29 novembre 2015 ~ 0 Commentaire

Qui est Christoph Theobald

Christophe

français ou allemand ? Non, rhénan, c’est ainsi qu’il aime à se définir. Il est né à Cologne en 1946. Quelques années plus tôt, pendant la guerre, sa mère accouchait de son frère ainé lorsque la maternité a été touchée par une bombe. Elle a été la seule survivante. Très frappée par le drame, cette luthérienne convaincue s’est alors convertie au catholicisme, religion de son mari.

 

LIVRE A VENDRE ICI :

L’UNIVERS N’EST PAS SOURD

 

 

Christoph Theobald entre au séminaire à 18 ans pour étudier la théologie, la philosophie et la musicologie, car il est passionné de musique depuis son plus jeune âge, ses parents l’emmenaient régulièrement à Salzbourg et il joue de l’orgue. Une année à Paris en 1968, où il apprend le français et rencontre les jésuites l’incite à venir pour une recollection dans leur centre de Chantilly. C’est à ce moment qu’il décide de s’installer en France mais pour marquer sa double appartenance, se fait ordonner la même année, 1982, diacre à Cologne et prêtre à Paris, par Mgr Lustiger dans l’église des jésuites . Il entame une carrière d’enseignant au centre Sèvres, histoire de la théologie moderne, le concile Vatican II en particulier,théologie systématiquethéologie pratique,esthétique et un cours sur Bach. Il est rédacteur en chef de la revue recherches de science religieuse, conseiller et auteur àEsprit, participe à la revue Concilium. Il a aussi écrit de nombreux livres dont, en cette année anniversaire, La réception du concile Vatican II.

Image de prévisualisation YouTube

Dans une étude magistrale, Christoph Theobald, reprenant chacun des écrits conciliaires envisage toutes les potentialités qu’offre le concile Vatican II pour notre temps. Ecclésiologie, mission, œcuménisme, dialogue interreligieux, liturgie, catéchèse, théologie, etc., tous ces thèmes, aujourd’hui d’une grande actualité, peuvent encore bénéficier des apports du Concile. Cinquante ans après la clôture par saint Paul VI du second concile du Vatican, voici l’ouvrage-clé d’un des grands théologiens franco-allemands sur l’avenir de l’Église. Vatican II, c’est pour demain.

Tandis que certains considèrent le concile Vatican II comme le dernier d’une chrétienté euro-atlantique, d’autres le saluent comme le tout premier d’une Église devenue mondiale et interculturelle. L’ouvrage prend position en faveur de la seconde hypothèse et s’interroge sur les potentialités d’avenir du Concile. Dans une situation culturelle et ecclésiale nouvelle, marquée par un pluralisme insurmontable, une prise en compte de l’événement conciliaire et une lecture transversale de son corpus textuel permettent d’en dégager deux aspects décisifs pour aujourd’hui et demain : une manière de procéder ou un style de communication, simultanément transculturel et enraciné dans l’infiniment concret de nos existences quotidiennes ; une vision globale et eschatologique de l’histoire de l’humanité et de nos sociétés, l’Église se trouvant décentrée et se comprenant comme étant au service de l’Évangile et des hommes de ce temps.

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54