09 janvier 2015 ~ 0 Commentaire

L’EVANGILE DE JIMMY

téléchargement (2)

  • Editeur :    Albin Michel
  • Date de parution :    2004
  • Genre :   Roman
  • 410   pages

 

MOT de l’EDITEUR 

Au départ de cette troublante fiction qu’est « L’évangile de Jimmy », il y a la rencontre de Didier van Cauwelaert avec un libraire de Saint-Cloud qui lui apprit que l’on avait trouvé des traces d’ADN dans le sang imprégnant le linceul de Turin. C’était assez pour exciter son
imagination. Qui dit ADN dit tentation de clonage et fabrication hypothétique d’un nouveau Messie. Van Cauwelaert n’a plus qu’à jeter son héros dans les rets de l’organisation politico-scientifique venue lui apporter la «bonne nouvelle». Pour étayer ce postulat, l’auteur se documente. Après six mois de recherches, il découvre l’inconcevable. Le linceul de Turin n’est pas un faux du Moyen Age comme le croit l’opinion commune.

L’auteur situe la scène d’ouverture dans le Bureau ovale de la Maison-Blanche au moment où George W. Bush succède au souriant Bill Clinton. Alors que l’on aurait pu s’attendre à une scène d’anthologie pour la passation de pouvoir entre un cowL’Evangile de Jimmy de Didier van Cauwelaert -boy, jurant d’avoir remplacé l’alcool par la religion, et un joueur de saxophone trop sensuel pour ses électeurs puritains. On assiste à une réunion de conseillers en tout genre qui mettent au courant le nouvel homme fort des Etats-Unis : on a cloné le Christ en prélevant de l’ADN du linceul de Turin ! Jimmy était né! 

Un mot sur l’auteur :     Didier van Cauwelaert

Didier-van-Cauwelaert

Né à : Nice , le 29/07/1960

A huit ans, pour devenir indépendant et nourrir sa famille, Didier van Cauwelaert décide de publier des romans. Face aux refus des éditeurs (une demi-douzaine par mois) et aux menaces de ses parents, il est sur le point d’abandonner la littérature à dix ans et demi, lorsqu’il croise Greta Garbo dans un restaurant. Du hasard de cette rencontre naît l’idée d’un entretien imaginaire. De larges extraits paraîtront dans le courrier des lecteurs de « Télé-7-jours ». Cette première publication inespérée sauve ses ambitions d’écrivain. Il reprend donc son stylo, ses enveloppes et le fichier des éditeurs parisiens.

Après quelques années consacrées au théâtre (il joue Sartre, met en scène Beckett, Anouilh, Ionesco) et une brève carrière de critique littéraire pour enfants à FR3 Côte-d’Azur, il finit par trouver un éditeur qui s’intéresse à lui, en 1981, après treize ans de traversée du désert. On comprend donc son agacement lorsqu’on lui attribue une réussite rapide. S’ensuit la publication de romans avec lesquels il touche un public de plus en plus large: « Vingt ans et des poussières » (prix Del Duca 1982), « Poisson d’amour » (prix Roger Nimier 1984), « Les Vacances du fantôme » (prix Gutenberg 1987), « Un objet en souffrance » (1991) qui marque son arrivée chez Albin Michel. En 1994, « Un aller simple » est couronné par le prix Goncourt.

Depuis lors, avec des romans tels que « La Vie interdite », « La Demi-pensionnaire » et « L’Éducation d’une fée », « L’Apparition », « Rencontre sous X » son succès ne se dément plus.

Au théâtre, il a reçu le Molière 97 du meilleur spectacle musical pour son adaptation du « Passe muraille », avec Michel Legrand. Ses pièces lui ont valu le Grand Prix du théâtre de l’Académie française. Au cinéma, tandis que son adaptation de « La Demi-pensionnaire » va être tournée par Claude Pinoteau, Miramax vient d’acquérir après des enchères records les droits de « L’Éducation d’une fée », qui sera réalisé aux États-Unis. Les livres de Didier van Cauwelaert sont aujourd’hui traduits dans plus de vingt langues.

En 2007, pour « Le père adopté » il reçoit le Prix Marcel Pagnol, récit dans lequel il rend hommage à son père.  En mars 2009, il est candidat à l’Académie française au fauteuil de Maurice Rheims. Les Immortels lui préfèrent François Weyergans. Il est de nouveau candidat à l’élection du 14 novembre 2013, déclarée blanche (aucun candidat élu faute de majorité).

RESUME du livre  :   

C’est un roman fantastique, que nous offre Didier Van Cauwelaert témoignant de son goût pour le suspense et le surnaturel. Avec une écriture simple et précise à la fois, il nous propose une histoire maîtrisée de bout en bout, incroyablement crédible. Mêlant astucieusement références bibliques, données scientifiques et analyses sociologiques, l’auteur échafaude un récit plein de suspense et d’humanité, si vraisemblable quant à sa description d’une Amérique déboussolée, à la merci des religieux comme à celle des avocats. C’est un hymne au doute et au libre-arbitre. On peut comprendre aussi que Van Cauwelaert a construit son intrigue autour d’un Américain moyen que l’on cherche à convaincre qu’il a les possibilités d’être un dieu.

 

EXTRAIT DU LIVRE      L’évangile de Jimmy               – page 277  

 Je ne sais pas comment je dois le prendre. invitation au suicide ou u respect de la vérité ? Chod m’a laissé mariner six jours dans le Sepher Yetsirh, le Livre de la Formation rédigé au IIIè siècle. Puis il m’a donné son interprétation : puisque Dieu a toléré qu’on me crée, je ne peux vivre à Son service qu’en refusant e doute. Les hommes, par leur science et leur foi, m’ont fabriqué à partir du sang d’un hassid, le prophète Ieschoua de Nazareth, ce pharisien dissident en lutte contre les siens, cette figure de proue des querelles judéo-juives qui donnèrent naissance au Talmud : je dois continuer son œuvre en réparant les conséquences de son enseignement….

Prix de vente :     14,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54