’au-delà se tapissent vos problèmes et vos difficultés actuels. Surmontez votre malaise, ouvrez la porte et commencez à descendre l’escalier dans l’obscurité.
  3. Au bas des marches, avancez à l’aveuglette en tâtonnant le long du mur jusqu’à ce que vous trouviez un interrupteur volumineux. Respirez profondément et actionnez-le.
  4. Le sous-sol s’inonde alors d’une lumière éblouissante. Les problèmes, si menaçants dans l’obscurité, sont désormais inoffensifs. Regardez tour à tour les images qui le symbolisent – des lettres à brûler, des souvenir s d’enfance à mettre au rebut.
  5. Rassemblez ces objets et quittez la cave. Chaque pièce resplendit maintenant de lumière t il vous est facile de voir comment résoudre chaque problème. Demandez à vos rêves de vous donner l’énergie nécessaire pour entreprendre cette tâche. Ouvrez les yeux, revenez à la réalité emplis de force et d’optimisme.

 

La méthode de la chaise vide

Placez deux chaises l’une en face de l’autre. Asseyez-vous sur l’une d’elles, jouez le rôle de l’un des aspects du rêve et adressez-vous à l’autre, que vous imaginez sur la chaise vide ; Gagner la chaise vide pour répondre, puis revenez à la première et ainsi de suite. Cet exercice peu donner lieu à une conversation de ce type engagée entre un bois et une route.

 Le bois accusant la route : Les passagers des voitures qui roulent sur votre chaussée ne s’arrêtent jamais sous mes arbres superbes pour pique-niquer. Ils ne font que passer à toute vitesse.

La route répond : C’est parce qu’on s’ennuie chez vous. Ils veulent tous arriver au plus vite dans la grande ville de l’autre côté.

Le bois : Ce n’est pas vrai. Tout le monde aime les arbres et tout le monde a besoin de se reposer un peu.

La route : la plupart des gens ignoreraient jusqu’à votre existence si je n’avais pas été percée à travers vous.

Ce type de dialogue peut révéler que deux facettes de votre personnalité sont en conflit : l’une apprécie  la tranquillité et la nature, l’autre la liberté et le progrès.

 ——-

EXTRAIT DU LIVRE : APPRENEZ A MIEUX REVER ET A TIRER PARTI DE VOS REVES

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54