09 janvier 2015 ~ 0 Commentaire

LA PLANTATION

9782226158352m

  • Editeur :    Albin Michel
  • Date de parution :    2005
  • Genre :   Roman
  •  453  pages

 

MOT de l’EDITEUR 

Le Zimbabwe était leur terre, leur domaine, leur paradis… Jusqu’au jour où le  » Président élu démocratiquement à vie  » décide d’exproprier ces derniers Blancs qui se croyaient les rois du monde, les réduisant à la lutte ou à l’exil. Blues a dix-huit ans. Ses cheveux d’or et son caractère farouche enflamment tous les désirs. Fille d’un grand propriétaire terrien, sûre de sa supériorité et de son éducation, elle a vécu sur un nuage de privilèges, aimée, choyée, courtisée. Mais sous sa peau blanche bat le cœur, d’une femme née de cette terre d’Afrique qu’elle aime tant, et pour laquelle elle est prête à se battre et à mourir… Pour la première fois, un grand écrivain noir se met dans la peau des Blancs, des colonisateurs. Avec cette fresque tumultueuse et passionnée, Calixthe Beyala a réussi un véritable Autant en emporte le vent africain, peuplé d’êtres violents et chimériques, rusés et naïfs, Noirs et Blancs qui peinent à inventer ensemble une vie nouvelle. 

Un mot sur l’auteur :     Calixthe Beyala

AVT_Calixthe-Beyala_5492

Née  à : Douala, Cameroun , 1961  Calixthe Beyala est une écrivaine franco-camerounaise. Elle est originaire d’une famille modeste du Cameroun, où elle passe son enfance. À l’âge de dix-sept ans, elle rejoint la France où elle se marie, obtient un baccalauréat, puis poursuit des études de gestion et de lettres.

Elle publie son premier ouvrage à l’âge de vingt-trois ans : C’est le soleil qui m’a brûlée, publié en 1987.Prolifique, son œuvre est récompensée par plusieurs distinctions : le Grand Prix Littéraire de l’Afrique Noire pour Maman a un amant, le prix François-Mauriac de l’Académie française, ainsi que le prix Tropique pour Assèze l’Africaine en 1994, le Grand Prix du roman de l’Académie française pour Les Honneurs perdus, publié en 1996, et le Grand Prix de l’Unicef pour La Petite fille du réverbère.

Elle est chevalier des arts et des lettres en 1997 et aussi chevalier de la Légion d’honneur en 2010, promotion du 14 juillet. .Mais ces gratifications ne tarissent en rien sa volonté première : militer en faveur des femmes, et des droits des Minorités Visibles. Elle est d’ailleurs la porte-parole de l’association le Collectif Egalité

En mai 1996, le tribunal de grande instance de Paris juge que son roman Le Petit Prince de Belleville est une « contrefaçon partielle » d’un roman de Howard Buten, Quand j’avais cinq ans, je m’ai tué. Calixthe Beyala ne fait pas appel.

RESUME du livre  :   

Le président du Zimbabwe vient d’être élu ‘démocratiquement à vie’. Il décide alors d’exproprier les fermiers blancs qui se croyaient les rois du monde, les réduisant à la lutte ou à l’exil. Blues a dix-huit ans. Ses cheveux d’or et son caractère farouche enflamment tous les désirs. Fille d’un grand propriétaire terrien, sûre de sa supériorité et de son éducation, elle a vécu jusque-là sur un nuage de privilèges, aimée, choyée, courtisée. Mais sous sa peau blanche bat le cœur d’une femme née de cette terre d’Afrique qu’elle aime tant. Une terre pour laquelle elle est prête à se battre et à mourir… Pour la première fois, un grand écrivain noir se met dans la peau des Blancs, des colonisateurs 

EXTRAIT DU LIVRE    La plantation                 – page 245  

 Chez les MacCarther, les domestiques s’en étaient allés et le couple avait dû abandonner la plus grande partie de la maison avec ses gigantesques corridors tapissés de miroirs et de portraits d’ancêtres. Dans le salon, les fauteuils si douillets ouvraient en vain leurs bras confiants. Les chambres se languissaient d’ennui. Les assiettes en porcelaine, les verres en cristal, les couverts d’argent, ces babioles qui établissaient la suprématie des MacCarther dans la communauté, se recouvraient d’une fine poussière. Plus personne ne s’aventurait jusqu’ici, d’ailleurs on n’avait plus de quoi recevoir une grande pompe.

Prix de vente :     14,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54