31 mai 2015 ~ 0 Commentaire

LE BOULEVARD DES ILLUSIONS

1 LES GUY DES CARS

  • Editeur :    Guy des Cars
  • Date de parution :    1966
  • Genre :   Grands auteurs
  • 250   pages

 

MOT de l’EDITEUR

 Le boulevard des illusions dévoile de ce monde une autre face : celle des « monstres », grotesques et émouvants à la fois. Tels qu’ils sont et tels que les imagine un poète, un impénitent rêveur… Et si la femme-tronc était enlevée par un jeune fou, séduit par son tendre regard? Et si le ventriloque tentait de convaincre de son amour la jolie figurante sourde-muette? Et si la femme-à-barbe écrivait ses Mémoires?
Fantasmes ou mise à nu d’une vérité cachée? Le célèbre romancier Guy des Cars n’est-il pas lui-même un grand illusionniste?

 

Un mot sur l’auteur :     Guy Des Cars

téléchargement (2)

Né(e) à : Paris , le 06/05/1911
Mort(e) à : Paris , le 21/12/1993

Guy Augustin Marie Jean de Pérusse des Cars, dit Guy des Cars, est un écrivain.

Issu de l’aristocratie française, il est le fils de François de Pérusse, duc des Cars (1875-1941) et de Maria Teresa Edwards (1879-1941), son épouse.

Guy des Cars a fait ses études chez les Jésuites, où il entre à l’âge de 7 ans ; il n’en ressort qu’à 16. À 19 ans, il part pour le Chili pour mettre fin à une aventure galante et, lors de son retour en France, il écrit une comédie de boulevard, la Croisière pour dames seules. Il embrasse alors la carrière de journaliste. A 28 ans, il est rédacteur en chef du Jour.

Lieutenant d’infanterie, il reçoit la croix de guerre pour sa conduite au front. Après la défaite de 1940, il se retire dans le Midi, où il écrit son premier roman L’Officier sans nom, un livre de guerre. Il a écrit de nombreux romans qui ont eu un grand succès, dont L’Impure, La Brute, La Dame du cirque, Le Château du clown, Les Filles de joie, Le Faussaire, L’Envoûteuse, La Justicière, L’Entremetteuse, La Maudite.

En 1962, il fut élu directeur de l’Académie du Maine. En 1974, il publia un récit en forme de confession autobiographique, à diffusion nettement plus confidentielle sans doute, mais non dénué d’intérêt documentaire, sous le titre : J’ose.

Guy des Cars fut également un grand amoureux des arts du cirque.

 

RESUME du livre  :  

Par l’un de ses plus célèbres romans « La dame du cirque » , Guy Des Cars nous a fait pénétrer dans le monde pittoresque de la piste. Cette fois, il va beaucoup plus loin dans le domaine de l’inattendu et de l’étrange: il explore le monde hallucinant et assez ignore du grand public: celui des phénomènes.
Le héros de cette curieuse aventure – qui a le mérite de se dérouler en une seule nuit et entièrement dans le décor bariole d’une foire-côtoie tour-a-tour une femme-tronc et un décapité parlant, des soeurs siamoises et un ventriloque, digieux qui stupéfient les foules, avec leurs joies, leurs peines, leurs amours et leurs misères…On peut affirmer que rarement un écrivain nous avait entraines dans une aussi extraordinaire foire humaine. Et tout le récit est imagine, pense et construit avec une telle maitrise que nous sentons les émules du héros central de cette suite romanesque : Octave Banicou , rêveur impénitent qui passe avec une facilite déconcertante du sourire aux larmes, de la poésie au drame sordide.

 

EXTRAIT DU LIVRE –    LE BOULEVARD DES ILLUSIONS   – page 85

Une clinique discrète fut choisie. La presse ne fut pas conviée. Pendant que le Grand Patron opérait, le malheureux Palamède marchait le long en large dans le couloir qui conduisait à la salle de torture. Après cinq heures d’attente interminable, la porte s’ouvrit enfin pour laisser passer deux chariots, alors qu’il n’y en avait qu’n à l’aller.La chirurgie venait d’accomplir un nouveau miracle, mais Radika mourait quelques heures plus tard. Dodika, au contraire, reprit de plus en plus goût à la vie. Les médecins expliquèrent à Mme Putiphon, terrassée par le chagrin que Dodika, se trouvant être la siamoise de droite, avait un cœur placé plus près de la région du corps où il avait fallu stopper la circulation sanguine pendant l’opération. Ce cœur, tout débordant d’amour pour Palamède, avait été le moteur indispensable qui avait permis à la nouvelle circulation de s rétablir très vite. Il n’en avait pas été de même pour Radika dont le cœur était beaucoup plus éloigné de la région opérée et qui n’aimait personne ; le moteur d’amour n’avait pas été asse puissant pour créer un nouveau courant de vie…. 

Prix de vente :     14,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54