15 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

DESERT BRULANT

mO8UqAWXbSocjfCHaXyLVFw

 

  • Editeur :    France Loisirs
  • Date de parution :    1992
  • Genre :  Roman
  • 308  pages  + dossier sur l’auteur

 

 

 

MOT de l’EDITEUR 

 Il est risqué d’être honnête surtout quand on est avocat. Grégory envoyé à Vienne par son cabinet parisien, découvre que l’affaire qu’il devait défendre est douteuse. Il abandonne le procès en cours. Aussitôt licencié, il est chômeur. Il n’a aucune envie de rentrer à Paris.   L’une de ses relations, un avocat international, le retrouve et lui propose, pour cinquante mille dollars d’honoraires, une mission apparemment simple. Il faudrait accompagner, chez sa mère divorcée, à Long Island, la fille d’un aristocrate autrichien. Grégory, à court d’argent, tombe dans le piège. Bientôt, il découvre un château, un océan de fric et une fille superbe. Leur trajet sera celui de tous les périls. Lorsqu’ils traverseront le désert du Nevada, leur vie ne vaudra plus grand-chose.   Une fois de plus, Christine Arnothy nous entraîne dans une intrigue à l’image de ce siècle où l’argent, la mort et l’amour s’entrechoquent. Pas une seconde à perdre, pour Grégory et Jennifer, s’ils veulent survivre ou tout simplement vivre… et peut-être s’aimer un jour. 

Un mot sur l’auteur :     Christine Arnothy

Né(e) à : Budapest (Hongrie) , le 20/10/1930

 

AVT_Christine-Arnothy_6614Née d’un père austro-hongrois et d’une mère germano-polonaise, Christine Arnothy est dès son enfance confrontée à trois langues : l’allemand, le français et le hongrois.

Elle a notamment écrit J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir, qui raconte son histoire, jeune fille durant la Seconde Guerre mondiale.

Christine Arnothy vient s’installer en France, après avoir quitté la Hongrie en passant la frontière à pied avec ses parents. Les seuls biens qu’elle emmène avec elle sont cousus dans son manteau. Il s’agit des feuilles sur lesquelles elle a écrit ce qu’elle vivait durant la guerre à Budapest.

Elle a épousé Claude Bellanger fondateur du Parisien Libéré en 1964. Un coup de foudre les a unis lors de la remise à Christine Arnothy, en 1954, d’un prix littéraire, le « Grand Prix Vérité », parrainé par ce journal.
Christine Arnothy a également écrit pour le théâtre, la radio et la télévision.

Elle était proche du président François Mitterrand, qui fut l’un des compagnons de Claude Bellanger dans la Résistance.

Christine Arnothy publie également, durant les années 1980, trois romans noirs sous le nom de plume de William Dickinson,.  

RESUME du livre  :  

 « Rien ne se gagne facilement ­ et surtout pas le vrai bonheur ­, nos deux héros devront surmonter pas mal d’épreuves tissées par une Christine Arnothy particulièrement en forme pour parvenir à un bonheur impossible à chiffrer. » 

EXTRAIT DU LIVRE – Désert brûlant – page 151

Je n’ai cessé de rêver de luxe, et de la belle société. Je n’ai pas toujours bien manœuvré. Harry n’est pas forcément de bon conseil. Il m’influence, mais la plupart du temps dans l’intérêt des autres. Son conseil le plus fréquent se résume à cette phrase classique ; « soyez raisonnable ». Pourtant, je me défends avec une certaine élégance ; Le jour où j’ai connu le comte von Hagen, j’ai abandonné mon prénom ; Josette n’était pas assez sophistiqué pour ce monde.

Prix de vente :     8,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54