13 juin 2015 ~ 0 Commentaire

HISTOIRE d’UNE GRECQUE MODERNE

EXTRAIT DU LIVRE : 

Abbé Prévost, Histoire d’une Grecque moderne, 1740

HISTOIRE d’UNE GRECQUE MODERNE dans Y'a des extraits ici 51ekdadjqql._sy344_bo1204203200_1-240x300J’étais dans cette situation, lorsque le bacha vous ouvrit l’entrée de son sérail. Cette faveur, qu’il n’accordait à personne, me fit attendre impatiemment ce qu’elle devait produire. Il nous ordonna de danser. Je le fis avec un redoublement extraordinaire de rêveries et de distractions. Mon inquiétude me fit aussitôt regagner ma place. J’ignore de quoi j’étais remplie lorsque vous approchâtes de moi. Si vous me fîtes quelque question, mes réponses durent se ressentir de mon trouble. Mais l’ordre d’un discours sensé, que je vous entendis prononcer, me rendit d’abord extrêmement attentive. Un agréable instrument que j’aurais entendu pour la première fois, ne m’aurait pas fait une autre impression. Je ne me souvenais de rien qui se fût si bien accordé avec l’ordre de mes propres idées. Ce sentiment redoubla, lorsque m’apprenant le bonheur des femmes de votre nation, vous m’expliquâtes d’où il peut dépendre, et ce que les hommes font pour y contribuer. Les noms de vertu, d’honneur, et de conduite, dont je n’eus pas besoin d’autre explication pour me former l’idée, s’attachèrent à mon esprit, et s’y étendirent en un moment, comme s’ils m’eussent toujours été familiers. Je prêtai l’oreille avec une avidité extrême à tout ce que l’occasion vous fit ajouter. Je ne vous interrompis point de mes questions, parce qu’il ne vous échappa rien dont je ne trouvasse aussitôt le témoignage au fond de mon coeur. Chériber vint finir une conversation si douce ; mais je n’en avais pas perdu un seul terme, et vous ne fûtes pas plutôt sorti que je commençai par m’en rappeler jusqu’aux moindres circonstances. Tout m’en était précieux. J’en fis dès ce moment mon étude continuelle. Le jour et la nuit ne me présentèrent plus d’autre objet. Il y a donc un pays, disais-je, où l’on trouve un autre bonheur que celui de la fortune et des richesses ! Il y a des hommes qui estiment dans une femme d’autres avantages que ceux de la beauté ! Il y a pour les femmes un autre mérite à faire valoir, et d’autres biens à obtenir ! Mais comment n’ai-je jamais connu ce qui me flatte avec tant de douceur, et ce qui me semble si conforme à mes inclinations ? Quoique j’eusse à souhaiter là-dessus des détails que je n’avais pas eu le temps de vous demander, c’était assez de me trouver agitée par des désirs si vifs, pour former une haute idée de ce qui me causait tant d’émotion. Je n’aurais pas balancé à quitter le sérail, s’il m’avait été possible d’en sortir. Je vous aurais cherché dans toute la ville pour recevoir seulement l’explication de mille choses qui me restaient à savoir, pour vous faire répéter ce que j’avais entendu, pour vous entendre encore, et me rassasier d’un plaisir dont je n’avais fait que l’essai.

L’abbé Prévost (1697-1763) : écrivain, auteur de nombreux romans de mœurs et d’aventures et notamment de l’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut.

JE VENDS CE LIVRE ICI :

http://bibliothequecder.unblog.fr/2015/05/12/manon-lescaut-histoire-dune-grecque-moderne/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54