11 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

MON CODE DE VIE

 

code de vieLa curiosité n’est pas un vilain défaut, c’est une vertu cardinale … si l’on entend par curiosité l’envie de s’intéresser, d’apprendre, de découvrir, d’élargir son horizon.

L’un de spires dangers qui guettent les personnes avançant en âge, au premier rang desquelles les retraités, est de se rétrécir sur un tout petit univers. N’ayant plus d’activité professionnelle, plus de raison de se lever, d’accomplir un certain nombre de tâches, de résoudre des problèmes, d e rencontrer d’autres gens, ils allument la télévision et se contentent de cette fenêtre sue le monde. Certes, c’en est une ; des informations aux magazines, la télévision permet de se tenir au courant des mouvements du monde et de la société. Mais alors, le risque consiste à n’être plus qu’un témoin passif du monde.

L’absence de curiosité peut se manifester bien plus tôt ; nous connaissons tous des jeunes qui ne s’intéressent apparemment à rien. De ces gens qui ont un sujet de prédilection : le foot, une collection, la politique, et ne parlent que de ça. De ces femmes qui papotent, de ces hommes qui rabâchent et paraissent fermés à tout ce qui leur est étranger. Comme s’ils avaient décidé qu’ils n’avaient plus rien à apprendre.

On a toujours quelque chose à apprendre.

Parce que l’enfance est l’âge des apprentissages, on se dit que plus on vieillit, moins on a besoin d ‘apprendre. Objectivement, il est vrai qu’on a généralement acquis, relativement vite, à peu près tout ce dont on a besoin pour vivre, travailler et exercer ses responsabilités. Mais la paresse finit par anesthésier notre cerveau qui a besoin d ‘apprendre pour pouvoir mémoriser, de s’intéresser pour accroître ses facultés et d’être surpris pour garder sa capacité à réagir. On a souvent comparé le cerveau à un muscle parce qu’il se conduit comme tel ; cessez de le faire travailler, il s’atrophiera.

Peu importe, en revanche, l‘exercice. Tout est bon pour qu’il fasse preuve de vivacité. Certains reprennent leurs études à 60 ans, d’autres s’inventent un hobby ; certains militent dans une association… Toutes activités que nous fait rencontrer des gens nouveaux et des situations inattendues agissent comme une vitamine de l’intelligence de l’adaptation. L’ennui et la léthargie sont les meilleurs moyens de devenir vieux.

Avoir des projets, c’est avoir un avenir. Ne plus rien attendre, c’est se laisser mourir ; La vieillesse est aussi un renoncement. Le pire des renoncements est de renoncer à son propre avenir en n’ayant aucun but dans l vie. Choisissez des buts à votre mesure ; inutile de vouloir escalader l’Everest si on n’a jamais vu une montagne de près, mais trouvez chaque jour quelque chose à faire, à préparer, à vouloir.

Choisissez vos aventures ; elles peuvent être touristiques ou intérieures, sportives ou intellectuelles, culinaires ou manuelles, peu importe, à condition qu’elles vous plaisent. On ne peut réaliser un projet que s’il répond à une envie et si nous attendons un plaisir de sa réussite.

Extrait – Je cède ce livre ici :

http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/12/14/mon-code-de-vie/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54