20 mai 2015 ~ 0 Commentaire

AFIN QUE NUL NE MEURE

51QUm4sZFzL

  • Editeur :    presses de la cité
  • Date de parution :   1973
  • Genre :   Grands auteurs
  • 465   pages

 

MOT de l’EDITEUR

Randolph Warren considère sa profession comme un sacerdoce et n’admet qu’une seule règle : le médecin, comme le chirurgien, est au service des malades. De jour et de nuit, contre honoraires ou gratuitement, il ira partout où le devoir l’appellera.
A chaque pas, il se heurte à l’égoïsme, à la vanité, à la bêtise, à l’incompétence, à l’âpreté. Il se trouve que sa femme Ann et son ami Tim partagent l’idéal dont Ii tient à faire une réalité quotidienne jusqu’au jour, toutefois, où, pour acheter du sérum destiné un malade-pauvre, il emploie les cent dollars difficilement nais de côté par Ann à l’intention du bébé qu’elle attend. Cette fois, la jeune femme réagit indignée…

 

Un mot sur l’auteur :     Franck G.Slaughter

214107

Frank Gill Slaughter, né le 25 février 1908 à Washington et mort le 17 mai 2001, est un médecin et romancier populaire américain, dont les livres se sont vendus à plus de 60 millions d’exemplaires. Il a écrit principalement sous le nom de plume Frank G. Slaughter, mais aussi sous le pseudonyme C. V. Terry.

Ses romans s’inspirent de sa propre expérience en tant que médecin et reflètent son intérêt pour l’histoire et les récits bibliques. Il a souvent présenté aux lecteurs les captivants résultats de la recherche médicale et les dernières inventions dans le domaine des technologies médicales.

 

RESUME du livre  :  

Le cadre de ce roman se situe dans les années 1950 aux États-Unis, avec comme personnage central Randolph Warren, brillant chirurgien.
On suit avec intérêt son évolution dans le milieu médical , avec des épidémies de maladies dont on n’entend guère plus parler dans les pays occidentaux telles que la diphtérie par exemple. Randolph Warren considère sa profession comme un sacerdoce et n’admet qu’une seule règle : le médecin, comme le chirurgien, est au service des malades. De jour et de nuit, contre honoraires ou gratuitement, il ira partout où le devoir l’appellera.
A chaque pas, il se heurte à l’égoïsme, à la vanité, à la bêtise, à l’incompétence, à l’âpreté. Il se trouve que sa femme Ann et son ami Tim partagent l’idéal dont il tient à faire une réalité quotidienne jusqu’au jour, toutefois, où, pour acheter du sérum destiné à un malade-pauvre, il emploie les cent dollars difficilement mis de côté par Ann à l’intention du bébé qu’elle attend. Cette fois, la jeune femme réagit indignée…

 

EXTRAIT DU LIVRE –  Afin que nul ne meurt    – page 155  

 Bien que l’orgueil de la propriété incitât évidemment le nouveau processeur d’auto à étendre le cercle de ses relations sociales, il résista aux tentations dont ne saurait s’accommoder un budget fort exigu. On ne peut emmener une fille au cinéma pour deux sous. Le côté spartiate de son existence le poussa, par réaction, à saisir avec témérité l’occasion d’effectuer une opération dont un interne n’aurait jamais dû être chargé. C’était, comme il devait s’en souvenir des années plus tard, le soir où Ike Steinert, le calme, le réservé Ike Steiner, s’était déboussolé ; Ike venait d’avoir une série de « veines d’interne », ce qui revient à dire que, pendant deux semaines, il n’avait pas une seule fois eu deux heures consécutives de sommeil et de ce fait, était devenu la proie de ce que l’état-major appelle irrévérencieusement « l’insomnie de  Lakevew ». Plusieurs internes, réunis dans une petite chambre du haut, où les fenêtres ouvertes ne captaient que des bouffées de chaudes brises de mai, jouaient aux cartes. Les uniformes blancs, sales et fripés, étaient jetés sur le lit….

Prix de vente :     12,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54