30 août 2014 ~ 0 Commentaire

LA NUIT DES SALAMANDRES de G.Masterton

 

la-nuit-des-salamandres-201585

  • Editeur :  PRESSES de la Cité
  • Date de parution :  1991
  • Genre : Roman
  •  324  pages

 

MOT de l’EDITEUR 

Si Bob Tuggey avait pensé un seul instant que la jeune femme à la chemise de cow-boy à carreaux qui transportait ce bidon d’essence à travers le parking avait l’intention de se faire brûler vive, il aurait immédiatement laissé tomber sa spatule, franchi le comptoir d’un bond et jailli du restaurant en courant aussi vite que son gabarit de poids mi-lourd le lui permettait.

Grand spécialiste de l’horreur trop facilement allongée d’érotisme, on pourrait traiter Graham Masterton de racoleur. Cependant, ce monsieur revendique ouvertement Lovecraft comme un de ses maîtres à penser et on ne peut que reconnaître que, au sein de sa production certes inégale, on trouve quelques perles fortement teintées de Mythe.

« La nuit des salamandres » en est une et ce roman s’avère être une mine d’inspirations pour Delta Green.

L’histoire tourne autours d’un opéra perdu de Wagner et tous les éléments nécessaires à un bon scénar sont présents : secte new age dirigée par des rescapés du IIIe Reich, sacrifices, courses-poursuites en voiture, shaman indien (personnage de prédilection chez Masterton) et grand rituel final.

Comme toujours dans les romans de Masterton, le personnage principal est un « monsieur-tout-le-monde » qui n’a pas la moindre notion d’occultisme, mais les différents acteurs intervenants dans le déroulement de l’histoire permettent d’imaginer les façons d’introduire des PJs.

Un mot sur l’auteur :    Graham Masterton

 

Graham Masterton, né à Edimbourg en 1946, est l’un des auteurs d’horreur les plus renommés 220px-Graham_Masterton_20080316_Salon_du_livre_1et populaires au monde, privilège qu’il partage avec Stephen King, Dean Koontz et James Herbert. Auteur de plus de 35 romans d’horreur, mais aussi policier, jeunesse… ainsi que de manuels d’érotisme vendus à 3 millions d’exemplaires (il a été rédacteur en chef de Penthouse),  il a commencé sa carrière en 1976 avec Manitou, best-seller immédiat qui fut adapté au cinéma avec Tony Curtis et a connu deux suites et une nouvelle. Après ses débuts dans le journalisme, il se tourne vers la  littérature fantastique et connaît le succès en 1975 avec son premier roman, Manitou, écrit en seulement une semaine et adapté au cinéma avec Tony Curtis dans le rôle principal. Graham Masterton vit aujourd’hui en Irlande, près de Cork, où il continue d’écrire les aventures de Jim Rook, un sympathique mais étrange professeur souvent témoin de phénomènes surnaturels chez ses élèves. Il a également écrit de nombreux manuels sur la sexualité (Comment être un amant parfait ?) : il était originellement éditeur du magazine pour adulte MayFair et de l’édition britannique de Penthouse. 

RESUME du livre  : 

LIoyd Denman apprend que sa fiancée, Celia, vient de s’immoler par le feu. Un suicide incompréhensible, aberrant, qui n’est que le premier d’une longue série. Le lendemain, c’est Marianna, l’une des meilleures amies de Celia, que l’on découvre morte, brûlée vive. Et un autocar dont on retrouve tous les passagers carbonisés, tranquillement assis à leur place. Bientôt, au détour d’une rue, LIoyd croit apercevoir Celia. Hallucination, ou celle-ci serait-elle revenue d’entre les morts ? 

EXTRAIT DU LIVRE

« Elle était toujours assise en tailleur, mais faisait des efforts pour se tenir droite. Son dos était cambré, ses mains crispées sur ses cuisses. Ses yeux étaient fermés avec force ; personne ne possède la volonté nécessaire pour brûler en ayant les yeux ouverts. Ses cheveux blonds avaient déjà noirci : un millier de pointes rougeoyaient comme un balai en train de brûler. Des flammes jaillissaient de son visage. »

Prix de vente :     10,00  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54