29 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

LA TOUR SOMBRE de St. KING

FL7242-8191

  • Editeur :    J’ai Lu
  • Date de parution :   1991
  • Genre :   Horreur
  • 1168   pages

 

MOT de l’EDITEUR

Dans un désert calciné, cruel, aveuglant, un lieu réfractaire à la vie où ne subsistent que quelques hameaux ici ou là, deux hommes marchent, obstinés, solitaires, portés par un destin qui les dépasse.

     L’homme en noir, d’abord mystérieux, qui laisse dans son sillage une légende de faiseur de miracles. Et puis le pistolero, économe, laconique, dont lui-même ne sait plus s’il est encore humain. Le premier fuit, le second poursuit. Il y a si longtemps qu’elle s’est engagée, cette chasse à l’homme, plus de vingt ans certainement. Sans que ni l’un ni l’autre ne sache réellement qui détient les clés de ce jeu mortel. Et si le gibier n’était pas celui qu’on croit ? Avec La Tour sombre, saga fantastique en trois volets, Stephen King nous offre le plus déroutant, le plus énigmatique de ses romans.

Avec King, ce qui ne peut pas exister atteint une fole intensité… Un écrivain. Un vrai. Qui sonde les profondeurs de nos faibles individualités ; peur, terreur, horreur…. Pavé de plus de mille pages…

Concordance, un guide officiel du cycle en deux tomes, réunit des appendices autour de l’œuvre de King et mentionne les modifications faites aux quatre premiers tomes avant leurs rééditions (notamment des ajouts et corrections au premier, Le Pistolero). Ce volume est surtout conseillé aux premiers lecteurs, ceux ayant découvert les aventures de Roland le pistolero et son Ka-Tet (une communauté réunie par le destin vers un objectif impérieux), dans les éditions initiales. 

Un mot sur l’auteur :     Stephen King

220px-Stephen_King,_Comicon Stephen Edwin King, plus connu sous le nom de Stephen King,  est un écrivain américain né le 21 septembre 1947 à Portland, dans le Maine (États-Unis).

Longtemps dédaigné par les critiques littéraires et les universitaires car considéré comme un auteur « populaire », il a acquis plus de considération depuis les années 1990 même si une partie de ces milieux continue de rejeter ses livres. Il a souvent été critiqué pour son style familier, son recours au gore et la longueur jugée excessive de certains de ses romans. À l’inverse, son sens de la narration, ses personnages vivants et colorés, et sa faculté à jouer avec les peurs des lecteurs ont toujours été salués. Au-delà du caractère horrifique de la plupart de ses livres, il aborde régulièrement les thèmes de l’enfance et de la condition de l’écrivain, et brosse un portrait social très réaliste et sans complaisance des États-Unis à la fin du XXe siècle et au début du siècle suivant.

Il a remporté de nombreux prix littéraires dont treize fois le prix Bram Stoker, sept fois le prix British Fantasy, cinq fois le prix Locus, quatre fois le prix World Fantasy, et une fois le prix Hugo et l’O. Henry Award. Il a reçu en 2003 la médaille de la National Book Foundation pour sa remarquable contribution à la littérature américaine et, en 2007, l’association des auteurs de romans policiers américains Mystery Writers of America lui a décerné le titre de « grand maître ». Ses ouvrages ont souvent été adaptés pour le cinéma ou la télévision avec des fortunes diverses, parfois avec sa contribution en tant que scénariste et, à une seule reprise, comme réalisateur.

RESUME du livre  :   

Roland est le dernier pistolero encore vivant de la contrée de Gilead, aujourd’hui disparue. Son monde, semblable à la Terre par certaines similarités culturelles ou certains vestiges technologiques, est proche du Far West américain du xixe siècle, mais la magie y est également présente. Au départ, à la poursuite d’un mystérieux homme en noir, Roland va par la suite partir en quête de la Tour sombre, un endroit fabuleux censé être le pivot de tous les mondes possibles. Trouver cette Tour dans le but de guérir son monde à l’agonie va tourner à l’obsession pour le pistolero, qui va également devoir trouver des compagnons de route pour l’épauler durant ce long périple à travers différents mondes.

Pour un synopsis détaillé, se reporter aux articles référents à chaque volume de la série. 

EXTRAIT DU LIVRE –  LA TOUR SOMBRE            page 301

 Roland n’apprécia  guère d’avoir à manger du chien, mets qui était loin d’avoir la finesse de ce qu’on lui avait servi dans la diligence du ciel, mais avait-il le droit de se plaindre après avoir déjà eu la chance de boire cet extraordinaire breuvage ? Il supposait que non. Par ailleurs, la partie était trop engagée pour qu’il s’attardât sur les douceurs de l’existence ; Il mangea donc ses hot dogs sans en laisser une miette puis retourna là où Eddie se trouvait à présent, dans quelque véhicule magique filant à grande allure sur une route de métal emplie d’autres véhicules du même type… des douzaines, peut-être des centaines, et pas une seule à laquelle un cheval fût attelé….

Prix de vente :     25,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54