31 janvier 2016 ~ 0 Commentaire

EXPERIENCES de Pierre R.

Sexualité

Alors que la voiture avait quitté la forêt et roulait, avec des fortunes diverses, sur la grand-route, se manifesta-t-il pour remettre sur ses rails le train d ‘Eros, passablement essoufflé.

Aux commentaires de Claude sur le moteur et la tenue de route, il répondit qu’il s’en moquait et qu’il préférait la carrosserie de Claudine. Il multiplie ainsi les jeux de mots à peu de frais sur les voitures et les femmes. Puis, joignant le geste à la parole, il se mit à mordiller la nuque de Claudine, à lui masser les épaules et il chercha à lui faire tourner la tête pour l’embrasser, ce à quoi elle se prêta gentiment. Le baiser fut long et bien appuyé. Si bien que Claude cessa ses bavardages de mécanique et multiplia les coups d’oeil à de côté.

Pierre poussa alors son avantage et glissa sa main sous le pull de Claudine après l’avoir tiré pour le dégager de la juge où il avait été rentré sans soin. Il trouva la peau nue, cette peau tant caressée mais à laquelle il réagissait sans défaillance, et remonta jusqu’au sein gauche. Le soutien-gorge n’avait pas été ragrafée et le téton était libre. Pierre le prit sans difficulté dans sa main, rond et douillet, ferme et délicatement souple, chair tendre et fragile pourtant toujours intacte malgré les caresses, les pressions, els palpations et parfois les empoignades trop rudes de la passion.

Claudine aimait que ce fut Pierre maintenant qu’il a caressât. Elle s’était un peu tournée du côté gauche pour mieux donner sa bouche, si bien que le sein gauche s’aplatissait contre le dossier du siège et que Pierre préféra passer au sein droit, mieux à sa portée. Claude regardait tout en conduisant. Il en pouvait joindre sa main à celle de Pierre car cela l’eût gêné pour conduire. Faute de mieux, il la laissa errer sur les cuisses, plus faciles à caresser, mais toujours gainées de nylon sans contact possible avec la peau. S’ennuyant sur cette surface trop plisse et impersonnelle, il remonta, selon son habitude, au sexe, et s’efforça de participer au duo de Claudine et de Pierre par une caresse plus ou moins habile, selon les aléas de la route, sur le pubis attient de manière incertaine à travers slip et collant. Claudine en ressentit du plaisir et se laissa bercer un moment par les baisers et les caresses de son mari, auxquels s’ajoutai une sensation agréable venant de son bas-ventre massé de son mieux par Claude…

Extrait page 33…

JE VENDS CE LIVRE ICI :

http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/09/08/experiences-de-p-ruseray/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54