09 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

LES ENFANTS DE LA VIOLENCE

cpvhachenfviol1

 

  • Editeur :    Albin Michel
  • Date de parution :    1978
  • Genre :  Roman autobiographique
  • 636  pages

 

MOT de l’EDITEUR 

 Doris Lessing poursuit ici son récit de formation amorcé avec Les Enfants de la violence, qui racontait l’adolescence de Martha Quest à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Roman de l’âge adulte, L’Écho lointain de l’orage est également celui des désillusions. En s’affranchissant du mariage, Martha découvre l’ivresse de la liberté – du choix amoureux, de l’action politique – mais aussi l’impossibilité d’abolir définitivement les contraintes sociales et morales. L’idéalisme, l’engagement, la maturité sont au coeur de ce roman largement autobiographique, qui nous plonge dans l’Afrique « blanche » du racisme et de l’oppression et nous fait partager le cheminement intellectuel, sentimental et politique d’une femme du siècle. 

Un mot sur l’auteur :     Doris Lessing

alt=Description de cette image, également commentée ci-aprèsDoris May Lessing est un écrivain britannique née le 22 octobre 1919 à Kermanshah (Iran) et morte le 17 novembre 2013(à 94 ans) à Londres. Le prix Nobel de littérature en 2007 a couronné « la conteuse épique de l’expérience féminine qui, avec scepticisme, ardeur et une force visionnaire, scrute une civilisation divisée. ».

Célèbre dès son premier livre, Vaincue par la brousse (1950), auteur d’une vingtaine de romans dont le best-seller international Le Carnet d’or (1962), elle est très vite apparue comme une femme de lettres engagée et militante, notamment pour les causes marxiste, anticolonialiste et anti-apartheid. Elle a aussi été associée au combat des féministes sans l’avoir revendiqué ou désiré.

L’œuvre de Doris Lessing est polymorphe. Profondément autobiographique, elle s’inspire notamment de son expérience africaine, de ses années de jeunesse et de ses engagements sociaux ou politiques. Son style romanesque, épique, réaliste etlyrique lui a permis d’aborder différents thèmes tels que les conflits de cultures, les injustices raciales et ethniques, la contradiction entre la conscience individuelle et le bien commun, la violence entre les êtres et les classes, le déracinement ou encore l’enfance. Très appréciée pour sa diversité et son éclectisme, l’auteur a signé des romans documentaires, des témoignages, des fictions visionnaires, des ouvrages de science-fiction (Shikasta en 1981) et des romans psychologiques (L’Été avant la nuit). Elle a même un temps évolué vers l’ésotérisme et la parapsychologie avec La Descente aux enfers(1971). 

RESUME du livre  :  

 Largement autobiographique, ce roman d’apprentissage où s’affrontent tous les thèmes d’une œuvre ambitieuse et unique, couronnée par Le Carnet d’or, est le premier volume d’un cycle romanesque qui s’achèvera avec La Cité promise. C’est aussi une pièce maîtresse de l’œuvre de Doris Lessing, prix Nobel de littérature.

Les Enfants de la violence, c’est d’abord l’histoire d’une femme en devenir, Martha, qui se cherche comme on cherche l’Afrique du Sud, un continent contre lequel viennent battre les rumeurs de la montée du nazisme, gouverné par une poignée de blancs, héritiers des traditions britanniques, face au peuple noir. Adolescente partagée entre un vague désir de conformisme et un sentiment de révolte contre ce qui l’entoure, Martha est le témoin des conflits de l’histoire, et de ceux, plus intérieurs, qui précèdent l’entrée dans le monde adulte.

« Il y a déjà là dans cet extraordinaire récit de formation, le regard aigu de Doris Lessing sur la vie des femmes. » 

EXTRAIT DU LIVRE –  Les enfants de la violence – page 131  

 Au bout d’un mois, elle se rendit compte qu’elle avait passé un examen et changea de salle à l’institut polytechnique pour aller prendre en sténo ce que dictait M. Skye, un petit homme brun et nerveux qui encourageait ses élèves par la certitude que toutes, très bientôt, sauraient prendre deux cents mots à la minute, comme il le faisait lui-même. C’était fort amical de sa part, mais sans doute pas la meilleure méthode pour quelqu’un comme Martha qui avait déjà trop tendance à envisager la fin avant même de surmonter le commencement….

Prix de vente :     10,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54