26 novembre 2015 ~ 0 Commentaire

LES SECRETS

 

Les-SecretsL’équipe d’intervention d’urgence arriva juste à temps mais cette fois on craignit des complications cérébrales et quand Bill  appela l’hôpital on ne le laissa pas parler à Sandy.

Deux jours plus tard, alors qu’il téléphonait pour la centième fois, on lui appris qu’elle était partie. Sandy avait disparu et une fois de plus on ignorait pour quelle destination. Ses parents savaient qu’elle vivait avec un dealer, quelque part du côté d’Inglewood, mais ce n’était même pas certain, et ils avaient abandonné l’espoir de la tirer de là. Suite à son arrestation du mois d’août, elle avait omis de se présenter au jugement, et maintenant on lançait des avis de recherche contre elle. La situation devenait cauchemardesque. Bill ne voyait plus comment s’en sortir. Il ne pouvait rien faire depuis New York, sauf se sermonner pour garder les pieds sur terre et se concentrer sur son travail.

Le lendemain du jours où on transporta Sandy à l’hôpital, le metteur en scène fut obligé de tourner son unique scène dix-huit fois de suite, et le pauvre Bill crut perdre la raison à force de ne plus savoir à quel saint se vouer.

-          Si je peux faire quelque chose… proposa Jane pendant qu’ils rentraient à l’hôtel en fin de journée.

Bille se contenta de secouer la tête et d’éviter son regard. Il n’allait pourtant pas fort, et quand il finit par la regarder en face, il se sentit au bort du désespoir.

-          Il n’y a rien qu’on puisse faire, Jane. Merci quand même.

Jane était une chouette fille, même s’ils n’avaient rien en commun. Elle ne savait parler de rien d’autre que de ses gosses. Et Gabrielle le rendait cinglé, elle aussi. Elle était tellement gentille, toujours de bonne humeur, toujours prête à s’amuser, on aurait dit un jeune chine un peu fou. Elle n’arrêtait pas de l’entreprendre pour répéter avec lui dès qu’ils avaient une minute de libre, alors que lui en supportait même plus de la regarder. Elle lui rappelait trop Sandy. Ça devenait intolérable.

Mel aussi avait remarqué que Bill devenait de plus en plus taciturne, mais le soir, à la projection, son travail se révélait sans faille.

-          Il a du talent, admettait le metteur en scène. Et ça ira mieux quand il se sera un peu calmé. Il est tellement tendu qu’on a l’impression qu’il va exploser d’une seconde à l’autre. mais il connaît la musique. Ce gosse atout d’un pro.

Ce fut ce qui le sauva. Bill Warwick était travailleur et consciencieux, ce qui suffisait pour que tout le monde oublie ses accès de mauvaise humeur. D’ailleurs, la seule qui eût vraiment droit à ses sautes d’humeur, c’était Gabby. Et Gabby avait ses problèmes elle aussi, des problèmes dont elle ne parlait à personne. Sa mère l’appelait environ cinq fois par jour pour la supplier de venir passer ses soirées en famille.

-          Ma chérie, donne-moi une seule bonne raison pour refuser.

Jour après jour, la voix qui avait à la fois l’accent de Paris, de Palm Beach et de Newport se faisait de plus en plus intransigeante, et Gabrielle se contraignait difficilement à garder son calme. Elle en avait par-dessus la tête de donner de « bonnes raison » à sa mère…

de Danielle Steel – page 181….

Je vends ce livre ici : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/09/22/secrets-de-danielle-steel/  

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54