31 janvier 2015 ~ 0 Commentaire

Extrait N°1 de la Biographie de MAURICE ZUNDEL

 

mz-allonge-montagnepages 223 – 224 :

 La victoire du Front populaire, en 1936, bouleverse profondément Zundel. Engagé dans l’Eglise, engagé dans son amour pour le Christ, il ne peut rester silencieux. Ses convictions s’alignent en sept paragraphes d’un manifeste intitulé Le Parti de la vie, visant à présenter le règne de Dieu dans l’évolution économique et politique qui résultera du nouveau régime .. Nous retrouvons là l’idée visionnaire développée lors des grèves de Chippis en 1917 ; si l’Eglise ne fait pas son mea culpa, elle n’aura plus son mot à dire dans l’évolution économique  et sociale qui s’amorce et son silence entraînera le déssèchement des âmes. Pressentant l’irréversibilité de ces mouvements sociaux et les bouleversements qui s’ensuivront, Zundel invite énergiquement l’Eglise à réagir. Réagir ?

C’est tout d’abord reconnaître ses propres fautes ; « Nous, croyants, aurions dû être partout, et d’une manière effective et pratique, les protagonistes de la justice sociale. Nous osions parler de charité quand nous n’accomplissions même pas la justice. Nous devons reconnaître à notre honte que ce sont les organisations sociales et communistes qui ont obligé la plupart d’entre nous à prendre conscience de notre trahison envers l’Evangile, lequel est la charte de la véritable dignité humaine ».

Comme réparer ? En prenant une part active à tous les efforts gouvernementaux qui assureront le respect de la personne, dans sa dimension matérielle, morale et spirituelle. En s’engageant dans le parti qui peut réunir tous les Français, et tous les hommes ; le parti de la vie.

Avant toute publication, Zundel teste l’impact de son manifeste auprès de différentes personnes engagées spirituellement. Deux réponses ont été retrouvées, celle de Marcel Légaut et celle du père Dieux. Le premier, qui a pris l’habitude de réunir des normaliens de la rue d’Ulm et de Saint Cloud dans des groupes de réflexion – les groupes Tala (ceux qui vont t-à la messe) – pratique vis-à-vis du positivisme scientifique une analyse semblable à celle que Zundel adopte face au thomisme. Ces deux « modernistes » ressentent, chacun dans leur domaine, combien la crise amorcée est structurelle. Tout est relatif, tout bouge, tout est en mouvement, l’incertitude est devenue fondamentale.

Fleches-7

Je vends ce livre, alors clic ici :

http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/11/17/biographie-de-maurice-zundel/

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54