30 janvier 2016 ~ 0 Commentaire

SEPTEMBRE NOIR – La terreur pour convaincre

Septembre noir

Le 21 février 1973, la terrible tempête de sable qui éclata soudain dans le désert égyptien perturba complètement le système de contrôle aérien du Caire – qui est assurément l’un d es moins efficaces du monde – au point qu’il laissa passer au-dessus de l’aéroport un Boeing 727 libyen effectuant la (courte) liaison régulière Benghazi-Le Caire. Après être passé à la verticale des Pyramides, l’appareil franchi le système de contrôle radar de l’armée égyptienne  défendant le canal de Suez, avant de survoler le désert du Sinaï, occupé par les troupes israéliennes.

Quelques minutes plus tar, des Phantom de l’Etat hébreu le mitraillaient sans rémission ; l’appareil alla s’abattre dans le désert et explosa en touchant le sol, ses 106 passagers trouvant la mort dans la catastrophe.

Attaqués de tous côtés, les Israéliens affirmèrent avoir essayé de prendre contact avec le pilot de l’appareil pour lui ordonner de poser son appareil ; d’après eux, ce dernier (de nationalité française) avait refusé d’obtempérer ; ils n’avaient donc eu dès lors d’autre choix que de l’abattre. Septembre Noir ayant menacé à plusieurs reprises de détourner un avion et de la transformer en bombe volante, qu’ils auraient fait exploser en plein cœur de Tel-Aviv.

Il faut bien admettre que cette explication, qui manquait pour le moins d’honnêteté, ne convainquis que ceux qui ne demandaient qu’à l’être ; c’est ainsi que l’étude de la fameuse « boîte noire » (enregistrant toutes les réactions mécaniques de l’appareil, ainsi que les communications radio , retrouvée près du lieu de l’accident prouva que le pilote du Boeing avait alerté d’une voix angoissée la tour de contrôle du Caire mais que les pilots israéliens n’avaient pas pris contact avec lui avant de la mitrailler. Un pilote de chasseur avoua même que le Boeing était sur le point de faire demi-tour pour reprendre la direction de l’Egypte, lorsqu’il avait été attaché, à une quinzaine de kilomètres à l’intérieur du territoire occupé par les Israéliens.

L’opinion publique mondiale fut saisie d’horreur. Les Israéliens eurent beau chercher toutes les excuses possibles et imaginables, ils furent incapables de contrebalancer l’impact terrible de ces photos représentant des cadavres désarticulés dans les débris encore fumants  de l’avion. Il semblait bien qu’Israël eût adopté la tactique de son ennemi juré, Septembre Noir, et que sa politique anti-terroriste s’était transformée, dévoyée en une guerre d’agression pure et simple contre des innocents.

Au Caire, des scènes dramatiques se produisirent à la morgue lorsque les cadavres des malheureux passagers y furent transférés, dans de pauvres cercueils de bois brut ; les familles des victimes, se lamentant come seuls les Arabes savent le faire, s’efforçaient d’arracher des morceaux de chair pour aller les enterrer. En Libye, la foule énorme qui assista aux funérailles de cinquante-cinq des victimes invité Kadhafi à les venger, tandis que le gouvernement libyen rendait publique une déclaration selon laquelle « d’après tous les critères d’objectivité connus, le fait d’abattre un appareil de transport civil ne pouvait en aucun cas demeurer impuni…

Extrait page 159…

JE VENDS CE LIVRE ICI :

http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/09/08/septembre-noir-la-terreur-pour-convaincre/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54