25 mai 2015 ~ 0 Commentaire

QUI EST : Jean Saint Geours

AVT_Jean-Saint-Geours_7727

Un financier pour le cinéma: le président de la Commission des opérations de Bourse, Jean Saint-Geours, a été élu président de la Cinémathèque française, en remplacement du cinéaste Jean Rouch. Haut-fonctionnaire, Jean Saint-Geours fut notamment directeur général du Crédit Lyonnais, PDG du Crédit National et président de la Compagnie financière de crédit industriel et commercial avant de prendre la présidence de la COB. Mais il a aussi présidé, de 1983 à 1987, l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC).
Il préside toujours la fondation Beaumarchais, qui attribue des aides à la création artistique, et a écrit non seulement de nombreux ouvrages de politique économique et d’économie, mais aussi plusieurs romans, soit sous son nom (« La Ville au coeur », « Le Taureau masqué »), soit sous le pseudonyme de Jean Saint-Vernon (« Les Traîtres », « Les Masques de Famille »). 

je cède son livre ici :

LA VIE DANS TOUS LES SENS

 

Jean-Philippe Saint-Geours l’admet volontiers : il y a un petit côté « missionnaire » dans sa décision de prendre la relève de Robert Baconnier à la tête du Cercle ENA Entreprise, malgré un emploi du temps déjà bien chargé. « Il ne se passe pas un seul jour sans que je rencontre un chef d’entreprise qui recherche quelqu’un pour un poste à responsabilité et me souffle à l’oreille : « De préférence pas un énarque » », explique ce professionnel de l’« executive search », associé et membre du directoire de Leaders Trust International. Une réticence injustifiée aux yeux du nouveau président qui a des idées très précises sur la question. Non seulement parce qu’il exerce le métier de chasseur de têtes depuis maintenant quinze ans – dont une bonne moitié chez l’américain Heidrick & Struggles, dont il a dirigé la filiale française pendant quatre ans avant d’être coopté dans les instances internationales du réseau -, mais aussi parce que les vingt et quelque premières années de sa carrière l’ont lui-même conduit dans des sphères socioprofessionnelles pour le moins variées. Et qu’il est, lui aussi, un haut fonctionnaire défroqué.

Ancien de la promotion François Rabelais – celle des Fabius, Longuet, Léotard, Bouton, Ponsolle et consorts -, Jean-Philippe Saint-Geours, soixante-trois ans, porte un patronyme synonyme de seigneur dans l’énarchie. Son père Jean, inspecteur des finances, présida la COB; son cadet Frédéric, énarque lui aussi, cumule aujourd’hui les fonctions de grand argentier de PSA Peugeot Citroën et de président de l’UIMM. A sa sortie de l’école, l’aîné aurait pu intégrer la prestigieuse Direction du budget, mais il préfère entrer au service de la législation fiscale de la Direction générale des impôts afin d’y faire de la comptabilité privée et se familiariser avec ce monde de l’entreprise qu’il a déjà dans sa ligne de mire.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54