27 août 2014 ~ 0 Commentaire

ET SI C’ETAIT VRAI de Sheila

 

  • 41ajJxSWYGL._Editeur :   RAMSAY
  • Date de parution :  1995
  • Genre : Biographies
  • 482   pages avec photos 

MOT de l’EDITEUR 

La jeune Annette Choubignac, fille unique et choyée d’un couple d’Auvergnats montés à Paris, rêve d’être chanteuse, à la folle époque où déferle la vague des yé-yé. Quand surgit dans sa vie l’inquiétant Hubert Haudevan, ex-chanteur aux dents longues qui ambitionne de devenir producteur. Il la baptise Diana, l’arrache à son milieu et la propulse au sommet des hit-parades. Mais Diana va vite comprendre que la clé des pays des rêves se paie très cher. Elle tente en vain d‘échapper à la prison dorée qu’a édifiée pour elle son tout-puissant protecteur. Sheila raconte ici avec passion la trajectoire folle d’une jeune fille simple qui, devenue l’idole des foules, tente de construire son bonheur au milieu de ses rêves fracassés. Un romain étourdissant de sincérité. Et si c’était vrai….

Sheila, dont la réputation n’est plus à faire, a publié avec succès Les Chemins de Lumière chez Jean-Claude Lattès en 1993.

Un mot sur l’auteur : Sheila

220px-SHEILA_FMNée le 16 août 1946, Anny Chancel rêve d’abord de devenir artiste de cirque, comme écuyère. Elle a cependant un penchant très prononcé pour la musique, le chant, et la danse. Elle tente de se présenter pour entrer à l’Opéra national de Paris, en vue de devenir petit rat de l’Opéra, mais elle est trop grande pour son âge. Elle commence dès l’âge de 14 ans, après l’obtention de son certificat d’études, à parcourir les marchés avec ses parents, tout en prenant des cours de comptabilité. À partir de 1959, elle chante pour son plaisir, continuant d’aider ses parents, elle tente de trouver une opportunité pour faire connaître ses talents. Sheila, son premier 45 tours en solo, sort le 13 novembre 1962 et son producteur décide que pour lancer sa carrière Anny Chancel prendra le pseudonyme « Sheila », le nom du titre-phare de ce disque. Le succès est au rendez-vous de son premier disque. L’émission de Guy Lux présente Sheila habillée d’un pyjama, dans une chambre d’enfant et qui danse en chantant Jolie Petite Sheila. Ce succès de plus de 80 000 disques est un peu évincé par celui de Lucky Blondo, qui lui fait concurrence avec ce même titre.

Elle connaît son premier véritable succès avec L’école est finie en 1963. Ce disque se vendra à près de 800 000 exemplaires, et se trouve no 1 des ventes pendant plus de 4 mois. Après la sortie de son 1er Album 33 tours 25 cm de 13 chansons, elle entame sa première tournée d’octobre 1963 jusqu’au début de l’année 1964 dans les principales villes françaises. Elle sera accompagnée sur scène et dans ses disques en 1963 et 1964 par « Les Guitares », un groupe découvert au Golf Drouot. Sur cet album, des chansons également à succès sont présentes, comme Papa t’es plus dans le coupViens danser le Hully GullyPremière Surprise PartyLe Sifflet des copains en 1963, et Chante, chante, chante. Cet album la sacre championne des ventes de 1963, évinçant Sylvie Vartan et Francoise Hardy. Elle reçoit le Grand Prix National du Disque Francis Carco de l’Académie Charles-Cros, le 22 novembre 1963. Elle est issue d’une famille modeste originaire de Salins, près d’Aurillac, dans le Cantal. Ses parents tenaient une confiserie ambulante sur les marchés de la banlieue sud parisienne.

Selon le livre 40 ans de tubes 1960-2000, Sheila est l’artiste féminine française qui a enregistré le plus de tubes entre 1963 et 1984. Lors de sa période disco, Sheila est entrée dans les classements du magazine américain Cashbox. Si la plupart de ses disques sont en français, elle a aussi enregistré certaines chansons en anglais (notamment dans sa période disco), en allemand, en espagnol ainsi qu’en italien. Elle a chanté plus de 600 chansons, fait de nombreux duos, et a participé à de nombreuses émissions de variétés.

Résumé du Livre : Et si c’était vrai
Sheila aurait pu faire un procès à Marc Levy pour lui avoir emprunté son titre en 1995, on apprend la sortie du 2ème livre de Sheila, chez Ramsay. Tout de suite, Sheila est invitée chez Michel Drucker et nous annonce que l’histoire d’Annette Choubignac devenue Diana est « quelque peu » inspirée de son histoire… Au fil du temps, (« Télé 7 jours » ayant décrypté dès le début qu’en fait tout était vrai ! ou presque) Sheila reconnaîtra que son livre est plus une autobiographie qu’un roman… D’ailleurs, la seconde édition dans « Les succès du livre » en 1996, sur la jaquette est imprimé « Sheila dit tout !  » on reste souvent effaré, perplexe, ainsi Diana serait la seule gentille parmi tous ces méchants (Haudevant, Louksor, Mangetout, Jimmy Bird) ? Le livre vaudra à son auteur quelques problèmes et se vendra plutôt bien (aux alentours de 40 000 ventes), après lecture on se dit que Sheila après avoir dénoncé tant de choses ne pourra jamais revenir à la chanson, et pourtant… Beaucoup de promo en tv (toutes celles du moment et les chaînes câblées) et des tournées dans les grandes librairies et fnac.

Sheila publie dans « Et si c’était vrai » une longue et virulente liste de griefs envers son ancien employeur. De fil en aiguille, se met en marche une inévitable procédure juridique qui se termine en procès. Toute la presse en parle. Sheila reproche à Carrère de ne lui avoir versé qu’un infime pourcentage des recettes, pourtant juteuses, perçues pendant vingt ans sur les ventes de disques. Elle lui reproche aussi d’avoir abusivement signé certains titres. La procédure est longue.  

Extrait du Livre – page 233 

Son vieux professeur de chant, M.Pencini l’ayant quittée depuis quelques années, Diana continuait à vocaliser salle Pleyel avec Mme Darcoeur. Deux fois de suite, alors qu’elle se rendait à son cours, il lui sembla reconnaître le jeune homme brun qui faisait banquette chez son imprésario. Renseignements pris, il s’agissait bien de la même personne. Le hasard voulut qu’un jour ils se trouvèrent ensemble devant la porte close. Une feuille volante collée sur le carreau disait ! « Mme Dancoeur, souffrante ne pourra donner ses cours cette semaine ».

Etienne proposa à Diana de venir prendre un café. A sa demande, il parla de lui. Né à Montauban, il était monté à la capitale après avoir arrêté ses études. Il lavait des voitures dans un garage parisien en attendant de faire un disque. M.Hudevan lui avait signé un contrat en écoutant sa maquette, il lui cherchait un producteur.

« Il vous cherche un producteur » ? releva Diana qui pensait ne pas avoir bien compris. Ah bon, s’il vous a signé un contrat, il va vous faire travailler. Croyez-moi, je le connais bien », affirma-t-elle pour rassurer le débutant angoissé mais sympathique. Elle se leva pour partir à son prochain rendez-vous et dit en lui tendant la main : « Je vous souhaite bonne chance. On se reverra sûrement sur un plateau de télé ou chez Zampano ! Pardon, je veux dire Hubert » !…..

Prix de vente : 10,00 €uros frais de port compris

S’adresser ici francoise-salaun@live.fr

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

A Book Please |
Quidam |
Mon Sang d'Encre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectureinfernale
| Un pour tous tous pour un
| Laloba54