20 mai 2015 ~ 0 Commentaire

LES ENFANTS DE L’ETTE

RO70079150

  • Editeur :    Albin Michel
  • Date de parution :    1978
  • Genre :   Grands auteurs
  • 316   pages

 

MOT de l’EDITEUR 

Au coeur de la Provence, dans la maison d’un vieil artisan, Siffrein, et de sa compagne Magali vont vivre le temps d’un été deux enfants Alain et Marie-chen. Là, tandis que Siffrein crée des santons, que Magali dorlote un jardin splendide, les enfants vagabondent dans les garrigues, conversent avec les animaux et les fleurs, rejoignent des personnages cocasses comme ce couple d’ennemis intimes, Quinze-Côtelettes et Outre-à-Huile, et surtout leur grand ami,  » l’Escrivain », conteur d’histoires qui parsèment le livre, car on aime parler, évoquer, émerveiller, et Siffrein le santonnier s’y mêle, lui aussi, de bon coeur. Or, de cette Provence où réalité et merveilleux vont main dans la main, Alain et Marie-chen s’évadent la nuit pour rejoindre une autre planète née de leurs rêves, et peut-être aussi des fantasmes de l’Escrivain. Au pays des hommes-fruits, tout est possible : on peut voyager en ballons-culottes, boire des liqueurs musiciennes, lire des livres où s’impriment vos pensées, user de l’oeil-caméra, être de jeunes Gullivers qui découvrent, avec leur guide, le Grand Ventriloque, de singuliers systèmes de vie sociale, d’éducation, de science tels que peuvent les rêver des enfants imaginatifs. 

Un mot sur l’auteur :     Robert Sabatier

Robert-Sabatier

Né(e) à : Paris , le 17 août 1923
Mort(e) à : Boulogne , le 28 Juin 2012

Robert Sabatier est un écrivain et poète français.
Il a écrit des romans, des essais, des recueils d’aphorismes et de poésies. Il a été élu à l’Académie Goncourt en 1971, ainsi qu’à l’Académie Mallarmé. Il est l’auteur d’une Histoire de la Poésie française. Élevé à Montmartre, puis dans le quartier du Canal Saint-Martin dans les années 30, il a raconté son enfance dans les séries du « roman d’Olivier », dont les Allumettes Suédoises, porté à l’écran par Jacques Ertaud, assura un important succès de librairie (3 millions d’exemplaires vendus à ce jour), avec ses épisodes les plus récents comme Olivier 1940 et les Trompettes Guerrières. Les années secrètes de la vie d’un homme, traduit en allemand et en suédois sous le titre d’ »Ego », mais aussi Diogène et le Traité de la Déraison Souriante révèlent un auteur plus grave, proche davantage de Cioran que de Mac Orlan. Vers 1978, il réalise un enregistrement en 33 tours où il récapitule déjà sa carrière d’auteur.
Il est décédé, à l’âge de 88 ans, le 28 juin 2012.

RESUME du livre  :  

En parallèle apparaît une campagne provençale, transfigurée dans l’éblouissement du soleil d’été. Et, derrière la fête, l’enchantement, la grâce, on s’aperçoit que ce roman, imagerie heureuse de la nature, va bien au-delà de ses apparences immédiates. Le mistral, la crèche, les floraisons, l’amitié tendre donnent lieu à des pages frémissantes de sensibilité. C’est un bain de fraîcheur sans cesse renouvelé. Et l’on passe de l’un à l’autre lieu, réel ou imaginaire, sans que rien ne paraisse invraisemblable. Qu’une histoire de l’Escrivain fasse se rencontrer Alice au pays des merveilles et le Mowgli de Kipling, qu’on marie légendes médiévales et contes de fées, que les enfants puissent découvrir le secret des O.V.N.I., ceux du Masque de Fer ou de Gaspard Hauser, qu’ils assistent à une conférence intergalactique où la Terre est jugée, qu’ils rencontrent Louis XIV et d’Artagnan, Victor Hugo et ses amis ou François Ier luttant avec Henry VIII étonne déjà, mais s’ils se mêlent aux personnages de bandes dessinées comme Jodelle et Barbarella, ou bien Astérix et Lucky Luke et mille autres, voilà qui peut surprendre ! II n’existe pas en France d’équivalents à ce roman si personnel, dans , la lignée qui va d’Alice au Petit Prince, de Robinson à Gulliver. Robert Sabatier l’a écrit en pensant que le petit Olivier des Allumettes suédoises aurait aimé le lire. Il vient comme un entracte dans l’histoire de ce dernier, et la découverte de l’été, les aspirations les plus secrètes des hommes se mettent à vivre pour le plaisir du lecteur d’aujourd’hui qui a su garder le bienheureux recours aux émerveillements et aux ravissements de l’enfance.

 

EXTRAIT DU LIVRE –   Les enfants de l’été

  »jure moi qu’un jour tu aimeras. J’aurais tant voulu pouvoir le faire, tant voulu pouvoir aimer. Promets-moi que tu porteras un enfant dans tes bras et que dans le premier regard de vie que tu lui donneras, dans ce regard de père, tu mettras un peu de ma liberté. Alors, si tu le fais, il restera quelque chose de moi sur cette foutue terre. »

« Dis-leur Jeannot, dis-leur de raconter tout cela de ma part, avec leurs mots à eux, ceux de leur époque. Les miens ne sont faits que des accents de mon pays, du sang que j’ai dans la bouche et sur les mains »….
Page: 359

Prix de vente :     12,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54