05 juillet 2015 ~ 0 Commentaire

LE CERCLE MAGIQUE

 

mandala-3dMalgré mon long séjour dans l’eau bien chaude de la piscine, je me sentais ébranlée jusqu’aux tréfonds. Entre le rapport détaillé de l’oncle Laf sur les soudards nazis et leurs collabos, les Boers violeurs accrochés à mon arbre généalogique, sans parler de mon adorable tante Zoé, égérie dansante d’Adolf Hitler, l’histoire de ma famille ressemblait de plus en plus aux produits de la carrière que j’avais choisie, un cloaque enterré depuis un demi-siècle, et dont la pourriture suintait aujourd’hui à l’air libre.

Quand Laf alla faire sa sieste, je réintégrai ma chambre pour y méditer dans la solitude et m’accorder un verre ou deux. J’avais amplement de quoi réfléchir.

Je savais que mon cousin avait simulé son propre assassinat, et s’était débrouillé pour m’exposer en pleine lumière, mais il semblait à présent qu’il se fût servi, pour cela, du manuscrit authentique, si jalousement gardé sous cloche par son propre père, Erneste, et ma grand-mère Pandora. Un manuscrit dont mon père et ma belle-mère, harcelés par la presse mondiale, briguaient la propriété, avec le ferme intention de le publier contre espèces sonnantes. je n’avais toujours aucune idée du contenu de ce mystérieux manuscrit, mais il s’avérait, après coup, que le document réparti par mes sons dans lest trente-deux volumes du D.O.D était bien celui que m’avait envoyé Sam.

J’en avais jeté l’emballage, et ne pouvais donc plus vérifier le cachet de la poste. Mais je revoyais clairement l’avis de passage récupéré par Jason, en pleine neige. Le code d’expédition commençait par 941, ce qui signifiait que le paquet provenait de San Francisco. En prétendant qu’il me l’avait envoyé de l’Idaho, Wolfgang n’avait fait que proférer un mensonge d plus. Car je doutais sérieusement qu’il y eût la moindre parcelle de vérité dans tout le reste.

Je me bottai mentalement les fesses pour m’être laissé prendre à sa belle gueule et à sa carrure d’athlète, et je me jurai que même une avalanche ne compromettrait plus jamais mon équilibre au point de me précipiter dans ses bras. Maintenant que j’en connaissais le véritable expéditeur, Sam je savais aussi qu’il était sans doute un peu tard pour réparer les dégâts. Wolfgang avait eu tout loisir, durant cette nuit où j’avais dormi, près de lui, comme une souche, d’examiner le document, de la microfilmer, peut-être, en tout cas de prendre des morceaux de notes. J’étais pratiquement revenue à mon point de départ de la semaine précédente. Entre Charybde et Scylla. Entre le choc frontal avec un mur de brique e tune paroi rocheuse.

Je m’aperçus, tout à coup, que j’avais totalement oublié Jason. Assis au centre du grand lit, il dardait sur moi un regard de réprobation d’une rare éloquence.

Bien sûr, je connaissais la raison de sa fureur. Quoiqu’il n’ait même pas liquidé tout ce que contenait son écuelle, j’avais eu  le front d’aller nager sans lui, et il le savait. L’odeur du chlore m’avait trahie….

Je cède ce livre ici :  http://bibliothequecder.unblog.fr/2015/01/04/le-cercle-magique-de-neville/

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54