25 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

LE PROBLEME QUE NOUS SOMMES

 

LE PROBLEME QUE NOUS SOMMESMonde spirituel, monde de réciprocité. Dieu est Amour, rien qu’Amour. Le monde spirituel est un monde de réciprocité parce qu’il est un monde de relation conférant à l’existence sa plénitude. Le monde n’est compris que dans le renoncement à soi. Dieu ne peut entrer dans l’histoire qu’à travers nous.

La Création est une histoire à deux. La puissance de Dieu n’est pas la puissance d’une machine, ce n’est pas la puissance magique attribuée à un être fictif, la puissance divine, c’est la plénitude de l’amour. Mais l’amour n’a d’efficacité que s’il trouve un amour d où s’enraciner ; on ne peut pas suspendre l’amour à un portemanteau, pas plus qu’on ne peut empiler la vérité sous des masses de linge. La vérité ne peut se fait jour en nous que si nous devenons lumière en elle ; la beauté ne put résonner que si nous sommes des personnes, des résonateurs, et l’amour ne peut nous atteindre que si notre cœur change d’orientation et si l’intimité d’autrui devient la nôtre. Autrement dit, selon le mot de Rimbaud, si « je » devient « un autre ».

Dieu justement est Amour, rien qu’Amour, sa toute-puissance est dans son ordre d’amour et devient toute-puissance lorsqu’elle ne rencontre pas l’amour. Comme le génie le plus prodigieux ne peut plus rien si vous vous bouchez les oreilles, comme l’artiste le plus prestigieux ne peut rien si vous tapez sur une casserole au moment où il exécute sa symphonie, comme l’amour le plus nuptial  ne peut rien si l’un des conjoints a perdu le sens de l’amour.

Le monde spirituel est un monde de réciprocité pace que c’est un monde de relation, de dépouillement, de pauvreté ; c’est un monde où on ne peut devenir soi qu’en l’autre, et la plénitude de l’existence est justement dans cette relation.

Là où il n’y a pas d’amour, Dieu n’est- pas ; là où il n’y a pas d’amour, Dieu n’agit pas, c’est à dire qu’on ne peut pas déceler sa présence, comme on ne peut pas bénéficier de son action. Non pas que Dieu se refuse ou se retire, il est toujours « dedans », il est au cœur de  tout événement, mais il n’y peut agir que selon le degré de notre ouverture et de notre acceptation.

L’homme a à se créer lui-même dans sa dimension humaine qui est une dimension d’amour, comme la femme se fait épouse par le oui nuptial. Toute s vie d’épouse est suspendue à ce oui nuptial qui construit la maison, tout son statut ontologique d’épouse et de mère est suspendu à ce oui. Tout notre statut existentiel en tant qu’homme est suspendu à ce oui que nous sommes, en réponse à l’éternel oui qui est Dieu. Mais sans notre oui nous restons informes, nous nous décréons, et nous décréons l’univers.

La solidarité est immédiate, elle est sensible d’ailleurs. La joie de l’univers ne nous parvient plus quand nous sommes en état d’absence ; pour éprouver la joie de connaître, il faut naître et engendrer.

Justement le monde, on peut le subir comme un rouleau compresseur, dans la misère, dans la faim, dans la détresse, où l’être biologique lui-même s’abîme et périt. On peut subir le monde comme une catastrophe, mais on peut aussi l’aimer, on peut l’engendrer, on peut le comprendre quand on a renoncé à le prendre et qu’on a commencé à se déprendre de soi.

Tout change selon l’optique, tout change selon la dimension à laquelle on a soi-même atteint, à laquelle on a atteint, soi, le monde et Dieu.

De quel Dieu parlons-nous ? De quel univers, de quel homme ? Tant que nous ne sommes pas promus à la nouvelle naissance, tant que nous n’avons pas fait l’expérience augustinienne, tant que nous ne sommes pas « dedans », tant que nous sommes dehors, étrangers à nous-mêmes, nous le sommes dans la même mesure à l’univers et à Dieu ; le lien est absolument indissoluble, c’est le niveau auquel  nous atteignons qui situe le niveau de toute réalité.

Je vends ce livre ici : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/12/12/le-probleme-que-nous-sommes/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54