18 septembre 2014 ~ 0 Commentaire

NAPOLEON de J.Tulard

518cM7AuzZL._SL500_

 

 

  • Editeur :    Arthème Fayard
  • Date de parution :  1977
  • Genre :  Histoire
  • 494  pages

 

MOT de l’EDITEUR 

 Après le coup d’Etat de Brumaire, Bonaparte affirme :  » Je suis la Révolution  » pour ajouter  » La Révolution est finie « . Pour terminer la Révolution, trois voies sont offertes : le retour au système monarchique ; la consolidation des conquêtes bourgeoises et paysannes ou la satisfaction des aspirations des sans-culottes parisiens. Jean Tulard nous conte l’aventure napoléonienne qui aboutit à ce choix de 1799 : retour au passé ; maintien du présent ou préparation de l’avenir. Ce Napoléon de Jean Tulard est devenu un véritable classique dont nul ne saurait de passer. 

Un mot sur l’auteur :     Jean Tulard

 alt=Description de cette image, également commentée ci-aprèsné l22 décembre 1933 à Paris, est un universitaire et historien français. Il est l‘un des spécialistes français de Napoléon Ier et de l’époque napoléonienne (Consulat et Premier Empire) ainsi que de l’histoire du cinéma. Jean Tulard a contribué à plus d’une cinquantaine d’ouvrages, comme auteur unique, en collaboration ou en tant que directeur de la publication.

Jean Tulard est membre de l’académie des Sciences morales et politiques et lauréat de l’Académie française. Il est aujourd’hui reconnu comme un des meilleurs spécialistes de Napoléon et du premier Empire, auxquels il a consacré une quinzaine d’ouvrages fondamentaux. 

RESUME du livre  :  

 Biographie complète de Napoléon, depuis sa naissance jusqu’à sa chute. La période révolutionnaire est notamment mise en avant. Avec des annexes, une chronologie et une filmographie. 

EXTRAIT DU LIVRE – NAPOLEON – page 291 

 L’Empereur est surtout sensible à l’Opéra italien. Le favori est le Napolitain Paisiello rival de Rossini. Mais Napoléon s’enthousiasme également en 1807 pour la Vestale de Spontini qui fait défiler les légions romaines. Il lui commande en 1808 Fernand Cortez ou la Conquête du Mexique, sur un livret d’Esmenard et de Jouy. Le livret importe plus, il est vrai, que la musique dans l’admiration que déchaîne l’œuvre dont a première eut lieu le 28 novembre 1809. Le Journal de l’Empire en rend compte dans un article qui souligne combien les allusions ont été parfaitement comprises…

Prix de vente :     12,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54