16 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

LA NUIT DU RENARD

2997001053_1_3_geLUotlh

 

  • Editeur :  France Loisirs
  • Date de parution :  1980
  • Genre : Policier
  •  332     pages

 

MOT de l’EDITEUR

Rusé comme un renard ? Certainement. Mais aussi sadique, paranoïaque et prêt à tout – même à exécuter des innocents. Existe-t-il un lien entre le rapt de la journaliste Sharon et la mort de Nina Peterson ? Thompson est-il vraiment coupable ? Sinon, sera-t-il sauvé in extremis de la chaise électrique ? Qui est Renard ? Sera-t-il démasqué à temps pour que les innocents qu’il a enlevés soient épargnés ?

Grand prix de la littérature policière, La Nuit du renard est le livre qui a révélé Mary Higgins Clark au public français. Outre son intrigue palpitante, riche en rebondissements, ce roman, à la structure efficace et originale, met en scène des personnages criants de réalisme. Les nombreux thèmes qu’il soulève (notamment la peine de mort) le rendent, à plus d’un titre, digne d’étude en classe.

Niveau 3 : recommandé pour les classes de troisième, seconde professionnelle et terminale BEP.

La Nuit du renard figure dans les documents d’accompagnement des programmes officiels de l’Éducation Nationale.

Un mot sur l’auteur :   Mary Higgins Clark

AVT_Mary-Higgins-Clark_6255Née et élevée à New York, Mary Higgins Clark, d’origine irlandaise, revendique l’influence sur son écriture de cet héritage culturel : « Les Irlandais sont des conteurs-nés » rappelle-t-elle souvent. Et pourtant, rien ne prédestinait Mary Higgins Clark à devenir écrivain. Elle a dix ans quand son père meurt d’une attaque, laissant sa femme très démunie pour élever la petite Mary et ses deux fils. Malgré de brillantes études, Mary, à la sortie du lycée, s’inscrit dans un cours de secrétariat pour trouver du travail le plus rapidement possible, afin d’aider sa famille. Pendant trois ans, elle travaille dans une agence de publicité. Une envie de voyages la pousse à s’engager comme hôtesse de l’air à la Pan Am. Elle y restera un an avant d’épouser Warren Clark, qu’elle connaît depuis l’âge de seize ans. Peu après son mariage, elle commence à écrire des nouvelles qu’elle envoie aux journaux. Les refus sont nombreux mais Mary s’obstine et, en 1956, Extension Magazine publie enfin une de ses nouvelles. En 1964, Warren Clark meurt brusquement la laissant seule avec cinq enfants. Mary retrouve du travail et écrit des scripts pour la radio. Son premier livre publié, une biographie de George Washington, ne sera pas un succès? « Le livre était déjà en solde avant même d’être sorti de chez l’imprimeur !  » commente-t-elle non sans humour. Elle décide alors d’écrire un suspense. Ce sera La Maison du guet (Where are the children) qui devient immédiatement un best-seller. Le succès accompagnera tous ses livres par la suite. En France, les éditions Albin Michel publient en 1979 La Nuit du Renard donnant par la même occasion le coup d’envoi à la collection Spécial Suspense qui compte à ce jour 19 des 21 livres écrits par Mary Higgins Clark. Après ses premiers succès, Mary Higgins Clark qui s’était beaucoup consacrée à l’éducation de ses enfants, décide de rattraper le temps perdu : elle entre à l’Université de Fordham au Lincoln Center et passe un diplôme de philosophie. Elle a par ailleurs présidé en 1988 l’International Crime Congress, à New York. En 1987, elle était présidente du Mystery Writers of America dont elle a été un membre actif pendant de nombreuses années. La reine du suspense est l’auteur féminin du genre qui vend le plus de livres aux Etats-Unis : plus de 50 millions en « hard cover ». Ses romans sont des best-sellers dans le monde entier, en France notamment avec plus de 20 millions d’exemplaires vendus. Mary Higgins Clark a reçu en 1980 le Grand Prix de Littérature policière pour La Nuit du renard et en 1998 le Prix du Festival du film de Deauville. En 1999, un sondage paru dans Le Monde la donnait en seconde position des auteurs les plus lus par les jeunes de 18 ans. 

Résumé :  

Le récit raconte l’enlèvement de Sharon Martin et de Neil Peterson et, parallèlement, les préparatifs de l’exécution de Ronald Thompson, un jeune accusé du meurtre de Nina Peterson, femme de Steve et mère de Neil (Steve est le compagnon de Sharon Martin). Ceci est donc très embarrassant pour Steve qui doit élucider ce mystère. Grand prix de la littérature policière, La Nuit du renard est le livre qui a révélé Mary Higgins Clark au public français. Outre son intrigue palpitante, riche en rebondissements, ce roman, à la structure efficace et originale, met en scène des personnages criants de réalisme. Les nombreux thèmes qu’il soulève (notamment la peine de mort) le rendent, à plus d’un titre, digne d’étude en classe. Le récit se déroule la plupart du temps à New York. Le roman est traduit en français par Anne Damour en 1979

Extrait du livre :  La nuit du Renard page 157

Sa mère est morte lorsqu’il avait trois ans et il a rencontré Nina pendant ses études à Princeton. Il est en faveur de la peine capitale : « Parce qu’il savait comment vivent les gens âgés et pauvres, combien ils sont démunis. Parce qu’il était malade à l’idée que l’un d’eux puisse être assassiné sauvagement par des gangsters. » (p. 157) Sa femme Nina a été tuée chez lui il y a de cela presque 2 ans.

Il a 34 ans et est tombé amoureux de Nina à 22 ans. Il a eu un fils avec elle, Neil Peterson.

Il est maintenant amoureux de Sharon Martin et veut se remarier pour que son fils ne soit pas élevé comme lui. Il a des cheveux cendrés, parsemés de fils gris, des yeux d’un bleu hivernal. Il habite à Driftwood Lane. Il roule en Mercury et a offert une Karman Ghia à Nina lorsque celle-ci était en vie.

Prix de vente :     14,00 €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54