28 février 2015 ~ 0 Commentaire

JE SUIS NÉ A VINGT ANS

Extrait :

 

images (7)pages 85 - 86

Je me suis donc décidé à aller voir Mme Charlot, une femme que tout le monde s’accordait à trouver géniale et que l’on me recommandait. Obtenir un rendez-vous avec cette dame qui « coachait » tout le gratin du show-business relevait du miracle. Une fois de plus, la chance m’a souri, Merci là-haut. Je déboule chez elle, rue Ordener, sûr et certain de repartir avec la solution. Je n’étais pas dépaysé et ça me plaisait bien qu’elle habite le XVIIIè arrondissement, car ce quartier est lié à mon enfance. C’est là que vivait Yvonne, ma gentille tante, la mère de Jeanine, ma mignonne cousine….

Passé les présentations d’usage, ce petit bout de bonne femme toute mince, un peu pète-sec, entre tout de suite dans le vif du sujet : « Alors, quel est votre problème » ? Je lui confie ma souffrance et lui fait part de mes craintes. « Vous connaissez les exercices ? – Non » Elle fait quelques gammes. Et monte, demi-ton par demi-ton. Je suis le mouvement ; Au bout d’un moment, elle me fixe, un peu agacée. Sans un mot, elle attrape une partition qui se trouvait sur son pupitre. « L’Eau vie, vous connaissez ? – Oui ». Je commence à changer le succès de Guy Béart. Elle me lance un de ces regards ! « Ecoutez, vous êtes bien gentil, mais je n’ai pas de temps à perdre. Vous n’avez aucun problème. Ilya des artistes qui ont vraiment besoin de moi. – Mais je viens vous voir parce que je suis très mal. Je vous assure. J’attends de l’aide. – Puisque je vous dis que vous n’avez aucun problème ! Tout ça, c’est dans votre tête. – Ah bon, vous êtes sûre ? Combien vous dois-je ? – Rien. Allez, sauvez-vous.

Je suis reparti bredouille, très déçu et déconfit. Longtemps après cette visite peu fructueuse, je me suis dit que cette femme m’a terriblement aidé à forger ma voix. Tout seul. Elle vient des entrailles et ne ressemble à aucune autre. D’ailleurs, je me souviens d’une discussion avec Thierry le Luron à ce propos. Un jour, il m’appelle : « Dis-moi Gérard, comment fais-tu pour chanter ? – Eh bien, écoute, c’est une bonne question. Si je le savais ! – Non seulement  je n’arrive pas à t’imiter mais personne n’y arrive vraiment. C’est terrible, tu es mon problème. – Moi aussi ! Je suis mon problème ».

Thierry avait contourné la difficulté en choisissant des chansons comme Michèle ; la voix était moins sollicitée, je chantais moins haut et c’était plus facile. Cette voix singulière plaisir aux uns mais agaçait les autres. Certains critiques me détestaient.

Je vends ce livre, alors clic ici :

 http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/11/11/je-suis-ne-a-vingt-ans/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54