29 mars 2015 ~ 0 Commentaire

LES 5 PERSONNES QUE J’AI RENCONTREES LA-HAUT

EXTRAIT DU LIVRE : 

les-cinq-personnes-que-j-ai-rencontre-la-haut-mitch-albom-7674248« Oh, mon Dieu, oh, mon Dieu ! Je ne savais pas, mon Capitaine. C’est révoltant. C’est horrible ! » Le Capitaine hocha la tête puis détourna le regard. Les collines avaient retrouvé leur aspect dénudé, les ossements d’animaux et la nacelle en mille morceaux, ainsi que les restes incandescents du village. Eddie comprit que c’était là le cimetière du Capitaine. Pas de cercueil ni de funérailles. Juste son squelette en mille morceaux, et la terre boueuse.

« Vous avez attendu ici tout ce temps ? murmura Eddie.
- Le temps n’est pas ce que tu t’imagines, lui répondit le Capitaine en s’asseyant auprès de lui. La mort ? Ce n’est pas la fin de tout, contrairement à ce que l’on croit. Notre vie sur terre n’est jamais qu’un commencement. »
Eddie semblait perdu.

« C’est un peu comme dans la Bible, le marché conclu avec Adam et Ève, lui expliqua le Capitaine. Lors de la première nuit d’Adam sur terre, il se couche pour dormir et, ignorant ce qu’est le sommeil, se dit que c’est terminé. Ses yeux se ferment et il pense qu’il va quitter ce monde, OK ?  »Sauf que ce n’est pas le cas. Il se réveille le lendemain matin et il a affaire à un monde tout neuf, avec en prime cet acquis supplémentaire qu’est le jour précédent. »

Le Capitaine eut un large sourire.
« C’est la même chose ici, soldat. Voilà ce que représente le Ciel selon moi : un endroit où l’on peut tirer la leçon des jours précédents. »
Il sortit son paquet de cigarettes en plastique et le tapota du doigt.
« Tu me suis ? Je n’ai jamais été très pédagogue. »
Eddie le regarda attentivement. Il se l’était toujours imaginé bien plus âgé. Mais aujourd’hui, et alors qu’il était débarrassé d’une partie de la poussière de charbon, il se rendait compte que le visage du Capitaine était à peine ridé, et sa chevelure noire abondante. Il n’avait pas dû dépasser la trentaine.
« Vous êtes resté ici depuis votre mort, reprit Eddie, mais c’est deux fois plus long que votre vie ! » Le Capitaine acquiesça.
« Je t’attendais. »

Eddie baissa les yeux.
« C’est ce que m’a dit l’Homme Bleu.
- Eh bien, lui aussi faisait partie de ta vie, de ce que tu as vécu et de la façon dont tu l’as vécu, partie de l’histoire qu’il te fallait connaître ; maintenant qu’il te l’a contée, il est loin d’ici et je le serai bientôt aussi. Alors écoute bien ce que tu as besoin que je t’apprenne. »
Eddie sentit son dos se redresser.

« Un sacrifice, dit le Capitaine. Tu en as fait un. J’en ai fait un. On en fait tous. Sauf que le tien t’a rendu furieux. Tu n’as pas arrêté de penser à ce que tu avais perdu.

« Parce que tu n’as pas compris ; que se sacrifier fait partie intégrante de la vie. Il faut faire des sacrifices. On ne doit pas les regretter mais plutôt y aspirer, qu’ils soient petits ou qu’ils soient grands, que l’on soit une mère qui travaille pour payer des études à son fils, une fille qui revient chez ses parents pour s’occuper de son père malade.
« Ou un homme qui part à la guerre…

« [...] Je ne suis pas mort pour rien [...]. Cette nuit-là on aurait tous pu passer sur cette mine antipersonnel, et là on aurait été quatre à disparaître. »
Eddie secoua la tête.

« Mais vous… » Il baissa la voix. « Vous avez perdu la vie. »
Le Capitaine fit claquer sa langue.
« Nous y voilà. Parfois, quand on sacrifie quelque chose de précieux, on ne le perd pas vraiment. On se contente de le transmettre à quelqu’un d’autre. »

Ce livre est à vendre sur ce Blog ICI : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/09/03/les-cinq-personnes-que-jai-rencontrees-la-haut/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54