12 mai 2015 ~ 0 Commentaire

LE GLAIVE ET LA CROIX

51QUm4sZFzL

  • Editeur :    Presses de la cité 
  • Date de parution :    1973
  • Genre :   Grands auteurs
  • 361   pages

 

MOT de l’EDITEUR

Enfants des croisades, les ordres religieux-militaires ont toujours suscité un imaginaire auréolé de légendes. Les deux premiers ordres, celui des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (futur ordre de Malte) et celui des chevaliers du Temple, plus connus sous le nom de Templiers, sont nés en Terre sainte entre la fin du XIe et le début du XIIe siècle. Ils ont ensuite été rejoints par les chevaliers teutoniques, l’ordre de Saint-Thomas et de nombreux autres défenseurs de la chrétienté dans la péninsule Ibérique. Chacun de ces ordres présentait un double aspect: d’une part, un rôle militaire, puisque les moines-soldats ont développé une intense activité défensive en encadrant une partie des croisés, structurant une armée embryonnaire et établissant ainsi les valeurs de la chevalerie ; d’autre part, un rôle hospitalier auprès des malades et des plus démunis – Saint-Jean d’Acre, Malte, Rhodes sont autant de lieux témoignant de leur œuvre d’assistance. Ecrit par une équipe de spécialistes européens et servi par une très riche iconographie, cet ouvrage nous offre une vue synthétique des ordres militaires au Moyen Age, à travers une analyse précise de la nature de ces institutions. Situation géographique, contexte historique dans lequel ils ont pris naissance mais aussi disparu, importance et sens de leur action sont étudiés pour chacun d’eux. Créateurs d’un nouveau modèle de société, les ordres militaires font partie des institutions qui ont forgé notre histoire puisqu’ils ont contribué à établir les fondations de cette entité que nous appelons aujourd’hui l’Europe.

 

Un mot sur l’auteur :     Franck G.Slaughter

Frank_G_SlaughterFrank Gill Slaughter, né le 25 février 1908 à Washington et mort le 17 mai 2001, est un médecin et romancier populaire américain, dont les livres se sont vendus à plus de 60 millions d’exemplaires. Il a écrit principalement sous le nom de plume Frank G. Slaughter, mais aussi sous le pseudonyme C. V. Terry.

Ses romans s’inspirent de sa propre expérience en tant que médecin et reflètent son intérêt pour l’histoire et les récits bibliques. Il a souvent présenté aux lecteurs les captivants résultats de la recherche médicale et les dernières inventions dans le domaine des technologies médicales.

 

RESUME du livre  :  

ce livre est aussi une bonne entrée en matière pour qui veut se familiariser avec la constellation très fournie des ordres de chevalerie de moines-soldats qui se créèrent autour du noyau originel : Hospitaliers de Saint-Jean et Pauvres chevaliers du Christ ou Templiers. le paradoxe est- il là dans l’enrichissement des institutions créées alors que les membres pouvaient être considérés individuellement comme des « pauvres » (à l’exception notable de quelques hiérarques de ces Ordres, des contre-exemples qui trompaient parfois tout leur monde) ? Ou la contradiction se situe-t-elle dans l’antithétisme évident entre la prise des armes au nom d’une cause spirituelle et le rappel du commandement biblique et évangélique : « Tu ne tueras point » ?
L’icononographie est splendide et le texte dit ce que fut l’histoire de ces organisations monastiques et militaires censées jouer le rôle de défenseurs de l’idée et de l’identité chrétiennes là où elles semblaient menacées, mais qui le firent en reniant les principes moraux, spirituels et philosophiques du christianisme. On ne peut totalement adhérer à une présentation neutre de ces institutions quand on sait ce que cela suppose d’arrangements avec les devoirs du vrai croyant : la foi seule sauve et non la religion (« hors de l’Eglise, point de salut » est un slogan plus récent, mais il dit tout le mal accompli par les « missionnaires armés » du Catholicisme pour défendre une religion qui devrait ne se faire porteuse que d’un message d’amour). 

 

EXTRAIT DU LIVRE –   Le glaive et la croix

 Si les exploits guerriers de Constantin le Grand ont traversé les siècles sans difficulté pour venir jusqu’à nous, il n’en est pas de même pour l’évolution religieuse de l’empereur.
La tradition veut, en effet, que Constantin ait été illuminé d’une vision – une croix embrasée dans le ciel – à la veille de la bataille du pont Milvius contre Maxence, en 312. Eusèbe et d’autres contemporains rapportent que, pris de remords, l’empereur tomba à genoux et s’écria : « Par cette croix, tu vaincras », qui fut désormais sa devise.
Quelle que soit la date de la conversion de Constantin, celui-ci reste l’empereur qui a rendu possible, non seulement le triomphe du christianisme sur le paganisme dans l’empire, mais aussi la première session d’un concile oecuménique à Nicée.
C’est un tableau vivant et mouvementé du monde romain des IIIe et IVe siècles que nous brosse Frank G. Slaughter, dont la réputation n’est plus à faire.

Prix de vente :     12,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54