26 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

L’ARBRE DE L’ETE

_CUXQlbSLLCDoS4_Dk0MoKLBAVs

 

  • Editeur :    Pygmalion
  • Date de parution :  1996
  • Genre :   Fantasy
  • 534   pages

 

MOT de l’EDITEUR

 Dave, Kim, Jennifer, Kevin et Paul sont étudiants à Toronto. Une petite vie bien réglée, un avenir tout tracé. Jusqu’au jour où, alors qu’ils sont venus assister à une conférence, ils se retrouvent projetés en Fionavar, le Grand Univers dont le nôtre n’est qu’une ombre bien pâle ! Malgré la protection de Mantel d’Argent le magicien, ils sont aussitôt pris dans les premières escarmouches de la guerre qui oppose les forces des Lumières à celles des Ténèbres. Car Rakoth Maugrim, le dieu renégat, a trouvé moyen de se libérer de sa prison millénaire...    

Un mot sur l’auteur :      Guy Gavriel Kay

1011_Guy Gavriel KayGuy Gavriel Kay est né en Saskatchewan, au Canada, en 1954. Après des études de philosophie, il séjourne en Angleterre et travaille avec Christopher Tolkien sur l’édition posthume du Silmarillion de J. R. R. Tolkien. De retour au Canada, il poursuit des études de droit à l’université de Toronto et devient avocat au barreau d’Ontario en 1981. Scénariste de The Scales of Justice, une série produite par le réseau anglais de Radio Canada, G. G. Kay publie en 1984 La Tapisserie de Fionavar, trilogie de fantasy écrite en réaction à la dégradation du genre, qui rencontre un succès immédiat. Ont suivi Tigane, La Chanson d’Arbonne et les Lions d’Al-Rassan, trois romans de fantasy historique, inspirés respectivement de l’Italie, de la France et de l’Espagne de l’époque médiévale. G. G. Kay est aujourd’hui considéré comme l’un des écrivains majeurs de fantasy. Il vit actuellement à Toronto. 

RESUME du livre   

 Ils sont cinq, hommes et femmes, tous vivant à Toronto au Canada ; ils sont jeunes, étudiants ou déjà dans la vie active, tous rationnels. Or les voici projetés dans Fionavar, le Grand Univers dont le nôtre n’est qu’une ombre bien pâle. Malgré la protection offerte par Mantel d’Argent le magicien, ils sont aussitôt pris dans les premières escarmouches de la guerre qui oppose les forces des Lumières à celles des Ténèbres. Car Rokoth Maugrin, le dieu renégat, a trouvé moyen de se libérer de sa prison millénaire. 

EXTRAIT DU LIVRE –  L’arbre de l’été      – page 233

 Dans la salle obscure, la chanson de Rachel s’éleva, passa sur les corps endormis qui s’agitèrent dans leurs rêves soudain teintés de tristesse, passa parmi ceux quine dormaient pas et ouvraient en sentir l’appel, en se rappelant leurs propres chagrins. Elle gravit l’escalier et enveloppa les deux femmes qui s’appuyaient à la rampe, toutes deux en larmes à présent ; elle effleura les chambres où les corps reposaient entrelacés dans les dessins de l’amour ; elle se coula par la fenêtre ouverte, dans la nuit tardive de la rue et la vaste obscurité qui sépare les étoles.

Prix de vente :     15,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54