30 août 2014 ~ 0 Commentaire

LA MAISON DU SOMMEIL de J. Coe

 

maison-du-sommeil

  • Editeur :  Gallimard
  • Date de parution :  1997
  • Genre : Roman
  •  425  pages

 

MOT de l’EDITEUR

La Maison du Sommeil est un roman de Jonathan Coe, paru en 1997. Il a reçu le prix Médicis étranger l’année suivante. L’intrigue se déroule en 1984 dans les chapitres impairs et en 1996 dans les chapitres pairs. On y retrouve les mêmes personnages avec douze ans de décalage. Ils se sont tous croisés dans l’impressionnante bâtisse d’Ashdown perchée en haut d’une falaise des côtes anglaises. Au fil des pages, on découvrira peu à peu tout ce qui s’y est tramé autrefois et tout ce qui s’y passe actuellement : des événements plus ou moins étranges où le sommeil et l’identité s’entremêlent dans cet univers à mi-chemin entre les années 1980 et les années 1990.

Au cœur du manoir d’Ashdown, ancienne résidence universitaire reconvertie en clinique spécialisée dans les troubles du sommeil, Jonathan Coe explore, avec une rare maîtrise, ces instants indécidables du passage entre deux âges, deux sexes, entre deux mondes…

 

Un mot sur l’auteur :   Jonathan Coe 

220px-Jonathan_CoeJonathan Coe, né le 19 août 1961 à Birmingham, est un écrivain britannique. Il a étudié à la King Edward’s School à Birmingham et au Trinity College à Cambridge avant d’enseigner à l’Université de Warwick.

Il s’intéresse à la fois à la musique et à la littérature, car il fait partie du groupe de musique The Peer Group, puis des Wanda and the Willy Warmers, un orchestre de cabaret féministe pour lequel il écrit des chansons et joue du piano1.

Il doit sa notoriété à son troisième roman, Testament à l’anglaise. Cette virulente satire de la société britannique des années du thatchérisme a connu un important succès auprès du public et a obtenu le prix du Meilleur livre étranger en 1996.

Coe a également reçu le prix du Meilleur roman de la Writers’ Guild of Great Britain en 1997 et prix Médicis étranger en 1998 pour La Maison du sommeil.

En 2001 et 2004, le diptyque Bienvenue au Club (The Rotters’ Club), suivi par Le Cercle fermé (The Closed Circle), traite des aventures d’un même groupe de personnes pendant leur dernière année de lycée dans le premier roman, puis vingt ans plus tard dans le second. Ces deux romans servent l’auteur dans sa fresque du Royaume-Uni des années 1970 et 1990, pour mieux observer les mutations profondes subies par la société entre ces deux dates, en raison des réformes thatchéristes et blairistes.

Il a été l’un des membres du jury de la Mostra de Venise 1999. 

 

RESUME du livre  :  

Sarah et Grégory habitent dans une maison au bord de la mer, en haut d’une falaise. Grégory doit partir étudier la psychiatrie alors que Sarah reste encore un an dans cette ville. c’est leur dernière soirée avant de se séparer. Ce sera aussi leur dernière soirée avant de rompre. En effet, depuis un moment Sarah n’aime plus être avec Grégory. Attirée par ses goûts intellectuels, elle l’avait apprécié au début de leur relation. Mais très vite, il lui avait paru froid et hautain.

Lorsque Sarah raconte son après-midi à Grégory, ce dernier se trouve dans l’incapacité de comprendre les sentiments de Sarah. Il souhaite une fois de plus se lancer dans leur « jeu », une fois de trop pour Sarah, qui décide de rompre. Mais Grégory la prend de court, et lui annonce qu’il la quitte. Ils passent une dernière nuit ensemble, la dernière. Douze ans plus tard, la résidence est une clinique pour les malades du sommeil. Le directeur de la clinique est le Dr Dudden (Grégory). Le Dr Dudden est heureux car sa clinique tourne bien.

