30 janvier 2016 ~ 0 Commentaire

CESAR IMPERATOR

dessinjulescesarCésar se penche hors de la voiture ; Il aperçoit les croupes des deux chevaux et, marchant à pas lents, les soldats d e l’escorte, leur glaive au côté, le javelot sur l’épaule. Il secoue Aemilius qui somnole assis près de lui et il descend de la voiture ;

La via Aurelia que l’on suit depuis Rome semble avalées par le village, disparaissant entre les maisons de pierres sèches et la paroi rocheuse qui tombe, presque à la verticale, dans la mer. Les masures s’accrochent et s’étagent sur ce flanc des Alpes comme des coquillages gris en partie recouverts par le rouge délavé des tuiles.

César s’arrête. Des centurions l’entourent. Il entend Aemilius dire que le village  marque la frontière entre la Gaule cisalpine et la Narbonnaise. Il faudra près de dix jours encore avant d’atteindre l’Espagne où le propréteur, Caius Antistius Vetus, attend son questeur.

César approche de l’une des bornes qui jalonnent la via Aurelia, il suffirait d’un pas pour rouler dans la peinte et que l vie s’arrête. Il est ébloui par le miroitement de la mer. Il sent monter l’inquiétude. Est-ce que son destin ne va pas s’interrompre à s’éloigner ainsi de Rome, alors que la ville bruissait de son nom, que l’on célébrait son courage d’avoir osé brandir le portait de Marius, et que l’on vantait son amour pour son épouse ? Ses funérailles avaient été imposantes, acte audacieux puisque personne n’avait jamais ainsi célébré une jeune morte.

Que d’événements peuvent se produire pendant son absence. On peut même l’oublier … Il n’est qu’un jeune questeur, envoyé en Espagne pour lever au nom de gouverneur Antistius. Vetus les impôts et rendre la justice. Quelle gloire peut-il gagner à ces fonctions subalternes ? Peut-être pourra-t-il prélever sur l’agent recueilli une part, comme il est d’usage, et rembourser ainsi ses créanciers qui, au moment de son départ de Rome, on montré leurs crocs ? Il a fallu qu’il voie Crassus et lui demande de tirer sur la laisse de ces chiens de créanciers avides.

Il atteint les premières maisons.

En continuant de marcher sur les pavés de la via Aurelia, il a l’impression de s’enfoncer dans une grotte tant l’ombre est fraîche, apaisant après la montée du col. Il se tourner vers Aemilius dont le visage exprime l’abattement, du mépris et du dégoût. Il est vrai que ces mesures ressemblent à des niches puantes. Et qu’il faut faire plusieurs pas avant de trouver une maison, avec les statuettes des Dieu Lares. Un homme maigre, le corps serré dans une toge tachée, les pieds nus, s’avance, dit qu’il est l’édile de ce village sujet de Rome. Et pourtant il asservi dans l’armée de Marius, autrefois. Pourquoi n’est-il pas citoyen ?

Extrait page 125…

JE VENDS CE LIVRE ICI :

http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/09/08/cesar-imperator-de-m-gallo/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54