02 septembre 2014 ~ 0 Commentaire

LES YEUX GEANTS de Michel Jeury

 

les-yeux-geants-536232

  • Editeur :  Robert Laffont
  • Date de parution :  1980
  • Genre : Science-fiction
  •  335  pages

 

MOT de l’EDITEUR

« Un gros nuage sombre effaça la lune. L’Œil géant parut alors se détacher sur l’écharpe brumeuse de la voie lactée. Il était presque immobile maintenant, et il nous regardait. L’impression de regard semblait absente quand l’Œil était bas, ou peut-être tant qu’il bougeait. Elle devint nette quand la lune fut cachée. » En ce début du XXIe siècle, les témoignages sur des phénomènes mystérieux se multiplient, Yeux géants dans le ciel, résurrections, transformations d’humains en animaux, manifestations incongrues d’êtres étranges surgis du néant. Peut-on y croire ou faut-il en douter comme les associations de consommateurs qui envoient sur les lieux de ces prodiges des dénieurs patentés chargés de trouver des explications rationnelles ? Mais si l’on a été, comme Vincent, comme Emma, un témoin, que faut-il en penser ? Que des extra-terrestres s’apprêtent à débarquer comme le prédisent des prophètes ? Ou bien que la raison humaine est battue en brèche par la dissolution des cadres anciens de notre univers traversé par quelque chose que les mots de notre langage ne permettront jamais de saisir ?

Attention : Lire ce livre est une expérience qui fait chavirer la raison. 

Un mot sur l’auteur :   Michel JEURY

220px-Michel_Jeury,_dec._2010,_7emes_rencontres_de_l'imaginaire,_Sevres,_92,_FranceMichel Jeury est un écrivain français né le 23 janvier 1934 à Razac-d’Eymet en Dordogne. Ses romans ont marqué la littérature de science-fiction française des années 1970 et 1980. Au début des années 1950, Michel Jeury écrit trois romans de science-fiction. Les deux premiers ne seront publiés qu’en 1960, sous les titres de Aux étoiles du destin et La machine du pouvoir et sous le pseudonyme d’Albert Higon, dans la collection Le Rayon fantastique. Le troisième restera inédit puis sera égaré. Entre-temps, Jeury écrit des romans de littérature générale. Le premier n’est pas publié ; le second, dans lequel il raconte sous forme romancée ses démêlés avec le Parti communiste, paraît chez Julliard en 1958 sous le titre Le diable souriant. Un troisième roman est refusé. Durant cette période, trois nouvelles de Jeury/Higon paraissent dans des revues.

Extrait du livre  :  LES YEUX GEANTS – page 31 

Plusieurs témoins dont je suis, ont cru entendre à ce moment une musque lointaine. Nous avons même eu l’impression qu’une voix hantait doucement dans le ciel. J’avais branché mon mémo qui a enregistré un bruit de fond non identifié, assez harmonieux. Naturellement, cette musique, si c’en état une, pouvait très bien provenir de l’hôtel. Toutes les photos et tous les films pris à ce moment me montrent que des taches lumineuses indistinctes. Les cavaliers atteignirent très vite les Yeux géants et disparurent à l’intérieur des « pupilles ». On peut évaluer la dimension de celles-ci à cinq ou dix fois celle du cheval avec son cavalier. On eut l’impression fugitive que les Yeux devenaient transparents. Puis les iris émirent une lumière aveuglante, bleue dans trois cas, vertes dans le quatrième. Il y eut un bref scintillement et les quatre ELOI s’éloignèrent presque à la verticale, à une vitesse extrême. Environ deux secondes plus tard, ils avaient complètement disparu ».

Prix de vente :     12,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54