Le couple devient fusionnel. Les deux femmes se montrent très affectueuses l’une envers l’autre, même en public. Elles se voient souvent au café Valladon où se retrouvent les étudiants. Elles y ont un vieux livre fétiche des années 1930 : La Maison du Sommeil, dont elles rient ensemble. Une grande chambre vient de se libérer à la résidence, et Sarah y entre. Il est de plus en plus amoureux de Sarah. Sans savoir ce que le livre représente pour Véronica et elle, il confie à Sarah que s’il a quelque chose à lui dire un jour, il lui laissera un message à la page 173 de La Maison du Sommeil. Il a d’ailleurs commencé à lui écrire un poème, mais il n’en parle à personne. Robert propose à Terry de s’installer dans la chambre vacante. Terry est un étudiant, Il a aussi une autre particularité : il dort quatorze heures par jour, persuadé qu’il n’arrivera jamais à connaître dans la vie des bonheurs physiques et psychologiques aussi forts que dans ses rêves. L’année avance, les quatre jeunes gens vivent maintenant dans la résidence. Terry s’est pris d’une passion pour les films perdus, ceux qui ont été tournés mais dont on n’a pratiquement plus de traces. En particulier, il est pris d’un engouement soudain pour le cinéaste Oreste Salvatore après avoir vu Il Costo de la Pesca. Il a découvert que le réalisateur avait tourné un film nommé Corvée de latrines qui semblait avoir disparu et que très peu de gens avaient vu. Il décide d’en faire son sujet de mémoire et écrit un article sur le thème de l’immontrable qui a des chances de se faire publier dans la prestigieuse revue Photogramme.

Le couple de Sarah et Véronica éclate. Sarah en parle avec Robert. Cette dernière a reçu une lettre et a refusé que Sarah la lise. Robert, intéressé, lui conseille de l’ouvrir en cachette. C’est ce qu’elle fait, mais au lieu de la déclaration d’une rivale qu’elle s’attendait à trouver, elle découvre une offre de poste de courtier auquel Véronica avait postulé en cachette. Sarah est déçue, elle pensait que Véronica allait monter une troupe de théâtre et cette découverte la rend folle de rage. Elle décide de rompre. Robert, lui, a terminé son poème et l’a glissé dans le livre du café Valladon. Dans ce même café attend maintenant Véronica, qui a rendez-vous avec Sarah. Mais Sarah ne vient pas. Après un certain temps, Véronica décide de rentrer. C’est sans doute la dernière fois qu’elle vient au café et elle fait ses adieux au gérant. Il lui propose de garder un souvenir, et elle emporte avec elle leur livre fétiche. Elle rentre et trouve Sarah qui l’attend avec la lettre…

Le docteur Dudden a passé sa journée à une conférence étrange sur le changement, dans laquelle deux animateurs faisaient subir à des médecins chevronnés des exercices ridicules. Le docteur Dudden est très enthousiaste mais les autres beaucoup moins. L’un deux en particulier s’inquiète car il devait assister le jour même à une réunion pour trancher sur la remise en liberté d’un schizophrène qu’il pense dangereux. Ruby est venue à la clinique. Elle avait rencontré Cléo sur la plage et avait reconnu Robert grâce à une cicatrice. Après avoir parlé à Sarah, elle a fait en sorte de se faire examiner une nuit par le docteur Madisson. Elle parle dans son sommeil et lui donne l’adresse de Sarah, lui apprend qu’elle vit seule et qu’elle veut le revoir. Mais Ruby ne dort pas, elle simule. Cependant, seule l’infirmière le sait, car Cléo n’a fait que lire les paroles de Ruby rapportées. Elle a quitté la clinique immédiatement et Terry est avec elle. Elle ne lui a pas avoué qui elle était vraiment, elle a peur de sa réaction.

Terry a passé une véritable nuit de sommeil et a recommencé à rêver. Il se rappelle alors combien c’est agréable et décide de reprendre ses anciennes habitudes et ses longues heures de sommeil. Cléo l’a poussé à rechercher Stephen Webb, qui a participé à des expériences. Il se retrouve dans un quartier mal famé de Londres pour rechercher l’autre personne qui a servi de cobaye. Alors qu’il s’en va de Londres, il se retrouve sur le même quai que le schizophrène libéré dernièrement. Le docteur Dudden est rentré à sa clinique. Il veut maintenant prouver que le sommeil est une maladie et ne plus soigner les gens. Il a décidé d’effectuer les expériences sur lui. …

Prix de vente :      12  €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54