08 mai 2015 ~ 0 Commentaire

LE BRACONNIER DE DIEU

Le braconnier de dieu

  • Editeur :    Bibliothèque de notre temps
  • Date de parution :    1974
  • Genre :   Grands auteurs
  •  253  pages

 

MOT de l’EDITEUR

Grégoire Quatresous va rencontrer pour la première fois le destin en 1943. Avec son ami Baboulot, il a tenté d’oublier pour quelques heures l’horreur de l’Occupation.
Mais une patrouille allemande le prend en chasse, et il n’échappe à l’arrestation qu’en se réfugiant chez les trappistes. Il y restera vingt-six ans, jusqu’au jour où, allant voter Pompidou, il rencontre pour la seconde fois le destin qui a les appas d’une belle marinière, Muscade.
Quatresous oublie très vite qu’il est un homme de Dieu pour devenir un homme tout court dans les bras de Muscade. C’est ainsi qu’il choisit la liberté sans pour autant garder la belle marinière qui a levé l’ancre.
Qu’importe, il sait qu’elle lui reviendra. En attendant, il va retrouver son vieil ami Baboulot, et les deux lurons vont vivre ensemble une série d’aventures épiques et cocasses.Jamais la verve de Fallet n’a été aussi truculente.
Et comme toujours dans l’œuvre de l’auteur de Paris au mois d’août, cette fantaisie truffée de gags follement drôles fait une large part à la poésie. 

 

Un mot sur l’auteur :     René Fallet

AVT_Rene-Fallet_9182

Né(e) à : Villeneuve-Saint-Georges , le 04/12/1927
Mort(e) le : 25/07/1983

Le jeune René quitte assez tôt le chemin de l’école, mais obtient pourtant son certificat d’études en 1940, et commence à travailler à Paris dès l’âge de 15 ans.

Entre banlieue grise, quotidien ferroviaire, la vie ne semble pas lui offrir ses plus belles perspectives. De manutentionnaire chez un éditeur, à coursier en pharmacie, en passant par apprenti foudrier, René Fallet alterne ces « petits boulots » qui marqueront parfois l’inspiration de l’écrivain.

En 1944, alors qu’il a moins de 17 ans, la guerre trouve René Fallet, ou c’est plutôt lui qui la trouve en s’engageant volontairement. Le père de René Fallet, est incarcéré pendant la guerre pour avoir chanté L’Internationale dans les rues de Villeneuve. René écrit lui-même au maréchal Pétain pour obtenir sa libération. Il l’obtient et c’est un pas décisif dans sa prise de conscience du pouvoir des mots.

Alors qu’il est démobilisé en 1945, Blaise Cendrars repère ses premiers poèmes et le fait entrer à Libération. Dès 1946, il publie son premier recueil de poésies, Le Périscope, tiré à seulement 50 exemplaires. Mais dès l’année suivante, « la vie en rose accourt sur lui » pour reprendre ses propres mots, puisque son premier roman Banlieue Sud-Est est l’événement de la rentrée littéraire (critique exhaustive du Figaro).
Les années qui suivent, René Fallet les consacre à l’écriture, à la critique, et aussi aux voyages. En effet, il entre au Canard enchaîné en 1952, visite Londres cette même année, et voyage au Liban en 1953, année de sa rencontre avec Georges Brassens. Il se marie entre temps avec Michelle Dubois, devenue Agathe Fallet en 1956. Ces premières années sont déjà celles du succès, puisque l’écrivain a reçu le Prix du roman populiste pour ses trois premiers romans (Banlieue Sud-Est, La Fleur et la souris, Pigalle) en 1950…
On le décrit souvent comme un écrivain assez lent (il publie un livre tous les 2 à 3 ans), René Fallet assure son « autosuffisance » jusqu’en 1964, date de la publication de Paris au mois d’août, roman qui lui rapporte le prix Interallié et ancre définitivement René Fallet dans le paysage littéraire français.
Il consacre le reste de sa vie à la littérature bien sûr, mais aussi à la pêche, à la pétanque et au cyclisme (il suit de nombreuses courses…). Il recevra au cours de sa carrière de nombreux prix, littéraires ou non, on citera entre autres le prix de l’humour en 1970 pour Au beau rivage.

 

RESUME du livre  :  

Agnès Doherty met René Fallet en scène et en musique

Agnès Doherty adapte « Le braconnier de Dieu », entre théâtre et musique (avec « Les vieux de la vieille », et « Le Beaujolais nouveau est arrivé », textes croisés avec des chansons de Brassens pour le spectacle « les copains d’abord »)

 

EXTRAIT DU LIVRE –  Le Braconnier de Dieu

 « Les lèvres de Muscade atteignirent les lèvres de ce qui n’était plus qu’un homme, un misérable, à l’image de tous les hommes, quand les femmes, ces dockers insoupçonnées, les soulèvent comme plume entre leurs faibles bras, les emportent et les gardent, ou bien les jettent à la poubelle ! »
Le braconnier de Dieu c’est Grégoire Quatre sous, entré par hasard dans un couvent trappiste qui en sort en rencontrant l’amour !
« Ce fut en allant voter Pompidou que Frère Grégoire rencontra le péché », la première phrase du roman en donne le ton. C’est une pure comédie dans la veine Beaujolais de Fallet, bien enracinée dans l’Allier, aux dialogues croustillants, aux descriptions piquantes…

Prix de vente :     12,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54